The We and the I de Michel Gondry

The We and the I
de Michel Gondry
Avec : Michael Brodie, Teresa Lynn, Laidychen Carrasco
GB/USA – 2012-1h43
Sortie le 12 septembre 2012

Consulter le programme dans les salles de Lyon et de sa périphérie : ici

Synopsis

C’est la fin de l’année. Les élèves d’un lycée du Bronx grimpent dans le même bus pour un dernier trajet ensemble avant l’été. Le groupe d’adolescents bruyants et exubérants, avec ses bizuteurs, ses victimes, ses amoureux… évolue et se transforme au fur et à mesure que le bus se vide. Les relations deviennent alors plus intimes et nous révèlent les facettes cachées de leur personnalité…

Un film fait de brick et de Brock

« Le film, c’est sa première beauté, est fait de bric et de broc, mêlant habilement des échanges verbaux d’une rudesse d’autant plus sidérante qu’elle s’accompagne de sourires et semble institutionnalisée, à des saynètes filmées au téléphone portable dans le plus pur « style Gondry » : atelier papier mâché. » (Jacky Goldberg, Lesinrocks.com).

Ni documentaire, ni fiction, We and I raconte l’effet du groupe sur l’individu, et la dureté des échanges sociaux dès le plus jeune âge.

Ni documentaire, ni fiction, ou justement un peu des deux, The We and the I croise les vies de lycéens au dernier jour de l’année scolaire. Structurée en trois actes, les intrigues se déploient dans un mélange de bonne humeur et de brutalité. L’ambiance est sympa, les vannes fusent et la musique est cool. Pourtant, il se joue ici une pièce de théâtre d’une rare cruauté

Au fond du bus, des bourreaux martyrisent une vielle femme et s’adonnent à quelques petites humiliations, tandis qu’à l’avant, bavardages et rêveries couvrent les bruits de la violence ordinaire. Au fil des conversations, chaque personnage dévoile peu à peu ses forces et ses faiblesses.

Emergent alors des relations amoureuses compliquées, des troubles psychologiques et des complexes en tout genre. On constate surtout le degré de soumission auquel s’abandonne cette poignée d’adolescents agités. Mais ce n’est pas tant la violence physique et verbale qui déconcerte que le détachement avec lequel ces jeunes donnent et reçoivent les coups. Comme dans cette vidéo qui tourne en boucle sur leurs téléphones (un garçon tombant sur un sol beurré), tout glisse sur eux avec indifférence. C’est alors qu’un évènement oblige certains à une remise en question personnelle…

Un film très écrit porté par des lycéens qui jouent leurs propres rôles

Le film est porté par des lycéens jouant ici leurs propres rôles, ces élèves du Bronx ont travaillé trois ans avec le cinéaste.

Même si le film donne l’impression, par son naturel et sa spontanéité, d’avoir été improvisé, Michel Gondry déclare au contraire que les dialogues étaient tous écrits au préalable, bien qu’inspirés du vécu des acteurs : « Il y avait un script qu’on respectait, c’était très écrit mais basé sur leurs histoires et leurs conversations », explique-t-il. Cela dit, le cinéaste admet avoir conservé une scène qui a réellement eu lieu dans le bus, au cours de laquelle tous les acteurs se mettent véritablement à pleurer.

The We and the et les festivals

Le film a été diffusé pour la première fois à l’occasion de l’ouverture de la Quinzaine des réalisateurs lors du Festival de Cannes 2012.

Il est présenté en compétition au Festival du Film Américain de Deauville 2012.

Vous pouvez consulter la biographie et la filmographie de Michel Gondry : ici

2 réponses

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s