A (Re)découvrir

Sorcerer – Le Convoi de la peur de William Friedkin

le_convoi_de_la_peur,2

Le Convoi de la peur
Réalisé par William Friedkin
Avec Roy Scheider, Bruno Cremer, Francisco Rabal
USA, 1977, 2h00
Date de sortie : novembre 1978

Date de reprise : 15 juillet 2015

Synopsis :
Trois hommes sont amenés à fuir leur pays pour des motifs divers. Manzon, banquier à Paris, risque la prison pour cause de spéculation. Scanlon, minable escroc new-yorkais, est recherché par des truands, la police est aux trousses de Kassem, terroriste arabe.

On les retrouve tous les trois gagnant péniblement leur vie en travaillant comme ouvriers dans une raffinerie de pétrole au fin fond de l’Amérique du Sud. Repaire des damnés de la terre, le petit village où ils vivent est un insalubre et sordide bidonville. Ils ne tardent pas à vouloir quitter cet enfer.

Mais une importante somme d’argent, qu’ils ne possèdent naturellement pas, leur est nécessaire pour y parvenir. Une occasion inespérée de la gagner se présente pourtant. Il s’agit de transporter à bord de deux camions de la nitroglycérine à travers la jungle.

En dépit de l’immense danger que présente l’expédition (la nitro explose au moindre choc) nombreux sont ceux qui participent au concours destiné à trouver les meilleurs chauffeurs. Les trois hommes sont sélectionnés ; Nilo, un tueur professionnel, est le quatrième. D’immenses difficultés jalonnent leur épopée. Et tous y trouveront finalement la mort sauf Scanlon. Mais au moment où celui-ci s’apprête à quitter le pays après avoir touché sa prime, surviennent les truands qui étaient à sa recherche.

« Probablement le meilleur film de Friedkin. Et celui qui a précipité sa chute à Hollywood. Les spectateurs commençaient à se ruer sur La Guerre des Étoiles et refusèrent de suivre le cinéaste dans ce remake apocalyptique du Salaire de la Peur de Clouzot. Au delà d’un film symbolique sur la fin d’une ère et le début d’une autre, avant tout un film d’aventures opiacé, à nul autre pareil, vécu comme une épopée mentale au cœur de la jungle amazonienne. La scène du « passage du pont » est l’une des plus grandes scènes d’action qu’il m’ait été donné de contempler. Le score de Tangerine Dream participe puissamment à l’hypnose. » Nicolas Boukhrief (festival hallucinations-collectives).

Sorcerer

A propos du film

Sorcerer est le remake du film français Le Salaire de la peur d’Henri-Georges Clouzot sorti en 1955 qui réunissait notamment Yves Montand et Charles Vanel. Comme dans le film original, celui de William Friedkin prend appui sur le roman du même nom écrit par Georges Arnaud.

Compte tenu de son casting cosmopolite où l’on croise notamment l’Américain Roy Scheider, l’Espagnol Francisco Rabal et le Français Bruno Cremer, le film fut tourné aux quatre coins du monde emmenant l’équipe technique au Nouveau Mexique, dans le New Jersey, en République Dominicaine, à Jérusalem, à Mexico et à Paris.

Le tournage de Sorcerer fut pour le moins aussi épique que celui du Salaire de la peur qui fut interrompu à cause de la noyade accidentelle de deux soldats. Le tournage du film de William Friedkin dut composer avec l’une des maladies tropicales les plus rudes, la malaria, au moment où il fut tourné en Amérique Centrale.

Le film devenu culte fut un cuisant échec commercial lors de sa sortie.

Sorcerer 2

« Remake très réussi du « Salaire de la peur ». Le scénario devient même ici plus crédible, tout en tournant au film d’aventures.  La mise en scène de Friedkin traduit bien l’atmosphère étouffante, visqueuse, menaçante de la jungle qui entoure le village maudit. Le suspense est constant et l’image, splendide. » Jean Tulard (Guide des films).

Fiche technique

  • Film de William Friedkin
  • Année de sortie USA : 1977
  • Titre original : Sorcerer
  • Scénario : Walon Green, d’après le roman Le Salaire de la peur, de Georges Arnaud
  • Photographie : John M. Stephens, Dick Bush
  • Montage : Bud Smith, Robert K. Lambert
  • Musique : Tangerine Dream
  • Avec : Roy Scheider, Bruno Cremer, Francisco Rabal, Amidou, Ramon Bieri

Distribution

• Roy Scheider : Jackie Scanlon / Juan Dominguez
• Bruno Cremer : Victor Manzon / Serrano
• Francisco Rabal : Nilo
• Amidou : Kassem / Martinez
• Ramon Bieri : Charles Corlette
• Peter Capell : Lartigue
• Karl John : Marquez
• Friedrich von Ledebur : Carlos
• Chico Martínez : Bobby Del Rios
• Joe Spinell : Spider
• Rosario Almontes : Agrippa
• Richard Holley : Billy White
• Anne-Marie Deschott : Blanche
• Jean-Luc Bideau : Pascal
• Jacques François : Lefèvre

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s