Festival

Festival Lumière, dimanche 18 octobre, Ciné-concert « La Passion de Jeanne d’Arc », chef d’œuvre de Dreyer

Le festival Lumière visite l’oeuvre de Carl Theodor Dreyer avec un ciné-concert : La Passion de Jeanne d’Arc, chef- d’oeuvre du muet devenu invisible, et superbement restauré par la Gaumont.

Après le Dernier des hommes l’année dernière, nouveau rendez-vous Dimanche 18 octobre à 11h, pour un ciné-concert entièrement accompagné à l’orgue par Karol Mossakowski . Précisons que l’orgue de l’Auditorium est intégré à la salle, un cas unique en France.

Retrouvez toutes les informations pratiques sur www.festival-lumiere.org

+passion_de_jeanne_d_arc_1927-084f8La Passion de Jeanne d’Arc,
Réalisé par Carl Theodor Dreyer
Avec Renée Falconetti, Eugene Silvain, Andre Berley
France, 1928, 1h50, muet, n&b

Synopsis

En 1431, Jeanne est conduite enchaînée, dans le château de Rouen, devant un tribunal ecclésiastique au service de l’occupant anglais. Elle fait front contre les outrages avec une humilité désarmante. Jugée hérétique, elle est condamnée et brûlée vive sur le bûcher, au milieu d’une foule déchaînée…

Éblouissante mise en scène où la caméra scrute les visages, les regards, sans se soucier du décor environnant. Dreyer multiplie les gros plans de Renée Falconetti, l’une des plus bouleversantes Jeanne d’Arc de l’histoire du cinéma,  et signe un film quasi-expérimental, baigné dans la blancheur de l’image et un rythme hypnotique. Plus qu’un film, une méditation.

passionchrist1

« Si Dreyer est l’égal des plus grands par le langage, il est supérieur aux plus grands par son propos. Et s’il est vain et probablement impossible de choisir le second chef-d’oeuvre du cinéma, il est aussi impossible d’hésiter en ce qui concerne le premier. La Passion de Jeanne d’Arc est le plus beau film du monde. »  Chris Marker 

passionchrist3

Un film miraculé

Le film La Passion de Jeanne d’Arc périt deux fois par les flammes. La première fois en 1928, à l’époque où il était déjà censuré par les autorités en raison de ses critiques sur le clergé. Carl Theodor Dreyer réussit alors à reconstituer le film en s’aidant des prises originales non gardées au montage. Mais, comble de l’ironie, cette seconde version « bricolée » brûla elle aussi. On crut le film définitivement perdu, jusqu’à ce que l’on retrouve une version apparemment fidèle à l’esprit de Dreyer (c’est à dire non censurée) dans un hôpital psychiatrique d’Oslo en 1981. Un miracle assurément !

passionchrist2

Renée Falconetti, le visage de Jeanne

Renée Falconetti, l’incarnation de Jeanne d’Arc à l’écran, est véritablement le cœur et l’âme du film, et Carl Theodor Dreyer l’a bien compris. Sur les 1 500 plans qu’il a tournés pour La Passion de Jeanne d’Arc, plus de 400, c’est à dire près d’un tiers, sont des très gros plans, où l’on voit tous les pores de la peau. Ils sont centrés sur le visage lumineux et innocent de l’actrice. Le plus souvent son visage est envahit par les larmes pour ne former qu’un effrayant sanglot.

La performance de Renée Falconetti est d’autant plus remarquable qu’elle a 35 ans quand elle interprète le rôle de la jeune Jeanne d’Arc, âgée de 19 ans. Elle  porte véritablement le film et offre une vision terrifiante de la sainte jusqu’à cette scène où elle se fait raser la tête devant la caméra.

passionchrist4
Une mise en scène sobre marquée par la multitude de gros plans

Dreyer opte pour une mise en scène sobre et des effets minimalistes. Le décor est austère et envoûtant, l’image est très claire avec peu d’ombres. Le champ-contrechamp oppose les grimaces accusatrices de l’évêque Cauchon (Silvain), Jean d’Estivet (André Berley) ou Nicolas Loyseleur (Maurice Schutz), au visage meurtri de Jeanne.

L’usage très systématique du gros plan pendant le procès de Jeanne, est un élément déterminant de la stylistique du film. Cela suscita l’étonnement du public puis le très grand succès critique du film. Rappelons que Dreyer  devait réaliser un film parlant  mais l’absence de matériel adéquat dans les studios français de l’époque l’empêcha d’y parvenir. Aussi, les multiples gros plans accolés à des intertitres qui en indiquent le contenu, deviennent beaucoup plus spectaculaires que si le film était parlant.

Le film  est l’une des belles inspirations cinématographiques du mythe de Jeanne d’Arc. Parmi les nombreuses adaptations, citons celles proposés par Robert Bresson, Otto Preminger, Cecil B. Demille,  ou Jacques Rivette.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s