Séance Spéciale

Jeudi 6 mars 2014 à 20h30, au cinéma Le Zola : On cartoon dans le Grand Lyon ! avec Aya de Yopougon

Soirée présentée par l’équipe de « Le Zola te laisse les clés » qui vous a concocté une exposition BD & Ciné  autour du film, un quizz ….
Toutes les informations pratiques sur http://www.lezola.com/

Projection effectuée dans le cadre du festival « On cartoon dans le Grand Lyon ! « .
Le programme détaillé du festival sur http://www.oncartoondanslegrandlyon.fr/

Aya1

Aya de Yopougon 
Réalisé par Marguerite Abouet, Clément Oubrerie
Avec les voix de Aïssa Maïga, Tatiana Rojo, Tella Kpomahou
Animation
France, 2011, 1h24
Date de sortie 17 juillet 2013

Description

Fin des années 1970, en Côte d’Ivoire à Yopougon, quartier populaire d’Abidjan. C’est là que vit Aya, 19 ans, une jeune fille sérieuse qui préfère rester étudier à la maison plutôt que de sortir avec ses copines. Aya partage ses journées entre l’école, la famille et ses deux meilleures amies : Adjoua et Bintou, qui ne pensent qu’à aller gazer en douce à la nuit tombée dans les maquis…

« Le charme du film est dans sa tendresse réaliste et sans complaisance, dans son humour ponctué d’argot abidjanais et dans sa manière d’aborder les sujets les plus graves dans de très sonores éclats de rire. »  Première.

Aya

A propos du film

Aya de Yopougon est, à l’origine, une BD en 6 volumes traduite dans 15 langues et adaptée par ses créateurs : l’auteur Marguerite Abouet et le dessinateur Clément Oubrerie.
Passer d’une BD à un film n’est pas chose facile. Il y a plusieurs enjeux et paramètres à prendre en compte. L’un des points principaux est la musicalité. En Afrique, les mots sont prononcés de manière spécifique de même que la gestuelle y est différente qu’en Europe. Il a fallu éviter les stéréotypes. Clément Oubrerie explique : « Marguerite a non seulement assuré la direction d’acteurs, mais elle a aussi mimé et joué les personnages qu’on a filmés et qui ont ensuite servi de références pour les animateurs« .
Par ailleurs, le rythme est essentiel et a donné une véritable musicalité au film. Les dialogues accompagnent des dessins davantage complexifiés que dans la BD. Enfin, les couleurs du film sont issues de la BD bien que plus atténuées.

Aya de Yopougon comprend de vrais spots publicitaires qui, selon Clément Oubrerie, influent sur le long métrage car le spectateur ne peut s’empêcher d’avoir ces images en tête : « Elles coïncident avec l’arrivée de la télé à Yopougon (l’action se déroule en 1978) et elles donnent un côté drôle et décalé à l’histoire. Dès le départ, on se demande où on débarque car le film démarre sur une publicité. C’était aussi un clin d’oeil à une époque où on avait plus de liberté qu’aujourd’hui« , explique Marguerite Abouet.

« YOP CITY » est le surnom de Yopougon, la plus grande des 13 communes du district d’Abidjan, capitale économique ivoirienne où est née Marguerite Abouet et où l’action de Aya de Yopougon se déroule.

Clément Oubrerie, Joann Sfar et Antoine Delesvaux, producteurs délégués de Aya de Yopougon, ont également produit le film Le Chat du Rabbin en 2011. A noter que Marguerite Abouet est l’une des voix dans le film Le chat du  Rabbin.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s