Séance Spéciale

Jeudi 24 avril à 20h30, au cinéma Les Alizés, Black Coal en Avant-première

Le Ciné-club chinois vous présentera en avant-première Black Coal, Ours d’Or du meilleur film du Festival de Berlin ! 

Tarif spécial sur présentation d’un justificatif: 4,90€ (Les Amis du Cinéma, AAFC, ASIEXPO, Institut Confucius de Lyon)
Plus d’informations sur le site : www.cinemalesalizes.com

Black Goal

Black coal
Un film de Diao Yinan
Chine, 2014, 1h46min
Au cinéma le 11 juin 2014

Synopsis

En 1999, un employé d’une carrière minière est retrouvé assassiné et son corps dispersé aux quatre coins de la Mandchourie. L’inspecteur Zhang mène l’enquête, mais doit rapidement abandonner l’affaire après avoir été blessé lors de l’interpellation des principaux suspects. Cinq ans plus tard, deux nouveaux meurtres sont commis dans la région, tous deux liés à l’épouse de la première victime. Devenu agent de sécurité, Zhang décide de reprendre du service. Son enquête l’amène à se rapprocher dangereusement de la mystérieuse jeune femme. 

Black-Coal-42515

A propos du film

Le titre original est en total contraste avec la version anglophone qui l’a suivi. En mandarin, Bai Ri Yan Huo, veut dire « feu d’artifice en plein jour » alors que Black Coal Thin Ice signifie « charbon noir glace fine ». Selon le réalisateur, il s’agirait, pour le premier, de l’artifice utilisé pour se préserver de la cruauté du monde, et pour le second, de deux indices liés au meurtre dont il est question dans le film.

Black Coal s’inspire directement, par son atmosphère et son sombre propos, du Faucon maltais, de John Huston, et du Troisième homme, d’Orson Welles, selon les dires du réalisateur Yinan Diao. Il étudia aussi dans cette optique la scène d’ouverture de La Soif du mal . Ses précédents films s’inscrivaient déjà dans la veine ténébreuse du film noir. Son premier film, Uniform (2003), traitait de la double identité d’un personnage se servant des travers d’une société en déliquescence pour survivre, alors que Train de nuit, présenté à Cannes en 2007, suivait les déambulations d’une jeune femme gardienne de prison dans un univers fait de tristesse et de vengeance.

Le réalisateur, également scénariste des trois films qu’il a réalisé à ce jour, passa huit ans à mettre au point le scénario de Black Coal, en partant au départ d’une simple histoire de détective. La version filmée est la troisième écrite et finalisée par le cinéaste, qui voit à présent son long-métrage plus comme un film noir que comme un film de traque.

Black-Coal-42516

Le film vu par Nicolas Bardot (film culte)

« Dans Black Coal, Thin Ice, le décor d’une ville de province est plongé sous la neige, pétrifié par la glace. Tout semble endormi, mais quelque chose gronde et un tueur agit dans l’ombre. L’usage des couleurs dans Black Coal... éblouit: façades tristes éclairées par des arcs-en-ciel de couleurs, nuit noire déchirée par des néons clignotants. Lors d’un plan sublime, le réalisateur filme une grande roue (qui a probablement roulé de l’Autriche du Troisième homme jusqu’ici), qui s’allume, scintille et s’éteint pour disparaître dans la nuit, comme les poissons multicolores qu’on trouve au plus profond de l’océan. Là où sommeillent les fantômes.

C’est comme si je marchais aux côtés d’un homme mort, déclare l’un des personnages du film. Une femme, évidemment fatale, mais qui évoque aussi les canons classiques du fantôme asiatique. A la fois évaporée, séduisante et figure menaçante de la culpabilité, cheveux noirs dissimulant momentanément son visage puis vient cet instant où elle met du rouge sur ses lèvres. Elle finit même par flotter littéralement lors de la meilleure scène du film… sur patins à glace. Les patins à glace, parlons-en: on en fait un usage tranchant qui devrait plaire à Tonya Harding. La violence surgit d’un coup dans cette nuit noire, le réalisateur jouant avec les ruptures de ton, de la comédie absurde au drame pathétique. Les apparences ensommeillées sont évidemment trompeuses dans ce film dont le titre original parle de feux d’artifice tirés en plein jour. Le sens du mystère de Yinan Diao, qui s’immisce dans des recoins qui semblent oubliés, est remarquable. »

Black-Coal-42512

Prix et festivals

festival de berlin : ours d’or 2014

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s