Bande de filles de Céline Sciamma

bande_de_filles
Bande de filles de Céline Sciamma
Avec : Karidja Touré, Assa Sylla, Lindsay Karamoh, Mariétou Touré
France/2014/1h52
Sortie le 22 Octobre 2014
DESCRIPTION
Marieme vit ses 16 ans comme une succession d’interdits. La censure du quartier, la loi des garçons, l’impasse de l’école. Sa rencontre avec trois filles affranchies change tout. Elles dansent, elles se battent, elles parlent fort, elles rient de tout. Marieme devient Vic et entre dans la bande, pour vivre sa jeunesse.
BANDE DE FILLES : chronique sur l’adolescence en banlieue
Bande de filles1
A PROPOS DU FILM
Après La Naissance des pieuvres et Tomboy, Céline Sciamma revient avec Bande de filles, qui parle d’adolescence, de banlieue, de rebellion, d’amitié. Elle réussie à capter l’énergie de jeunes filles qui refusent de rester en place. Bande de Filles a ouvert la Quinzaine des réalisateurs des réalisateur du Festival de Cannes 2014. Il s’est fait remarqué par la qualité de l’interprétation des quatre jeunes actrices et la beauté de ses images. Si le film ne nous apprend rien sur la banlieue, il à l’originalité d’être filmé du point de vue d’un groupe de filles.

« En 1995, la Haine de Matthieu Kassovitz installe pour longtemps dans l’imaginaire français le style et les attitudes du «jeune de banlieue». Un peu hâbleur, stylé sportswear, baignant dans le rap et la fascination pour le cinéma américain (la fameuse scène où Vincent Cassel se prend pour De Niro dans Taxi Driver). Un cinéma de garçons de toute évidence. Vingt ans plus tard, la question de la banlieue reste explosive et une jeune femme, Céline Sciamma, prend le risque de l’aborder à nouveau en cherchant à en arracher les couches successives de peaux mortes qui y sont accolées. Bandes de filles nous permet de partager un bout de chemin avec une adolescente française, black, Marieme, 16 ans (la révélation Karidja Touré), vivant dans une cité HLM. D’abord ado timide, on la voit s’affranchir dans le frottement amical et galvanisant avec des copines dessalées, se donner du champ par rapport aux frangins, aux déceptions de l’école et aux débouchés de boulot peu engageants. » Didier Péron et Elisabeth Franck-Dumas pour Libération

L’ORIGINE DU FILM ET LE CHOIX DES ACTRICES
« Le désir premier« , raconte Céline Sciamma, « ce sont les personnages. Ces filles que je croisais dans le quartier des Halles, dans le métro, à la Gare du Nord. En bande, bruyantes, vivantes, dansantes ». Mais plus qu’une fascination, la réalisatrice a vu en elles des enjeux plus profonds et qui lui sont chers : la construction du féminin, l’affirmation des désirs, la recherche d’identité. Cette volonté de la réalisatrice apparaît clairement dans la scène emblématique du film . Dans une chambre d’hôtel, les quatre héroïnes ont consommé pizzas, alcool et joints quand Lady (Assa Sylla) commence à chanter en playback Diamonds de Rihanna. S’en suit un pur moment de spontanéité et une joie de vivre visiblement communicative. »

Pour caster les comédiennes de Bande de filles, Christel Baras, directrice du casting, a déambulé dans les rues de Paris, à la recherche de physiques et de personnalités. Après des centaines d’auditions, ce sont finalement Karidja Touré, Assa Sylla, Lindsay Karamoh, Marietou Touré qui ont été retenues.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s