A (Re)découvrir

Fengming, chronique d’une femme chinoise de Wang Bing

Fengming, chronique d’une femme chinoise
Drame de Wang Bing
 avec  Fengming He
Hong Kong, 2007, 3h06

Date de sortie : Mercredi 7 mars 2012

Synopsis

Fengming, chronique d’une femme chinoise : L’hiver en Chine. Une ville enneigée. Le jour tombe. Enveloppée dans son manteau, une femme s’avance lentement. Elle traverse une cité puis rentre dans son modeste appartement. Fengming s’installe au creux du fauteuil de son salon. Elle se rappelle. Ses souvenirs nous ramènent aux débuts, en 1949. Commence alors la traversée de plus de 30 ans de sa vie et de cette nouvelle Chine…  Le film fonctionne sur la base d’une longue conversation en tête à tête avec Fengming.

Le film  se penche sur une page sombre de l’histoire de la Chine, en abordant les dérives de la dictature maoïste. Alors que Mao, en 1957, décide de lancer une politique de liberté d’expression, « La politique des Cent Fleurs », la rébellion à l’égard du régime se met alors à gronder dans le pays : les intellectuels dénoncent la dictature instaurée par le chef de l’Etat. Mao, dépassé par cette vague de révolte, entame alors des mesures de répression afin d’écraser la contestation. Cet épisode, communément appelé « La Purge », se soldera par des milliers d’arrestations et de morts.


Un dyptique pas comme les autres

Le projet originel du cinéaste était de faire un long-métrage de fiction (Le Fossé) sur les victimes des camps de rééducation dans la Chine des années 1950-1960. Mais au cours de ses recherches, Wang Bing a fait la connaissance de Fengming He, dont le mari est mort dans ces camps. Emu par le témoignage de cette femme courageuse, il décida de lui consacrer un portrait : Fengming, Chronique d’une femme chinoise, récit de vie poignant. Le réalisateur a depuis insisté pour que les deux films soient projetés ensemble.

Wang Bing est le réalisateur de A l’ouest des rails, documentaire de 9h sorti en salle en 2004

« Entre les mains de Wang Bing, la caméra numérique est un instrument d’une grande puissance artistique et conceptuelle. Son parti pris formel transforme ce qui pourrait n’être qu’un document en une oeuvre incandescente (…) Le récit produit une déflagration en condensant (…) toute la violence de l’histoire de la Chine de Mao, imbriquée avec celle, personnelle, d’un amour fou.«  Le monde

2 réponses »

  1. Bonjour,

    Je travaille chez Capricci films, le distributeur des deux films de Wang Bing, « Fengming, chronique d’une femme chinoise  » et « Le fossé.
    Je vous remercie pour ces articles.
    Pourriez-vous m’indiquer à quelle adresse email vous contacter afin de vous envoyer les actualités concernant nos autres sorties à venir ?
    Merci d’avance.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s