A (Re)découvrir

Umberto D. de Vittorio de Sica à l’affiche du Cinéma Comoedia

UMBERTO. D, est à l’affiche du cinéma Comoedia à partir du mercredi 20 mai 2015.

Toutes les informations pratiques sur www.cinema-comoedia.com

UMBERTO+D.

Umberto D. réalisé par Vittorio De Sica
Avec Carlo Battisti, Maria-Pia Casilio, Lina Gennari
Italie – 1952 – 1h29
Date de reprise 5 janvier 2005
Date de sortie 19 juillet 2006 – en DVD

Synopsis 

Fonctionnaire à la retraite, Umberto ne parvient plus à subvenir à ses besoins. N’ayant pour seul refuge qu’une pension en piteux état, le vieil homme occupe ses journées à trouver de quoi manger avec pour seul compagnon son chien Flike. Lorsque sa propriétaire menace de l’expulser, Umberto se lie d’amitié avec une jeune femme de chambre…

« Umberto D. est la plus grande réussite de De Sica, un grand film sur un héros du quotidien. C’était le précieux cadeau de De Sica pour son père. Et pour nous. » Martin Scorsese

Une longue restauration

Très abîmé, le négatif du film a fait l’objet d’une longue et très minutieuse restauration par la société italienne Mediaset, déjà à l’origine de la restauration du Jardin des Finzi-Cintini de Vittorio De Sica. Après plus d’une année de travail, le film, présenté dans une nouvelle copie, a été projeté à Milan, Rome et New York, en 1999.

Quatrième collaboration

Umberto D. marque la quatrième collaboration entre le réalisateur Vittorio De Sica et son scénariste Cesare Zavattini, depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Le duo avaient notamment travaillé ensemble sur Le Voleur de bicyclette, Sciuscia et Miracle à Milan, d’immense succès critiques et publiques.

Acteurs non professionnels

Tous les acteurs du film, y compris Carlo Battisti qui joue le rôle-titre, sont non professionnels.

Un échec sans appel

Umberto D. a été un échec sans appel au box-office italien, bien que le film ait récolté d’élogieuses critiques dans le monde, ainsi que des récompenses, dont celle du Meilleur film de l’année, décerné par l’influent New York Film Critics Circle. L’une des raisons de son échec fut la violente campagne menée contre lui -et jusqu’à sa sortie- par le politicien et journaliste Giulio Andreotti, dans le quotidien Libertà, l’organe officiel du Parti Démocrate Italien, alors au pouvoir en place. Vittorio De Sica était alors accusé par Andreotti de donner une image catastrophique du pays, misérabiliste, et que le cinéaste, selon les termes même d’Andreotti, « lavait son linge sale en public ». Les propos dénigrants d’Andreotti trouvèrent également écho au sein du tout puissant Parti Communiste Italien, tandis que le film se retrouvait privé de tout soutien financier du gouvernement.

photo Carlo Battisti, Vittorio De Sica

La fin du néo-réalisme

Vittorio De Sica avait délibérement choisi de réaliser les scènes d’intérieur en studio, rompant de fait avec la « charte » du néo-réalisme. En cela, Umberto D. marque la fin de la période néo-réaliste du cinéma italien, ouverte sept ans plus tôt avec Rome ville ouverte de Roberto Rosselini. La production cinématographique italienne qui suivit Umberto D., évoluant au sein d’atmosphères beaucoup plus légères, avec des moeurs plus relâchées et des conditions de vie bien meilleures, valu à ce nouveau genre d’être qualifié de « néo-réalisme rose ».

 Un homme sans chien de Francis Huster remake français de « Umberto D. »

Un homme et son chien est le remake français d‘Umberto D., classique italien de Vittorio De Sica datant de 1952. A l’origine, le rôle principal était tenu par l’acteur Carlo Battisti.

Francis Huster retrace la genèse du projet : « Alors que je tournais aux Etats-Unis Un autre homme, une autre chance sous la direction de Claude Lelouch, je me suis retrouvé à Malibu dans une soirée en compagnie de Martin Scorsese et nous avons évoqué ensemble Umberto D., qui est l’un de ses films fétiches. J’avais vu ce film quand j’avais treize ou quatorze ans : il m’avait fait pleurer, mais je ne savais plus pourquoi. Trente ans plus tard, lorsque Jean-Louis Livi m’a proposé de réaliser un film, je lui ai dit qu’un projet m’obsédait depuis longtemps : Umberto D.. Mais je ne pouvais le faire qu’à une seule condition : remplacer le néoréalisme italien par un néoréalisme au niveau du jeu des acteurs et justifier que la même histoire puisse s’ancrer dans la France d’aujourd’hui, montrer que rien n’avait changé depuis l’époque de Vittorio De Sica. »

UMBERTO+D.+PHOTO1

« Avec cet Umberto D. bouleversant, Vittorio de Sica signa son film favori et l’un des chefs-d’oeuvre les plus significatifs du néo-réalisme italien. » Par Addison de Witt pour Zurban

« Ce film est un des constats les plus désespérés jamais faits au cinéma. Noirceur et désenchantement étaient déjà présents dans Sciuscià (1947) et Le voleur de bicyclette (1948), mais teintés d’un je-ne-sais-quoi qui pouvait laisser entrevoir une porte de sortie. Ici, les mêmes auteurs, De Sica et son scénariste Cesare Zavattini, n’offrent aucune issue à Umberto D., l’homme qui ne possède rien, si ce n’est sa dignité. » Par Marianne Spozio pour aVoir-aLire.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s