A la une

En décembre, La vie de château, film Ciné-Collection

Dans le cadre de Ciné-Collection, une fois par mois, les salles du GRAC proposent de (re)découvrir un film du répertoire. Les titres sont proposés en copies restaurées au format numérique. Du 1er décembre 2014 au 12 janvier 2015, « La vie de château » de Jean-Paul Rappeneau  avec Catherine Deneuve, Philippe Noiret, Pierre Brasseur.  

Un grand nombre de séances sont présentées par un spécialiste ou un cinéphile averti.

Toutes les informations pratiques sur le site du GRAC

Téléchargez le programme ici

La vie de château

La vie de château de Jean-Paul Rappeneau
Avec Catherine Deneuve, Philippe Noiret, Pierre Brasseur
France, 1965, 1h33, N&B.
Date de reprise: 28 Mai 2014

Prix Louis Delluc 1965

DESCRIPTION
Juin 1944, dans un château du bord de mer normand vit Jérôme avec sa charmante épouse, Marie. Excédée par le flegme de son époux, Marie ne désire qu’une seule chose : vivre à Paris. Pendant ce temps là, un résistant est parachuté dans la région, il rencontre la belle châtelaine et en tombe fou amoureux. Le château occupé par des allemands, dont un commandant sous le charme de Marie, sera le théâtre de ce quatuor amoureux.

Le film a été restauré en 2K à partir du négatif original. Stéphane Lerouge, restaurateur de bandes originales, s’est attelé à la rénovation de la musique du film composée par l’incontournable Michel Legrand.

La vie de château1

« Une comédie en temps de guerre comme Jean-Paul Rappeneau en a toujours eu le secret (voir par exemple Les Mariés de l’an II ou Bon voyage, injustement boudé par le public) : rythmée, bien écrite (Claude Sautet et Alain Cavalier ont collaboré au scénario), pleine de grâce, de tristesse, de femmes capricieuses mais amoureuses. La comédie à la Rappeneau se situe à la croisée du cinéma américain et du théâtre français.

Et puis il y a les comédiens, parmi lesquels Catherine Deneuve, dont le débit rapide est très intelligemment utilisé par le cinéaste français. Du cinéma artisanal, commercial, certes, mais stylé, classieux, digne. Le petit monde de Rappeneau, il ferait bon y vivre. » Jean-Baptiste Morain, Les Inrocks.

Vie-Chateau2

« Certains films naissent sous une bonne étoile. La vie de château (1966) a été écrit par le jeune Jean-Paul Rappeneau sur une idée d’Alain Cavalier (Thérèse en 1986). Son script ne trouvant pas acquéreur, il décide de le retravailler avec l’aide de Claude Sautet, devenu alors le sauveur des scénarios malades. Une fois le travail terminé, les dialogues sont confiés à Daniel Boulanger, grand spécialiste du genre. Avec de telles fées penchées sur son berceau, le futur film naissait sous de bons auspices. La recherche des acteurs est une étape fondamentale que le cinéaste n’a pas négligée. Il s’entoure ici de fortes personnalités comme Pierre Brasseur et Mary Marquet, deux monstres sacrés qui font leur numéro et sont une fois de plus impeccables. Parmi les jeunes recrues, on compte Catherine Deneuve, tout juste auréolée du succès du film de Jacques Demy Les parapluies de Cherbourg (1964), mais aussi Philippe Noiret en garçon nonchalant, rôle qui lui colla à la peau pendant de longues années. On note également une interprétation vive d’Henri Garcin, toujours très à l’aise dans la comédie.
Cette fantaisie très enlevée, véritable vaudeville sophistiqué, est l’occasion pour Jean-Paul Rappeneau d’expérimenter sa technique de compression des situations qui donne à ses œuvres un rythme extraordinaire. Ici, chaque scène s’entrechoque avec la suivante, ne laissant guère le temps au spectateur de souffler. Cette rythmique comique déclenche le rire, fréquent dans cette savoureuse description de la guerre. Un grand soin a été apporté aux éclairages et le noir et blanc très contrasté est de toute beauté, se démarquant sans peine des autres comédies tournées alors. Ce premier film peut donc apparaître comme un coup de maître dans la carrière bien plus inégale de son auteur. » Virgile Dumez pour Avoir-alire

la-vie-de-chateau3

JEAN-PAUL RAPPENEAU

Né en 1932 dans l’Yonne, Jean-Paul Rappeneau débute dans le cinéma comme scénariste, notamment avec Yves Robert pour Signé Arsène Lupin (1959), avec Louis Malle pour Zazie dans le métro (1960) et Vie privée (1961), et avec Philippe de Broca pour L’homme de Rio (1964). Sa première réalisation, La vie de château, remporte en 1966 le prix Louis-Delluc. Depuis, il a alterné de longues périodes d’absence avec la sortie de films qui remportent chaque fois un grand succès tant auprès du public que des critiques : Les mariés de l’an II(1971), Sauvage (1975), Tout feu tout flamme (1981), Cyrano de Bergerac (1990), Le Hussard sur le toit (1996), Bon voyage (2002).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s