institut lumière

Guerre et Paix de Serge Bondartchouk (1967)

Dans le cadre de « Cinéma Russie », Samedi 28  avril à L’Institut Lumière 

Guerre et paix est une adaptation cinématographique russe du roman de Léon Tolstoï réalisée par Serge Bondartchouk.

Considéré comme le plus grand film jamais tourné, ce Guerre & Paix version soviétique, se voulait la fidèle adaptation de la gigantesque fresque de Leon Tolstoï. Mission largement accomplie à l’arrivée avec un film ahurissant de démesure…

Le film, d’une durée totale de 6 heures 42, est construit en quatre parties où tous les thèmes seront abordés (analyses psychologiques, éthiques, esthétiques, métaphysiques, géopolitiques, historiques).

Synopsis :

1805 – Les hostilités entre la France d’un côté, l’Autriche et la Russie sont déclenchées, mais pour l’aristocratie, dans les grandes villes et à la cour, la vie continue avec ses mondanités et ses petits scandales. Le prince André Bolkonski rêve de gloire et s’engage dans l’armée du Tsar. Il est gravement blessé à la bataille d’Austerlitz…

1812 – La grande armée de Napoléon Bonaparte envahit la Russie. La bataille de la Moskova est un carnage épique. Moscou est incendié. La retraite en hiver soumise aux attaques des Cosaques est un calvaire.

Un film monumental

La pré-production a commencé en 1961 et le tournage a débuté en 1963. Un tournage et une production qui s’étalent sur sept années. Un budget d’époque estimé à plus de 100 millions $ et qui au court d’aujourd’hui serait réévalué à 700 millions $ ce qui en fait à coup sûr le film le plus cher de l’histoire.

La scène de la bataille de Borodino inclut environ 120 000 figurants (soldats gracieusement « offerts » par l’armée rouge), ce qui en fait l’une des scènes de bataille la plus grande jamais filmée.

Dans la narration complexe de Tolstoï pour décrire l’invasion de la Russie par Napoléon, Bondartchouk a filmé quelques-unes des scènes de bataille les plus graphiques et les plus longues jamais vues auparavant, pour l’une d’elles, la scène dure 45 min.

Une reconstitution de l’incendie de Moscou par les armées napoléoniennes qui fait passer celui d’Atlanta dans Autant en Emporte le Vent pour un gentil petit feu de cheminée.

Beaucoup de musées participèrent, par leurs conseils, à la conception des costumes, ce qui en fait l’un des films les plus élaborés jamais conçu.

Récompenses

• 1965: Grand prix au 4e Festival international du film de Moscou.

• 1965: Prix de IFF Moscou Lyudmila pour la meilleure actrice.

• 1968: New York Film Critics Circle Award pour le meilleur film étranger.

• 1968: Oscar du meilleur film étranger.

• 1969: Golden Globe pour Meilleur film en langue étrangère.

• 1969: Prix de National Board of Review pour le meilleur film en langue étrangère.

Dans le cadre de « Cinéma Russie », Samedi 28  avril à L’Institut Lumière

16h30  Guerre et paix (S. Bondartchouk) 1ère et 2e parties

20h15  Guerre et paix (S. Bondartchouk) 3e et 4e parties

Séance de 20h15 à 2€ pour les spectateurs de la séance de 16h30 Bar sandwiches entre les séances

 

Catégories :institut lumière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s