A (Re)découvrir

A Touch of Zen, le chef d’oeuvre de King Hu, à l’affiche du Comoedia

Dans le cadre de son festival « Plein Soleil sur les Classiques », le Cinéma Comoedia  propose depuis mercredi 29 juillet, le chef d’oeuvre du cinéaste taïwanais King Hu : A Touch of Zen. Ce film éblouissant visuellement et d’une grande virtuosité technique est montré dans une belle copie numérique restaurée.

Toutes les informations pratiques sur www.cinema-comoedia.com

A touch of zen1

A Touch of Zen
Réalisé par : King Hu
Avec : Hsu Feng, Shih Chun, Bai Ying
Taïwan, 1969, 2h59

Date de reprise en copie restaurée: 29 juillet 2015

Synopsis

Ku Sheng-chai, vieux garçon exerçant la profession de peintre et d’écrivain public, mène une vie tranquille avec sa mère, laquelle cherche à tout prix à marier son fils. Lorsqu’une nouvelle voisine vient s’installer à côté de chez eux, l’occasion est inespérée. Mais cette jeune fille mystérieuse n’est autre que Yang Hui-chen, dont le père a été assassiné par la police politique du grand eunuque Weï et qui est depuis recherchée pour trahison..

« Ce chef-d’œuvre de virtuosité technique de somptuosité plastique est un étalon du cinéma d’action asiatique. » Avoir-alire.com

A touch of zen

© Carlotta Films

A propos du film

A Touch of Zen,  qui occupe le 9ème rang du classement des 100 meilleurs films chinois,  a influencé de nombreux cinéastes contemporains comme Ang Lee pour Tigre et Dragon ainsi que Quentin Tarantino pour son diptyque Kill Bill. A Touch of Zen va révéler Zing Hu au monde occidentale, notamment grâce à l’obtention du Prix de la Commission supérieure technique au Festival de Cannes de 1975.

Le film est un subtil mélange des genres (thriller politique, film d’arts martiaux à la limite du surnaturel). Le cinéaste s’impose en véritable artiste du film d’aventures et se livre à d’éblouissantes compositions visuelles qui accueillent les chorégraphies brutales et inventives des combats, les sentiments chevaleresques exprimés par l’action. Ce classique va établir durablement les règles du film de sabre chinois.

Il faudra environ quatre ans de tournage et de montage pour aboutir à un film sublime de près de trois heures, puisant sa source dans plusieurs textes littéraires. La virtuosité narrative de A Touch of Zen est aussi éblouissante que sa photographie (splendeur plastique des cadres et des images) et ses mouvements de caméra.

Le contexte troublé et fragmenté de la Chine féodale permet plusieurs lectures politiques, notamment sur les relations entre Taiwan et la Chine continentale à l’époque du tournage.   A Touch of Zen est aussi empreint de croyances et de philosophie bouddhistes. Les interventions régulières et salutaires de moines pèlerins, jusqu’au duel final avec un chef de la police particulièrement fourbe, apportent une dimension spirituelle et même surnaturelle au film.
Ce rapport à la spiritualité, à la martialité autant qu’à la mythologie, c’est véritablement ce qui compose le fond de A Touch of Zen. Ce  qui ressort du film, c’est une sensation, une philosophie, une idée de la vitalité.

« Touch of Zen est un film d’importance majeure. Son lyrisme, son sens de l’espace et de la nature, l’énergie de sa réalisation le rapprochent de Distrant Drums de Walsh et du Héros sacrilège de Mizoguchi. » (Michel Ciment – Positif)

Lire l’article de Critikat

a-touch-of-zen-2 (1)

© Carlotta Films

King Hu

King Hu (de son vrai nom Hu Jinquan) est né à Pékin en 1932 au sein d’une famille bourgeoise. En 1949, peu avant l’invasion de l’Armée rouge chinoise dans la capitale, il part s’installer à Hong Kong. Il travaille d’abord comme dessinateur de publicité pour le cinéma puis comme décorateur, et débute une carrière d’acteur. En 1958, sur la recommandation de son ami réalisateur Li Han-hsiang (The Love Eterne), il rejoint la Shaw Brothers en tant qu’acteur, scénariste et assistant-réalisateur. Il réalise sous la supervision de ce dernier un premier long-métrage intitulé The Story of Sue San (1962), adaptation d’un célèbre opéra chinois. Puis il signe Sons of the Good Earth en 1965, qui traite de la guerre sino-japonaise, et L’Hirondelle d’or l’année suivante. Il s’agit là de son premier wuxia ; avec son style bien marqué s’inspirant de l’opéra et de la peinture traditionnelle chinoise, King Hu révolutionne le film de sabre. Peu de temps après, le cinéaste quitte la Shaw Brothers et s’installe à Taïwan. Il réalise Dragon Innen 1967, son premier grand succès en Asie, puis A Touch of Zen, sa grande fresque de trois heures. Son Prix de la Commission supérieure technique au Festival de Cannes de 1975 révèle le talent de King Hu au monde entier et contribue à faire découvrir le cinéma d’action chinois en Occident.

Par la suite, le cinéaste continue de réaliser d’autres films de wuxia (Raining in the Mountain et Legend of the Mountain en 1979) avant de s’essayer à la comédie contemporaine avec The Juvenizer en 1981. Après une pause de neuf ans, King Hu revient sur le devant de la scène en co-réalisant The Swordsman avec Tsui Hark, l’un de ses fans de la première heure. Il tourne son dernier film, Painted Skin, en 1993 et reçoit l’année suivante un grand prix d’honneur pour son oeuvre au Hong Kong Film Directors’ Guild.

Il meurt en 1997, laissant derrière lui une filmographie qui, bien que peu importante quantitativement, comporte de nombreux chefs-d’oeuvre ayant influencé de grands réalisateurs comme Ang Lee (Tigre et Dragon), Quentin Tarantino (Kill Bill : Volumes 1 et 2) ou Jia Zhang-ke (A Touch of Sin, clin d’oeil direct à A Touch of Zen).

Source Carlotta Films

A-TOUCH-OF-ZEN-pict2

© Carlotta Films

« King Hu était à la fois un poète, un peintre et un philosophe du 7ème Art. » (John Woo)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s