A L'affiche....

Américan Sniper, la guerre filmée du point de vue d’un Sniper

American Sniper

Américan Sniper réalisé par Clint Eastwood
Avec Bradley Cooper, Sienna Miller, Luke Grimes
USA, 2015, 2h12
Date de sortie : 18 février 2015

L’HISTOIRE

American Sniper s’inspire de la vie et du livre autobiographique de Chris Kyle, sous-officier de la marine américaine et redoutable tireur d’élite qui a tué plus de deux cents personnes (un record dans l’histoire militaire des USA) au cours de la Guerre d’Irak.

Après 10 ans de vie au combat, il rentre au Texas et reprend petit à petit, une vie familiale normale avec sa femme et ses deux enfants. De retour aux USA, Chris Kyle ouvre un centre de formation pour apprentis tireurs d’élite. Le logo de son centre est une tête de mort inspirée du comics Punisher.  Il s’engage dans le soutien aux vétérans et publie un roman (ici adapté), dans lequel il confesse ne regretter aucun de ses actes. Il  meurt assassiné le 2 février 2013, tué par un ex-marine de 25 ans. Ce dernier comme beaucoup de soldats revenant de la guerre souffre du syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

AMERICAN SNIPER

AMERICAN SNIPER, UN FILM A SUCCES PROVOQUANT UNE POLIMIQUE

American Sniper a pour l’instant (au jour du 3 février 2015) récolté un peu plus de 315 millions de dollars dans le monde dont 249 millions aux Etats-Unis. Il s’agit du plus gros succès du réalisateur Clint Eastwood sur le sol américain devant Gran Torino (148 millions) et Million Dollar Baby (100 millions).

Le film a aussi déchaîné les passions outre-Atlantique depuis sa sortie. Manifeste républicain pour les uns, œuvre patriotique pour certains, apologie des armes à feu pour d’autres, le film suscite autant d’amour que de rage.

AMERICAN SNIPER

LA GUERRE FILMEE DU POINT DE VUE DU SNIPER 

Dans American Sniper, le réalisateur filme la guerre du point de vue unique de son personnage principal. Il n’est pas question de géopolitique mais d’un être humain. Le héro est aveuglé par son patriotisme. Il est dévoué à son engagement dont les objectifs sont protéger l’Amérique et sauver les soldats américains en danger. Pour lui, une menace, qu’elle vienne d’un sniper ennemi ou d’un enfant est une cible. Sur le terrain des combats, il ne se permet aucune émotion.

Dans American Sniper, Clint Eastwood se sert des aptitudes incroyables du protagoniste pour mieux montrer l’horreur de la guerre, les souffrances qui ne se réparent jamais. Du bourbier irakien à son cocon familial américain, chaque balle tirée changera l’homme, chaque mort impactera inéluctablement sa vie de famille.

Le réalisateur nous montre en permanence  les deux réalités séparées et alternées de la vie du héro : la vie conjugale et familiale, sur le sol américain, et la guerre en Irak.  Cela constitue le point fort du film.

AMERICAN SNIPER

UNE BELLE RECONSTITUTION DES VILLES IRAKIENNES 

Ce qui frappe dans le film de Clint Eastwood c’est la justesse de la reconstitution – effectuée au Maroc –  des villes irakiennes Ramadi, Falloujah et Sadr City.

En ce qui concerne la reconstitution, la chef décoratrice Charisse Cardenas précise : « J’ai fait quelques recherches sur l’Irak, me concentrant sur Ramadi, Falloujah et Sadr City. J’ai aussi pris des notes sur les descriptions que Chris Kyle fait de ses différentes bases d’affectation. Notre équipe de repérage au Maroc nous a aussi aidés pour restituer fidèlement à l’image ses années de service dans le pays ».

Si la majeure partie des scènes irakiennes ont été tournés au Maroc, l’une des séquences de bataille les plus impressionnantes où Chris Kyle et son équipe sont réfugiés dans une usine désaffectée, a été tournée à 160 kilomètres de San Diego dans le désert. Au moment de cette attaque, une terrible tempête de sable les menaçait également : elle a été recréée grâce à l’équipe d’effets spéciaux.

TA3A5741.DNG

DES ACTEURS DANS LA PEAU DE TIREURS D’ELITE

Pour endosser le rôle de Chris Kyle, Bradley Cooper s’est mis à tout faire pour lui ressembler physiquement en prenant énormément de masse musculaire. Il s’est également mis à étudier sa façon de parler et de se déplacer grâce à des enregistrements audio et vidéo de Kyle. L’acteur a aussi cherché à acquérir un accent texan proche de celui du militaire.

Les acteurs  ont dû apprendre comment manier les armes des SEAL, leur jargon et leur façon de se déplacer pendant le combat. L’acteur Luke Grimes précise : « On nous a constamment rappelé que nous ne faisions pas cela uniquement pour la caméra, mais pour les gars qui étaient encore sur le terrain, et nous avons pris ça très au sérieux« 

L’un des frères d’armes le plus proche de Chris Kyle, Kevin Lacz a pu fournir des informations précieuses à l’équipe du film concernant les batailles militaires auxquelles ils ont pris part. Notons que Lacz a également joué son propre rôle dans le film.

0703525.tiff

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s