A L'affiche....

« Faust »

 Réalisé par Alexandre Sokurov
avec  Johannes Zeiler, Anton Adasinskiy, Isolda Dychauk
Russie / 2011 / 134 min
Date de sortie 20 juin 2012

Lyon d’or à la  MOSTRA de Venise 2011

Consultez les horaires du film sur les écrans de Lyon et de sa région :ici

Synopsis : Librement inspiré de l’histoire de Goethe, Alexandre Sokourov réinterprète radicalement le mythe. Faust est un penseur, un rebelle et un pionnier, mais aussi un homme anonyme fait de chair et de sang conduit par la luxure, la cupidité et les impulsions.

Avec Faust,  Alexandre Sokourov achève sa tétralogie entamée par Moloch (1999), Taurus (2001) et Le Soleil (2005). Ces quatre films tournent autour du totalitarisme, le pouvoir et la corruption. Dans son premier volet, le réalisateur s’est intéressé à Hitler (Moloch) avant de travailler sur le personnage de Lénine dans le deuxième film (Taurus). Le troisième volet s’est focalisé sur l’empereur japonais Hirohito, pour enfin finir avec Faust, centré sur le célèbre mythe allemand.

Leonid Mozgovoy interprète le père de Faust

Leonid Mozgovoy , l’acteur qui a joué en 1999 le rôle d’Adolf Hitler dans Moloch interpréte le père de Faust. Partant de l’idée que sa tétralogie doit assurer plusieurs liens quant à sa dramaturgie, le cinéaste russe explique : « Je voudrais que la tétralogie ne soit pas une suite linéaire mais un cercle. Une fois la boucle bouclée, ce cercle connectera des personnages et des moments historiques très éloignés. »

Bruno Delbonnel directeur de la photographie

Après avoir assuré lui-même la direction de la photographie pour les deux précédents films de sa tétralogie (Taurus et Le Soleil), Alexandre Sokourov a fait appel au français Bruno Delbonnel , collaborateur de Jean-Pierre Jeunet dan Le Fabuleux destin d’Amélie Poulin et Un Long Dimanche De Fiancailles pour diriger l’image de Faust.

 Bruno Delbonnel a demandé à rencontrer le réalisateur russe pendant le Festival de Cannes 2002, et c’est à partir de là que leur collaboration a démarré.

Alexandre Sokurov  s’est beaucoup inspiré de la peinture allemande pour réaliser Faust. Il a notamment étudié les toiles d’Albrecht Altdorfer et de Carl Spitzweg. Le réalisateur précise qu’« il y a dedans beaucoup de particularités qui lui semblent idéales pour décrire ce monde et recréer le mythe de cette époque, aussi historiquement, avec les détails qui l’ont distinguée. »

Découvrer le dossier de presse du film : ici

Alexandre Sokurov

Alexandre Sokurov est né en Russie en 1951. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires en 1968, il entre à l’Université de Gorki (département d’histoire). Tout en étant étudiant, il est également employé à la télévision de Gorki. À 19 ans, il produit sa première émission de télévision.

De 1975 à 1979, Sokurov étudie à l’Institut de cinématographie de Moscou (VGIK). Son premier long métrage « La voix solitaire de homme » fut très apprécié par le réalisateur Andreï Tarkovski et reçoit par la suite de nombreux Prix.

Sokourov est employé par le studio de cinéma Lenfilm en 1980. Au même moment, il commence à travailler au studio de films documentaires de Leningrad où il réalise ses documentaires. Très souvent Alexandre Sokurov est aussi scénariste et chef opérateur des projets qu’il réalise.

Alexander Sokurov a reçu de nombreux prix russes et internationaux : le prix FIPRESCI, le prix Tarkovski, le prix de l’État russe (1997et 2001), Le Prix de la liberté fondé par Andrzej Wadja, le Prix du Vatican « Troisième Millenium » (1998).

L’académie européenne du film l’a nommé comme l’un des cent réalisateurs les plus importants du monde

Long-métrages :

  • 1978-1987 La Voix Solitaire De L’homme (Odinokiy Golos Cheloveka)
  • 1980 Le Dégradé (Razzhalovanniy)
  • 1983 -1987 Une Indifférence Douloureuse (Skorbnoe)
  • 1986 Empire (Ampir)
  • 1988 Le Jour De L’éclipse (Dni Zatmeniya)
  • 1989 Sauve Et Protège – Madame Bovary (Spasi I Sokhrani)
  • 1990 Le Deuxième Cercle (Krug Vtoroy)
  • 1992 La Pierre (Kamen)
  • 1993 Pages Cachées (Tikhie Stranitsy)
  • 1996 Mère Et Fils (Mat I Syn)
  • 1999 Moloch (Molokh)
  • 2000 Taureau (Telets)
  • 2002 L’arche Russe (Russkiy Kovcheg)
  • 2003 Père, Fils (Otec I Syn)
  •  2004 Le Soleil (Solntse)
  • 2007 Alexandra
  • 2011 Faust

Documentaires :

  • 1978-1988 Elégie Paysanne : Maria (Maria)
  • 1979-1989 Sonata for Hitler (Sonata Dliya Gitlera)
  • 1981 Sonate Pour Alto. Dimitri Chostakovitch (Altovaya Sonata. Dmitriy Shostakovich)
  • 1982-1987 Et Rien De Plus (I Nichego Bolshe)
  • 1984-1987 Sacrifice Du Soir (Zhertva Vechernyaya)
  • 1985-1987 Patience Travail (Terpenie Trud)
  • 1986 Elégie (Elegiya)
  • 1986-1988 Elégie De Moscou (Moscovskaya Elegyia)
  • 1989 Elégie Soviétique (Sovetskaya Elegyia)
  • 1990 Elégie De Petersbourg (Peterburgskaya Elegyia)  –  Aux Evènements Du Transcaucase (K Sobytiyam V Zakavkazie) – Une Simple Elégie (Prostaia Elegyia) –  A Retrospection Of Leningrad (Leningradskaya Retrospectiva)
  • 1991 Un Exemple D’intonation (Primer Intonatsiyi)
  • 1992 Elegy From Russia (Elegia Iz Rossiyi)
  • 1995 Le Rêve D’un Soldat (Soldatskiy Son) – Spiritual Voices (Dukhovnie Golosa)
  • 1996 Elégie Orientale (Vostochnaya Elegiya) – Hubert Robert, Une Vie Heureuse (Rober Schastlivaya Zhizn)
  • 1997 Une Vie Modeste (Smirennaya Zhizn) –  Journal Pétersbourgeois: L’inauguration D’un Monument A Dostoïevski (Peterburgskiy Dnevnik. Otkritie Pamyatnika Dostoevskomu) –  Journal Pétersbourgeois: L ‘Appartement De Kozintsev (Peterburgskiy Dnevnik. Kvartira Kozinceva)
  • 1998 Confession (Povinnost) – Dialogues Avec Soljenitsyne (Besedi S Solzhenicinim)
  • 1999 Dolce 2001 Elegy Of A Voyage (Elegiya Dorogy)
  • 2001 Elegy Of A Voyage (Elegiya Dorogy)
  • 2005 Journal Pétersbourgeois – Mozart Requiem (Peterburgskiy Dnevnik. Motsart. Rekviem)
  • 2006 Elegy Of Life (Elegiya Zhizni) 2009 Reading ‘’ Book Of Blockade’’ (Chitaem ‘’Blokadnuyu Knigu’’)
  • 2009 Intonation (Intonatsiya)

2 réponses »

  1.  » … Dans son premier volet, le réalisateur s’est intéressé à Lenine avant de travailler sur le personnage d’Hitler dans le deuxième film. …  »
    FAUX
    Dans son premier volet [Moloch], le réalisateur s’est intéressé à Hitler, avant de travailler sur le personnage de Lenine dans le deuxième film [Taurus].

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s