actualité

[Cinéma Russe] Première à Lyon du film « Bataillon », lundi 5 octobre au cinéma Bellecombe

Bataillon1

L’ouverture de la saison du cinéma russe à Lyon sera marquée par la première du film « Bataillon » (création 2015) réalisé par Dmitri Meskhiev qui met en lumière un « bataillon féminin » ayant combattu pendant la 1ère guerre mondiale. Comme l’année dernière, l’association Projet Russe proposera  le premier lundi de chaque mois, au cinéma Bellecombe, un film des Pays de l’ex Union Soviétique.

Cette année, l’ouverture du Ciné Club se déroulera dans le cadre des Saisons Russes, le premier festival de la Russie à Lyon organisées par l’association Projet Russe.

Suite à la projection, le public pourra découvrir une sélection de photographies historiques de ce bataillon héroïque dans une ambiance solennelle accompagnée des chansons de guerre.

Ne manquez pas une occasion rare de découvrir ces documents historiques de l’époque, une époque bouleversée par des changements profonds en Russie et dans le monde entier.

Informations pratiques 

Lundi 5 octobre à 19h30
Cinéma Bellecombe, 61, rue Inkermann, 69OO6 Lyon
Tarif : 5 euros, adhésion obligatoire à l’association Projet Russe : 2 euros
Parking gratuit
Le film est précédé d’une présentation et projeté en version originale sous-titrés en français

Bataillon

Le bataillon (Le bataillon de la mort)
De Dmitri MESKHIEV
Russie, 2015, 120 mn

Synopsis
Ce film sur la première guerre mondiale est consacré aux événements qui se sont produits sur le front en 1917.

Il film raconte les exploits du « bataillon de la mort », un bataillon de femmes créé à Saint Pétersbourg sur ordre du gouvernement provisoire en 1917, après l’abdication du tsar, par Maria Bochkareva, une femme russe qui avait rejoint l’armée dès 1914 et grandement fait ses preuves au combat. . De telles formations avaient pour objectif principal de relever le moral des troupes et aussi de faire honte aux hommes-soldats qui refusaient de combattre.

Ce bataillon était constitué de femmes volontaires, désireuses de faire preuve de courage aux côtés des hommes. Elles étaient incorporées comme les hommes, avec le même uniforme militaire et la coupe de cheveux si caractéristique : toutes n’étaient pas tondues à ras puisque certaines gardaient juste un petit toupet en haut du crâne.

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s