Évènement

The Sapphires(Les Saphirs) présenté hors compétition à Cannes

LES SAPHIRS (THE SAPPHIRES)
De Wayne Blair
Australie – Durée 1h42
Avec Deborah Mailman, Shari Sebbens, Miranda Japsell,
Jessica Mauboy, Chris O’Dowd

Vous pouvez condulter les horaires des séances à Lyon et dans sa périphérie : ici

Synopsis :

Australie, 1968, trois soeurs aborigènes : Gail, Julie et Cynthia et leur cousine Kay, sont découvertes par Dave, musicien irlandais au caractère bien trempé, amateur de whiskey et de soul music. Dave remanie le répertoire du groupe, rebaptisé The Sapphires, et organise une tournée dans les zones de guerre du Vietnam du Sud.

Dans le delta du Mékong où elles chantent pour les marines, les filles déchainent les foules, esquivent les balles et tombent amoureuses.

Quatre voix soul de la musique australienne

Avant d’être un film, The Sapphires sont avant tout quatre voix soul de  la musique australienne. Ces femmes aborigènes et engagées ont fait  l’objet d’une pièce dans laquelle  Wayne Blair a été acteur en 2005. Sept  ans plus tard, il renouvelle l’expérience, au cinéma cette fois, et  signe son premier long métrage.

Le chant pour  s’épanouir, le chant pour revendiquer, le chant pour exister. Dans les  années 1960, les Sapphires poussent leurs voix pour s’épanouir dans une  Australie où les Aborigènes ne sont pas tolérés. Les sœurs Laurel et  Lois retrouvent souvent leurs cousines Beverly et Naomi Mayers pour  chanter. Elles sont même parties se produire au  Vietnam pour les troupes américaines et ont mis à profit leur talent au profit de la cause aborigène.

Pour Deb Mailman,  actrice dans le film, cette histoire est un modèle pour les nouvelles  générations : « Elle nous éclaire sur ce qu’était l’Australie en  1968 et nous permet de comprendre ce qu’on fait les femmes avec leur  force et leur humour. »
Dans son film, Wayne Blair crée un  groupe de quatre sœurs : Gail l’ainée autoritaire, Julie la cadette  passionnée, l’intelligente et indépendante Kay et Cynthia, insolente  débordante d’énergie. « On voulait quatre tempéraments bien distincts, explique Kylie du Fresne, la productrice. Il fallait trouver le juste équilibre entre les voix, ce qui est aussi important que la performance des actrices. »
Les  semaines suivantes, les quatre actrices ont suivi une intense  préparation. L’alchimie a vite eu lieu entre les quatre filles. «  Elles savaient qu’elles devaient se connaître parfaitement pour pouvoir  jouer des sœurs. Elles avaient un réel désir d’être ensemble » se  réjouit Wayne Blair. Pour lui, ce film est aussi une manière de rendre  hommage à sa grand-mère aborigène, passionnée de soul music, morte en  1966 dans son pays comme une étrangère.

 LES VRAIES SAPPHIRES

Les soeurs Laurel Robinson, Lois Peeler et leurs cousines Beverley Briggs et Naomi Mayers dont s’est inspiré le film sont nées près de la rivière Murray.
Elles faisaient partie d’une longue lignée de frères et soeurs qui se retrouvaient très souvent pour chanter ensemble dans les années 60 et 70. Les soeurs Laurel et Lois sont parties en tournée chanter pour les troupes américaines au Vietnam, ce qui était un événement exceptionnel pour de jeunes Aborigènes, surtout quand on sait que leur peuple venait tout juste d’acquérir le droit de vote.

Les quatre femmes vivent toujours en Australie. Naomi Mayers a été directrice générale du service médical aborigène pendant 30 ans. Beverley et Laurel ont travaillé sans relâche à ses côtés afin d’essayer d’améliorer l’accès à la santé de la communauté aborigène. Naomi a reçu la médaille de l’ordre australien en 1984.

Lois Peeler a été la première top model aborigène d’Australie. Aujourd’hui elle est directrice général du Worawa Aboriginal College, un établissement du secondaire pour les jeunes filles aborigènes, fondé par une de ses sept soeurs aujourd’hui disparue, Hyllus Maris. Lois a également été directrice de l’office du tourisme aborigène.

LE RÉALISATEUR WAYNE BLAIR

Wayne est à la fois acteur, scénariste et réalisateur. Il a réalisé plusieurs courts-métrages : THE DJARN DJARNS (qui a remporté l’Ours de Cristal au Festival de Berlin) et BLACK TALK qui a remporté le prix Dendy du meilleur court-métrage au Festival de Sydney.

Pour leur saison d’inauguration et leur premier spectacle, les directeurs artistiques de la Sydney Theatre Company, Cate Blanchett et Andrew Upton choisissent Wayne pour mettre en scène la pièce THE REMOVALISTS.

Pour cette même compagnie, il a mis en scène ROMEO ET JULIETTE, et pour le Belvoir St Theatre, il a mis en scène REUBEN GUTHRIE et JESUS HOPPED THE A TRAIN. Il a également mis en scène UNSPOKEN, qui a remporté le prix de la meilleure mise en scène d’un théâtre indépendant.

En tant qu’acteur, Wayne a joué dans plusieurs pièces de théâtre, dont JESUS HOPPED THE A TRAIN. Sa performance dans la pièce a impressionné Phillip Seymour Hoffman qui lui a proposé le rôle principal de TRUE WEST qu’il a mis en scène pour la STC (Sydney Theatre Company). Il a également joué dans THE MYSTERY PROJECT, mis en scène par Steven Soderbergh.

En tant que scénariste, il a écrit des épisodes de la série de la BBC/Nine Network LOCKIE LEONARD et a remporté le prix du Writer’s Guild australien pour son travail sur la série THE CIRCUIT pour la SBS.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s