Séance Spéciale

Lundi 26 octobre, projection d’Hippocrate à l’Hôtel de la Région

Lundi 26 octobre 2015 à 18h00, à l’Hotel de Région, projection du film Hippocrate, à l’occasion de la journée mondiale de la douleur, l’association Hopital 2000.  

Un débat suivra avec 4 médecins des HCL et Patrice Queneau, membre de l’Académie Nationale de Medecine

Informations pratiques

1 esplanade F.Mitterand 69002 Lyon
Entrée libre sur inscription par mail:  hopital.2000@free.fr

Hippocrate

Hippocrate
Réalisé par Thomas Lilti 
Avec Vincent Lacoste, Reda Kateb, Jacques Gamblin
France, 2014, 1h41
Date de sortie : 3 septembre 2014

Synopsis

Benjamin va devenir un grand médecin, il en est certain. Mais pour son premier stage d’interne dans le service de son père, rien ne se passe comme prévu. La pratique se révèle plus rude que la théorie. La responsabilité est écrasante, son père est aux abonnés absents et son co-interne, Abdel, est un médecin étranger plus expérimenté que lui. Benjamin va se confronter brutalement à ses limites, à ses peurs, celles de ses patients, des familles, des médecins, et du personnel. Son initiation commence.

« Présentée à Cannes, puis au Champs-Elysées Film Festival, cette comédie douce-amère nous plonge dans l’univers hospitalier avec un goût pour les ambiances contrastées, entre éclats de rire et moments d’émotion. » . avoir-alire.com

Hippocratte

A propos du film

Le réalisateur Thomas Lilti s’est inspiré de son histoire personnelle pour Hippocrate. Il fut en effet médecin et fils et de médecin, comme le personnage du film, Benjamin (second prénom du réalisateur). Il se souvient : « (…) la pression familiale aidant, on m’a fait comprendre qu’il vaudrait mieux commencer par faire de « vraies » études. Mon père étant médecin, j’ai opté pour la fac de médecine pour acheter ma tranquillité. »

Il voulait faire un film qui rende hommage aux internes étrangers (qui l’avaient beaucoup aidé dans son parcours), en plaçant le personnage d’Abdel (Reda Kateb) au centre du récit. « Ce personnage, est plus ou moins la fusion de deux médecins qui m’ont formé : l’un, algérien, Majid Si Hocine qui a participé au film, et l’autre, un Albanais dont j’ai perdu la trace, Arben Menzelxhiu. »

Le tournage a eu lieu dans l’hôpital où Thomas Lilti pratiquait lorsqu’il était médecin. Un atout majeur pour la production du film et le respect de l’activité médicale. « Au début, j’ai senti que l’équipe n’y était pas très favorable, à cause des contraintes techniques et logistiques, mais il a vite été évident pour tous que connaître les lieux serait un avantage : je savais exactement où aller, quels endroits filmer, où trouver la chair du film« , explique le metteur en scène.
Pour marquer le poids de l’hôpital sur la vie personnelle des médecins, l’action ne se passe presque que dans ce lieu. « Quand on est interne, on passe 90 % de son temps à l’hôpital. Tous les rites de la vie – les amitiés masculines, les histoires d’amour, la découverte de la responsabilité, le rapport à la mort – se passent dans son enceinte », raconte le réalisateur.

Thomas Lilti tenait à se démarquer de l’imagerie collective des hôpitaux, en effectuant un gros travail sur la lumière et les décors : « Il ne fallait pas qu’on tombe dans le piège d’un hôpital monochrome, représenté uniquement dans des tons scindés, le chaud, le froid, mais au contraire qu’on aille vers l’aspect très hétéroclite de ce lieu, qu’on sente que les ambiances sont nombreuses et différentes selon qu’on soit le jour ou la nuit, qu’on soit dans une salle de soins, de garde ou de réunion. »
Afin de représenter le fourmillement incessant de l’hôpital, Thomas Lilti laissait les acteurs libres de leurs mouvements, et plaçait la caméra en fonction d’eux. Voici l’explication du réalisateur :  « C’est en fonction de la chorégraphie qui se mettait en place aux répétitions que je choisissais l’endroit où j’allais mettre la caméra pour les prises. Une seule règle prévalait : le moins de contraintes possibles pour les acteurs. (…) L’image que je garde de l’hôpital : ce sont des hommes et des femmes qui s’y croisent, qui se côtoient. Ça fourmille. Les murs ne sont qu’un cocon. »

Le metteur en scène a fait appel à de vraies infirmières qu’il connaissait pour se mêler au casting, dans le but de faire « s’opérer un échange de savoir entre les acteurs et les vrais soignants. Je voulais gagner en réalisme et donner le sentiment que le récit n’est pas fabriqué. »

Hippocrate a été présenté en clôture de la Semaine Internationale de la Critique, au festival de Cannes 2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s