A (Re)découvrir

Du 8 juillet au 14 juillet, La Dolce Vita à (re)découvrir au cinéma Le Zola

Le cinéma Le Zola, poursuit son voyage dans le cinéma italien, avec du mercredi 08 juillet au mardi 14 juillet, La Dolce Vita.

Toutes les informations pratiques sur : www.lezola.com

La dolce vita

La Dolce Vita
De Federico Fellini
Avec Marcello Mastroianni, Anita Ekberg, Anouk Aimée, Alain Cuny, Magali Noël, Yvonne Furneaux
Italie, 1960, 1h40

Date de reprise: 16 juillet 2014

Description : 

Marcello Rubini, a quitté sa province italienne pour Rome dans le but de devenir écrivain. Mais celui-ci est devenu chroniqueur dans un journal à sensations. Il fait donc la tournée des lieux dans lesquels il est susceptible de décrocher quelques scoops afin d’alimenter sa chronique. Un soir, las de la jalousie maladive de sa maîtresse Emma il sort avec Maddalena.
Le lendemain Sylvia, une grande star hollywoodienne fait son arrivée à Rome…

« Cette fresque, devenue monument de l’histoire du cinéma, fit scandale à sa sortie, tout en récoltant sans attendre une Palme d’or à Cannes, en 1960. Le génie de Fellini, c’est de réussir à saisir l’énergie de l’époque, d’en donner la démesure, mais aussi d’en dire, déjà, l’épuisement.  » (Télérama)

Dolce vita

A propos de la Dolce Vita

La Dolce vita marque un véritable tournant, voire même une rupture brutale dans la carrière du réalisateur Federico Fellini. Avant ce film, Fellini réalisait des films plus ancrés dans la réalité, dont La Strada, Les Vitelloni. Mais avec La Dolce Vita, le cinéaste s’engage dans une voie de création pure, guidé par une démesure de tous les instants. Huit et demi, Juliette des esprits,Satyricon, Amarcord ou Casanova sont des oeuvres plus baroques, grandiloquentes et surréalistes.

La Dolce vita, qui se présente comme une dénonciation violente et très crue des moeurs contemporaines, soulève une vive polémique lors de sa sortie en 1960. Avant même que le film ne soit projeté durant le Festival de Cannes, de nombreux bruits courent concernant le caractère outrancier de l’oeuvre. Les milieux aristocratiques et ecclésiastiques s’indignent de sa sensualité. Le Vatican considère même le long métrage comme pornographique et blasphématoire et se trouve à deux doigt d’excommunier le réalisateur italien Federico Fellini.

Cette polémique n’empêche pas La Dolce Vita de remporté à l’unanimité la Palme d’Or du Festival de Cannes 1960, alors présidé par Georges Simenon. Le long métrage de Federico Fellini a en outre reçu deux ans plus tard l’Oscar des meilleurs costumes décerné à Piero Gherardi. A noter que La Dolce Vita a décroché la Palme d’Or en devançant une concurrence pourtant très relevée qui comprenait notamment Ben-Hur, La Source et L’ Avventura.

Depuis son premier long métrage Le Cheik blanc en 1952, Federico Fellini confie la musique de ses films à Nino Rota. Le compositeur travaille ainsi sur quinze films du réalisateur, signant entre autres les mélodies de La Strada, La Dolce Vita, Huit et demi, ou Amarcord. Leur collaboration est interrompue par la mort de Nino Rota en 1979.

Anita+Ekberg

Anita Ekberg, star d’un seul film

La Dolce Vita révéle au grand public une actrice suédoise relativement méconnue jusqu’alors : Anita Ekberg. Son incarnation d’une actrice très érotique dans le long métrage de Federico Fellini provoque un vrai scandale. La scène dans laquelle elle se rafraîchit dans la fontaine de Trevi fait à ce titre partie des plus grandes scènes du septième art.

Avant La Dolce vita, Anita Ekberg a connu une courte carrière. Elle s’est illustrée au côté de Jerry Lewis et de Dean Martin dans deux films de Frank Tashlin, Artists and Models et Un vrai cinglé de cinema. D’autres réalisateurs américains la font tourner. Mentionnons William Wellman dans L’allée sanglante (avec John Wayne et Lauren Bacall) ou encore King Vidor dans Guerre et Paix (avec Audrey Hepburn et Henry Fonda).

Sex-symbol planétaire après la Dolce Vita, Anita Ekberg ne sera la star que d’un seul grand film. On l’apercevra deux ans plus tard, le temps d’un sketch réalisé par Federico Fellini et intitulé “Les tentations du docteur Antoine”, dans Boccace 70. Dans ce film, l’actrice apparait sur un énorme panneau publicitaire. Poitrine opulente, pause lascive, la star de La Dolce Vita vante les bienfaits du lait : « Bevete più latte » (Buvez plus de lait !). Dès lors, Anita Ekberg deviendra l’unique obsession de cet homme qu’il faudra aller chercher un jour tout en haut de ce panneau où il s’était juché…

Après de nombreux films italiens sans le moindre intérêt, Anita Ekberg interprétera son propre rôle dans Intervista de Federico Fellini. Retrouvant pour l’occasion Marcello Mastroianni, elle revoit avec lui la fameuse scène de la fontaine de Trevi.

Collectionnant mariages et aventures sentimentales ratés, Anita Ekberg finira sa vie à quelques dizaines de kilomètres de Rome dans une maison de retraite. En 2011, à Noël, le quotidien italien La Stampa lança un véritable SOS, expliquant que l’actrice n’avait plus de quoi subvenir à ses besoins. Quelques mois plus tôt, à l’occasion de ses 80 ans, Anita Ekberg avait déclaré au Corriere de la Serra qu’elle « se sentait un peu seule ».

Anita Ekberg est morte le 11 janvier 2015 à Rocca di Papa en Italie, à l’âge de 83 ans.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s