Festival

Jeudi 21 mai au cinéma Comoedia, « Chelli », dans le cadre du Festival de Cinéma Israélien

Jeudi 21 mai à 20h00, Dans le cadre du Festival de Cinéma Israélien qui se déroulera à Lyon du 12 au 28 Mai, en partenariat avec l’Espace Hillel, le Cinéma Comoedia propose le très beau film Chelli.

Voir tout le programme du Festival.

Toutes les informations concernant la séance sur www.cinema-comoedia.com


chelli-a120x160

Chelli
Réalisé par Asaf Korman
Avec Liron Ben-Shlush, Dana Ivgy, Yaakov Zada Daniel
Israël, 2015, 1h30

Date de sortie 4 mars 2015 

Chelli a fait partie de la sélection 2014 de la Quinzaine des Réalisateurs.

Synopsis

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Chelli et Gabby sont sœurs et s’aiment follemen. Chelli s’occupe de sa sœur Gabby, handicapée mentale. Quand les services sociaux découvrent que Gabby reste seule à la maison lorsque sa soeur part travailler, Chelli se retrouve contrainte de la placer dans un institut de jour. Ce changement va cependant lui permettre de se rapprocher de Zohar. La présence de cet homme dans sa vie va engendrer une fêlure dans la relation symbiotique des deux sœurs. Tous trois forment alors un trio étrange, où les frontières entre amour, sacrifice et torture vont être brisées.

A propos du film

Cheli est l’histoire d’un amour total : celui de Chelli, jeune femme énergique, pour sa soeur Gabby, handicapée mentale. Dans leur petit appartement encombré, à la périphérie grise d’une ville israélienne, elles sont comme seules au monde. Chelli se démène jour et nuit, câline,soigne,réprimande, débarbouille, nourrit …

Pour écrire le scénario, Asaf Korman s’est inspiré de la jeunesse de sa femme, Liron Ben Shlush, qui a grandi avec une sœur handicapée mentale. Après en avoir parlé avec elle, le cinéaste a décidé de centrer son histoire sur la négligence, par amour, de sa propre vie au profit de celle de quelqu’un d’autre. C’est Liron Ben Shlush qui incarne Chelli.

Dana Ivgy elle joue la sœur handicapée dans le film. Elle ressemble beaucoup à la soeur de Liron Ben Shlush, ce qui a considérablement facilité le travail pour l’actrice. Une vraie complicité est ainsi née entre les deux femmes. Dana Ivgy n’est pas handicapée dans la vie réelle, elle a passé de nombreux jours dans le centre où vit la sœur de Liron Ben Shlush et a parlé à de nombreux médecins pour comprendre le comportement, la gestuelle et les actes de Gabby (son personnage).

Le film est un huis-clos qui se passe presque entièrement dans la même pièce. Afin d’utiliser au mieux cet espace unique, Asaf Korman a ainsi choisi de filmer en cinémascope, donnant à la pièce l’aspect d’un paysage et uniquement en plans fixes, accentuant l’effet d’enfermement du personnage principal dans son rôle de « grande sœur ».

Même la bande-son, très travaillée, évoque l’isolement : incessants coups de fil d’une assistante sociale tenue à distance, tapage permanent des voisins, rumeur d’un monde extérieur étanche, étranger

Pour accentuer l’isolement, un grand travail sur la bande-son a été effectué. Ainsi, tout au long du film, on peut entendre les bruits du quartier, les incessants coups de fil d’une assistante sociale tenue à distance, le tapage des voisins..

Alors qu’il traite d’un sujet très réaliste et dramatique, le film tend rapidement vers le thriller. Asaf Korman explique : « Liron et moi savions qu’avec un tel sujet, nous allions sur un territoire dangereux où nous pouvions facilement tomber dans le mélodrame à l’émotion racoleuse. Nous nous sommes efforcés de lutter contre cela avec les outils cinématographiques légués par Hitchcock et d’autres auteurs de films de genre, sans se laisser déborder par l’aspect intime, réaliste, personnel et émotionnel qui était au départ de cette histoire. »

chelli-une

Asaf Korman

Né en 1982 à Tel-Aviv, Asaf fait des films et de la musique depuis ses 16 ans. Réalisateur de plusieurs courts métrages présentés dans de nombreux festivals internationaux, parmi lesquels Death of Shula, son film de fin d’étude à la Minshar for Art, qui fut présenté lors de la 39e Quinzaine des Réalisateurs. Il est également un monteur très demandé en Israël où il a notamment travaillé sur Big Bad Wolves (2013) et Jaffa (2009). Chelli est son premier long métrage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s