Séance Spéciale

Dimanche 31 mai au Comoedia, The Lunchbox de Ritesh Batra en présence du journaliste et écrivain Manu Joseph.

Dans le cadre du Festival Les Assises Internationales du Roman, le ciméma Comoedia propose une ciné-rencontre autour du film The Lunchbox. La séance aura lieu dimanche 31 mai à 11h15, et sera suivie d’une discussion avec le public en présence du journaliste et écrivain Manu Joseph.

Rencontre en lien avec le master d’études indiennes de l’Université Jean Moulin Lyon 3, animée par Christine Chojnacki, professeur d’Indologie.

Toutes les informations sur www.cinema-comoedia.com

Thelunchbox

Inde, 2013, 1h44
Avec Irrfan Khan, Nimrat Kaur, Lillete Dubey
Date de sortie : 11 décembre 2013

Synopsis : 

Ila, une jeune femme délaissée par son mari, se met en quatre pour tenter de le reconquérir en lui préparant un savoureux déjeuner. Elle confie ensuite sa lunchbox au gigantesque service de livraison qui dessert toutes les entreprises de Bombay. Le soir, Ila attend de son mari des compliments qui ne viennent pas.

En réalité, la Lunchbox a été remise accidentellement à Saajan, un homme solitaire, proche de la retraite. Comprenant qu’une erreur de livraison s’est produite, Ila glisse alors dans la lunchbox un petit mot, dans l’espoir de percer le mystère.

« A partir d’un canevas classique, Ritesh Batra dresse un portrait saisissant de l’Inde d’aujourd’hui (…). En mêlant humour et nostalgie, réflexion sociale et sentimentale, il prône un retour à l’essentiel (…) pour redessiner la ligne droite qui fait se rencontrer deux êtres humains. Tout simplement, mais avec tellement de finesse. » Positif. 

THELUNCHBOX1_COPYRIGHT_AKFPL

A propos du film

The Lunchbox est le premier long métrage du réalisateur Ritesh Batra. Il a réalisé de nombreux courts métrages dont Café Regular, Cairo (2011) qui l’a propulsé dans de nombreux festivals dans lesquels il a remporté pas moins de 12 prix.

Interprétant deux des rôles principaux du film, Nimrat Kaur et Nawazuddin Siddiqui ont déjà joué dans le même film sans pour autant avoir de scène commune. Il s’agissait du film à sketches indien Bombay Talkies (2013) où les deux acteurs sont apparus dans des segments différents.

Si l’intrigue du film se passe à notre époque, de nombreuses références sont faites aux années 80 puisqu’il s’agit de l’époque où le réalisateur Ritesh Batra a passé son enfance à Bombay, décor de The Lunchbox.

THELUNCHBOX2_COPYRIGHT_AKFPL

Notes du réalisateur Ritesh Batra (extrait du dossier de presse)

« Les «Dabbawallahs»

Les «Dabbawallahs» rassemblent environ 5000 livreurs de lunchboxes. C’est un métier qui se transmet de père en fils. Tous les matins, les Dabbawallahs amènent les plats chauds préparés par les épouses sur le lieu de travail de leurs maris, puis ils retournent les boîtes vides l’après-midi. Depuis 120 ans, ils ont permis à la population de Bombay de consommer des plats faits maison au bureau. Ils se déplacent avec aisance à travers le réseau ferroviaire surchargé et les rues chaotiques de la ville. Les Dabbawallahs sont illettrés et emploient un système de codage complexe de couleurs et de symboles pour réussir à livrer les lunchboxes dans ce labyrinthe qu’est Bombay.

L’Université d’Harvard a étudié leur système de livraison et conclu que seulement une lunchbox sur un million n’était pas livrée à la bonne adresse.The Lunchbox est le récit de cette exception.

Les transports publics de Bombay
Bombay est une ville où les gens sont comme des lunchboxes. La ville transbahute des millions de personnes de leur domicile à leur travail, brinqueballés dans les transports comme de simples objets. Dans leur course quotidienne, les habitants n’ont que peu de moments de répit où ils peuvent prendre du recul sur eux-mêmes. Mais cette ville, qui peut être cruelle, peut aussi se révéler bienveillante. L’histoire suit la trajectoire de l’unique lunchbox sur un millionqui n’arrive pas à bon port pour aboutir sur un récit où l’espoir surgit de quartiers inattendus, et où les personnages deviennent un peu plus que de simples lunchboxes.

Hors de Bollywood

Il est difficile en Inde de réaliser des films à la croisée des genres car la plupart du public appréciant les films qui ne viennent pas du système Bollywood classique se trouve essentiellement à l’international. J’espère que The Lunchbox trouvera malgré tout des spectateurs en Inde. Je souhaite que l’humour présent dans l’histoire attire le public local et qu’il découvre ensuite les aspects plus sous-jacents du récit. Le public change en Inde et les films qui reflètent les conditions Indiennes devraient assez vite trouver un écho.

THELUNCHBOX4_COPYRIGHT_AKFPL

Festivals

  • Festival de Cannes 2013
  • Festival de Toronto 2013
  •  Festival de Londres 2013
  • Prix meilleur réalisateur Festival Saint Jean de Luz
  • Prix meilleur film festival Extravagant India

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s