Séance Spéciale

Jeudi 22 mai au cinéma Les Alizés, le Ciné-club chinois invite son voisin japonais avec Real de Kiyoshi Kurosawa

Jeudi 22 mai à 20h30, au cinéma Les Alizés à Bron (214 avenue Franklin Roosevelt, T2 – Arrêt ‘Les Alizés’)

Plus d’information concernant la séance sur http://www.cinemalesalizes.com/

real

Japon. 2014 – 2h07
Avec Takeru Sato, Haruka Ayase, Jô Odagiri
Date de sortie : 26 mars 2014

Consulter les horaires du film à Lyon et dans sa région : ici

Synopsis : 

Atsumi, talentueuse dessinatrice de mangas, se retrouve plongée dans le coma après avoir tenté de mettre fin à ses jours. Son petit-ami Koichi ne comprend pas cet acte insensé, d’autant qu’ils s’aimaient passionnément. Afin de la ramener dans le réel, il rejoint un programme novateur permettant de pénétrer dans l’inconscient de sa  compagne. Mais le système l’envoie-t-il vraiment là où il croit ?

Après un détour par la télévision via le splendide drama Shokuzai (sorti cette année dans les salles françaises), Kiyoshi Kurosawa adapte pour le cinéma le roman de science-fiction The Day of the Perfect Plesiosaur de Rokurô Inui et livre une superbe histoire d’amour aux ramifications psychologiques d’une complexité rare.

A propos du film

Kiyoshi Kurosawa est un réalisateur atypique : ces films sont souvent parfois terrifiants, parfois étranges, mais deux thèmes y reviennent quasiment constamment. Il en va de même pour Real, qui explore la thématique de la mort, de la relation que l’homme entretient avec elle, ainsi que celle des frontières de notre perception du réel, changeantes et divergentes.

Dans Real, Kurosawa utilise le coma pour faire avancer son intrigue et se libérer des contraintes de la réalité. Procédé bien utile qu’il avait déjà utilisé dans son précédent film Shokuzai (2012) et dans License to live (Ningen gôkaku -1998-).

Real est l’adaptation du roman de Rokuro Inui, appelé « A Perfect Day for Plesiosaur« .

Real fait du manga un thème central de l’intrigue, d’un point de vue narratif. Kurosawa lui a donné une telle importance après avoir rencontré plusieurs mangaka (dessinateurs de manga) qui voulaient leur dessin le plus réaliste possible et qui souhaitaient aussi faire du cinéma qu’ils considéraient comme une captation du réel. Cette idée interpella le réalisateur qui ne voyait pas dans le procédé cinématographique une extraction de la réalité : il voulut alors mettre en scène ces dessinateurs et leur production qui finissaient par confondre réel et irréel.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s