La cinquième saison de Peter Brosens, Jessica Hope Woodworth

 La cinquième saison

La cinquième saison
Réalisé par Peter Brosens, Jessica Hope Woodworth
Avec Aurélia Poirier, Django Schrevens, Sam Louwyck
Belgique ,Pays Bas, France, 2012, 1h33
Date de sortie : 24 juillet 2013

Consulter les horaires du film dans les salles de Lyon et de sa région : ici

Synopsis 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Une mystérieuse calamité frappe un village belge dans les Ardennes : le printemps refuse de venir. Le cycle de la nature est brisé : les vaches ne vont plus donner de lait, les abeilles vont disparaître, le sol va rester stérile et les vergers vont pourrir, les poissons vont mourir…
Alice et Thomas, deux adolescents du village, vont se battre pour donner un sens à leur vie et s’adapter dans un monde qui s’effondre autour d’eux.

 « Pur OVNI cinématographique, « La cinquième saison » séduit par sa puissance visuelle et son inscription dans un fantastique poétique et apocalyptique. L’une des belles surprises de l’été. » Virgile Dumez (aVoir-aLire.com)

 « Les hommes sont sourds à la terre, et la terre sourde à l’homme. C’est à l’illustration de ce dialogue brisé que s’emploie « La Cinquième Saison », trouvant son langage propre dans une photographie merveilleuse. » Noémie Luciani (Le Monde)

La cinquième saison1

 Autour du film

La Cinquième Saison est le dernier volet de la trilogie réalisée par Peter Brosens et Jessica Woodworth : « Après Khadak en Mongolie et Altiplano au Pérou, nous avons choisi de tourner le dernier volet de notre trilogie là même où nous vivons, en Belgique« , commentent-ils. « Les trois films partagent d’évidence un même langage visuel, un sens de l’urgence et une thématique environnementale« , ajoute Peter Brosens.

Peter Brosens et Jessica Woodworth ont tourné La Cinquième Saison dans le village de Weillen, en Belgique wallonne : « C’est à deux kilomètres à peine de notre maison à Falaën« , précisent-ils. « Une communauté rurale y vit, entourée de prés et de champs et dominée par une forêt très sombre« . Le fait de tourner un film dans leur cadre de vie n’a pas empêché les deux cinéastes de faire de nombreuses recherches, tout comme pour leurs précédents films, Khadak et Altiplano : « Nous avons fait autant de recherches ici qu’en Mongolie ou au Pérou. Une professeure de l’université de Liège, nous a aidés sur certains aspects historiques et folkloriques. Nous avons passé au peigne fin centres d’archives et musées. Nous avons parlé avec les fermiers locaux de leur vie quotidienne et de leurs craintes« , indique Jessica Woodworth

 Dans La Cinquième Saison, qui se déroule dans un futur proche, le printemps n’arrive pas, l’hiver perdure. La palette de couleurs du film y est directement liée : les couleurs y sont très pâles, fidèlement aux couleurs de l’hiver en Belgique, et parce qu’à cause du prolongement de l’hiver, comme le souligne Peter Brosens, « les choses commencent à disparaître, même les couleurs ! »

 Le film a été intégralement tourné en hiver. Ceci a rendu l’équipe du film très dépendante des conditions atmosphériques. Elle a changé 27 fois son plan de travail, sur seulement 31 jours.

La cinquième saison2

Festivals

  •  En compétition à la Mostra de Venise 2012
  • En avant-première à Paris Cinéma 2013
  • En compétition au Festival de Cinéma Européen des Arcs 2012

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s