Séance Spéciale

Ciné-concerts « L’Homme qui rit » et « Gosses de Tokyo », à l’UKRONIE du 24 au 26 avril 2014

Deux films accompagnés en musique live !
« L’Homme qui rit » et « Gosses de Tokyo », à (re)découvrir tout en musique au Théâtre de l’Ukronie 19 rue de Marseille 69007 Lyon 

Cinéconcert1

Quatre soirs pour deux films, deux des derniers feux du cinéma muet. L’homme qui rit (1928), chef-d’œuvre de Paul Leni, transfuge du cinéma expressionniste allemand, appelé à l’Universal pour, l’air de rien, fournir la matrice des classiques de l’épouvante que le studio produira durant les vingt années qui suivront. Mais le film est aussi, d’abord, une adaptation du roman de Victor Hugo d’une ébouriffante intelligence. Denis Fargeat accompgnera le film  au piano.

Il sera rejoint par Jean-Charles Montibert, trompette, et Pierre-Yves Côte, contrebasse, pour l’accompagnement d’un film d’Ozu, Gosses de Tokyo. Déjà filmé à hauteur d’enfant, ce film de 1933, encore muet, renferme déjà tout l’humanisme des œuvres de la maturité, tout en étant un document hyperréaliste sur la vie du Tokyo de l’époque. Les amoureux du Japon doivent courir voir ce film s’ils ne l’ont déjà vu !

Plus d’informations sur http://macguffin.wix.com/theatre-uchronie

Les séances :

  • L’homme qui rit, Mer 23 avril 2014 à 20h30, Jeu 24 avril 2014 à 20h30
  • Les Gosses de Tokyo, Ven 25 avril 2014 à 20h30, Sam 26 avril 2014 à 20h30

 L’homme qui rit de Paul Leni (1h50)

L'homme qui ritAccompagné au piano par Denis Fargeat

Au XVIIe siècle en Angleterre, un tout jeune enfant, Gwynplaine, dont le père, ennemi juré du Roi Jacques II, a été assassiné, est défiguré : on lui a fendu la bouche d’un coup de couteau jusqu’aux oreilles. Il a été vendu à des bohémiens sur ordre du souverain.
Devenu phénomène de foire, le jeune homme est exhibé dans la tente d’Ursus. Il aime Dea qu’il a sauvée du froid, une nuit, dans le blizzard. La jeune fille, aveugle, n’est pas rebutée par son horrible apparence …

Le film de Paul Leni, tourné en 1928, est d’une incroyable richesse visuelle, et est porté par un merveilleux casting : Conrad Veidt (Gwynplaine), Mary Philbin (Dea), Olga Baclanova (duchesse Josiana), Josephine Crowell (la reine Anne), George Siegmann (Dr Hardquanonne).

Les Gosses de Tokyo de Yasujiro Ozu (1h29)

Les gosses de tokyoLes musiciens : piano : Denis Fargeat, trompette : Jean-Charles Montibert, contrebasse : Pierre-Yves Côte,

L’histoire : Dans les années 30, dans la banlieue ouvrière de Tokyo, un petit garçon et son jeune frère admirent leur père jusqu’au jour où ils le voient en tant que petit employé faisant des courbettes devant son chef de bureau. Ils se mettent alors à le mépriser….

Un des premiers films de Yasujiro Ozu, hommage au burlesque mais annonciateur des films de la maturité dans sa finesse d’observation des rapports humains.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s