KILLER JOE de William Friedkin

KILLER JOE
Réalisation : William Friedkin
Scénario : Tracy Letts d’après sa pièce
Acteurs : Matthew McConaughey, Emile Hirsch
USA – 2011 – 1h43
Date de sortie: 5 septembre 2012

Synopsis

Chris, 22 ans, petit dealer de son état, doit absolument trouver 6 000 dollars s’il veut sauver sa peau. Son seul espoir : les 50 000 dollars de l’assurance-vie de sa crapule de mère. Mais qui va se charger du sale boulot ? Killer Joe, flic le jour, tueur à gages la nuit, est appelé à la rescousse. Mais il se fait payer d’avance et Chris n’a pas un sou en poche. Il tente de négocier. En vain. Joe refuse de discuter, il a des principes… jusqu’à ce qu’il rencontre Dottie, la charmante soeur de Chris.

Killer Joe : adaptation d’une pièce de Tracy Lett

Killer Joe est l’adaptation d’une pièce de théâtre éponyme écrite par Tracy Letts en 1991. C’est le dramaturge lui-même qui a adapté sa pièce pour le cinéma, et ce n’est pas la première fois qu’il s’adonne à ce genre d’exercice. En effet, il était déjà derrière le scénario de Bug (2007) de William Friedkin, d’après l’une de ses pièces.

Pour Killer JOE, Tracy Lett a été très présent pour l’équipe du film. Il a notamment rédigé un mémo détaillé qu’il a fait parvenir aux acteurs et à tous les membres de la production. Chacun a ensuite eu l’occasion de s’entretenir avec lui, ce que le réalisateur William Friedkin a fait avec plaisir : « Nous avons suivi les indications de Tracy à la lettre, tant elles constituaient une véritable révélation sur les motivations profondes de ce dont nous traitions », déclare-t-il.

Killer Joe : Une version un peu torturée de Cendrillon ?

Le réalisateur William Friedkin a comparé son film au classique Disney Cendrillon ! Avec quelques variations, tout de même : « C’est une version un peu tordue de l’histoire de Cendrillon. Juno Temple joue une jeune fille dont le frère et le père monnayent les charmes auprès d’un tueur à gages chargé d’assassiner leur mère. Cendrillon veut se libérer de cette famille, et la seule solution qui s’offre à elle pour y parvenir, c’est de tomber amoureuse de son prince, un flic qui est aussi tueur à gages », explique-t-il.

« Avec tous leurs travers, les personnages de Killer Joe nous offrent une sorte de peinture sociale tragique. Le film délivre des vérités immuables, même si elles sont gênantes. Il se passe dans le monde d’aujourd’hui où plus rien ne me choque. Nous maîtrisons si peu les choses qui nous arrivent dans la vie ; en fait, tous les personnages de Killer Joe cherchent à contrôler leur existence, sans y parvenir« , William Friedkin.

Deux prises, c’est tout

Chaque réalisateur a une politique différente sur le nombre de prises qu’il fait faire à ses acteurs lors du tournage d’un film. William Friedkin est de ceux qui font le moins de prises possible, comme l’explique le producteur Nicolas Chartier : « Billy Friedkin sait ce qu’il veut et comment l’obtenir. Le plus incroyable sur le tournage, c’est sa règle des « deux prises, c’est tout ». Il permet aux acteurs de se plonger à fond dans leurs personnages. Avec une caméra qu’il souhaite « invisible », il offre aux acteurs une atmosphère qui leur permet de donner le meilleur d’eux-mêmes. »

Matthew McConaughey est Killer Joe

Matthew McConaughey interprète le rôle-titre du film, Killer Joe, policier le jour, tueur à gages la nuit. Un personnage ambigu, donc. Le comédien raconte : « La première fois que j’ai lu le scénario, je n’arrivais pas à bien cerner mon personnage. Ensuite, j’ai rencontré Billy Friedkin, et son enthousiasme pour l’histoire d’amour et l’humour irrévérencieux de cette famille méchamment dysfonctionnelle m’a aidé à l’envisager sous un angle plus drolatique. »

Matthew McConaughey parle de son personnage, le policier et assassin Joe : « De toute évidence, Joe a depuis longtemps perdu toute notion de ce qu’est une famille, et son travail est la seule structure qui lui reste ». Il ajoute à propos de la relation qui se crée entre son personnage et la jeune Dottie (Juno Temple) : « Sa famille s’est servie de Dottie comme d’une vulgaire prostituée (…). Au fond, Joe trouve cet acte abject. Il veut donc aider la jeune fille à se libérer, et réalise qu’il pourrait se sauver lui-même par la même occasion. Il n’agit pas ainsi par suffisance, mais plutôt dans l’esprit de l’Ancien Testament, d’une façon quasi apocalyptique, pour donner une leçon à Chris, à Ansel, et surtout à Sharla. »

Emile Hirsch est Chris Smith

Dans Killer Joe, Emile Hirsch interprète le jeune dealer Chris Smith : « Il est bourré de défauts, mais il a aussi de grands rêves et des aspirations. Je dirais qu’il est à la fois un entrepreneur et un perdant magnifique », déclare le comédien à propos de son personnage. Ce que confirme le producteur Nicolas Chartier : « Il manque de sens moral, et il est très, très malchanceux. Mais au fond je ne pense pas qu’il soit malveillant… si l’on omet le fait qu’il essaye de tuer sa mère, de prostituer sa sœur et de vendre de la drogue à son père ! »

Juno Temple est Dottie Smith

Trouver l’actrice pour incarner la jeune et innocente fille de la famille Smith a été une tâche ardue. Le choix du réalisateur s’est finalement porté sur la jeune actrice britannique Juno Temple. La comédienne n’en est pas à son premier rôle au cinéma, même si elle n’a que rarement été vue en tête d’affiche (en 2012, elle a participé, à The Dark Knight Rises).

Juno Temple déclare à propos de son personnage, l’innocente Dottie : « Elle a un côté très enfantin, mais elle est aussi incroyablement mûre pour son âge. J’ai rarement incarné un personnage aussi honnête. On dirait une poupée de porcelaine prise dans un tourbillon de violence et de folie. »

Le film se déroule à la nouvelle Orléans, la pièce au Texas

A l’origine, la pièce de Tracy Letts se déroulait au Texas, mais la production du film a décidé que la Louisiane, et notamment la ville de La Nouvelle-Orléans, serait plus appropriée pour un long métrage de cinéma : « Le décor devait refléter l’ambiance et le ton de l’histoire, et La Nouvelle Orléans a tellement de facettes différentes que c’était la toile de fond parfaite pour notre film« , déclare le producteur Scott Einbinder.

Le Tournage

Le tournage du film a duré un peu plus d’un mois, et s’est déroulé entre novembre et décembre 2010.

Killer Joe et les festivals

  • Killer Joe a été présenté en Compétition à la Mostra de Venise 201.
  •  Sur le continent nord-américain, l’avant-première du film s’est tenue lors du Festival de Toronto de la même année.
  • En 2012, il est  présenté, en avant-première, lors du Festival de Deauville, qui rend également un hommage spécial à son réalisateur, William Friedkin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s