Festival

[Festival] Du 18 au 24 novembre, festival du Cinéma Italien, à Ciné-Caluire

voyage

Pour sa deuxième édition, le Festival du cinéma italien, qui se tiendra au CinéCaluire du 18 au 24 novembre, propose de découvrir l’Italie à travers les époques et des genres cinématographiques différents (comédie, drame, biopic, documentaire…) avec des films qui ont en commun la forte identité de personnages en quête de réponses et en quête de liberté…

L’événement du festival sera l’avant première dMIA MADRE, le nouveau film Nanni Moretti :

Toutes les séances de 20h30 et celle du dimanche 22 à 19h15 seront animées : 6 présentation du film avant la projection 6 discussion autour du verre de l’amitié après la séance.

Télécharger la plaquette
Toutes les informations pratiques sur www.cinecaluire.org


LES FILMS


Mia MadreMIA MADRE de Nanni Moretti. En avant première !
2015. 1h47. Italie. Drame.
Avec Margherita Buy, John Turturro, Giulia Lazzarini.
Margherita est une réalisatrice en plein tournage d’un film. À ses questionnements d’artiste engagée, se mêlent des angoisses d’ordre privé. Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?

« L’un de ses plus beaux films, une œuvre touchant à des choses essentielles, et si gracieuse dans sa manière de tout lier et de tout emporter, mélancolie et vitalité, tristesse et amour, comique et tragique, misanthropie et humanisme. » Le Monde


OrianaORIANA FALLACI (L’Oriana)  de Marco Turco
2015. 1h48. Italie. Biopic/Drame.
Avec Vittoria Puccini, Vinicio Marchioni, Francesca Agostin.
Ce film raconte la vie à cent à l’heure de cette journaliste italienne hors norme…
Oriana Fallaci est impertinente, drôle et parfois brutale. Elle a révolutionné le journalisme, a sillonné la planète et surtout rencontré et bousculé tous ceux qui font l’Histoire.

« Un « biopic » passionnant. »  Positif


cinéma paradisoCINEMA PARADISO de Giuseppe Tornatore (Nuovo cinema Paradiso)
1989. 2h04. Italie. Comédie dramatique.
Avec Philippe Noiret, Jacques Perrin, Salvatore Cascio.
Alfredo vient de mourir. Pour Salvatore, cinéaste en vogue, c’est tout un pan de son passé qui s’écroule. On l’appelait Toto à l’époque. Il partageait son temps libre entre l’office où il était enfant de chœur et la salle de cinéma paroissiale, en particulier la cabine de projection où régnait Alfredo…

« Un film fort et agréable. On rit, on est ému, on y va même franchement de sa larme. »  Télérama


Comizi-dAmore-di-PasoliniCOMIZI D’AMORE de Pier Paolo Pasolini
1964. 1h30. Italie. Documentaire.
Avec Pier Paolo Pasolini.
Pier Paolo Pasolini se définit dans ce film comme un « commis voyageur » qui parcourt l’Italie, du sud au nord, pour sonder les idées et les mo
ts des Italiens sur la sexualité et démontrer la culture « petite-bourgeoise » des années soixante.

« Un documentaire intéressant. Pasolini pose toujours les bonnes questions, à la fois simples, claires et directes. »  Première


Umberto DUMBERTO D. de Vittorio De Sica
1952. 1h20. Italie. Drame.
Avec Carlo Battisti, Maria-Pia Casilio, Lina Gennari.
Umberto Domenico Ferrari, un vieux professeur à la retraite, essaie tant bien que mal de survivre avec le peu de ressources dont il dispose.

Consultez l’article de Journal Cinéphile Lyonnais consacré au film : ici

« Avec ce film, Vittorio De Sica signa son film favori et l’un des chefs-d’œuvre les plus significatifs du néo-réalisme italien. »  Zurban


Gianni et les femmesGIANNI ET LES FEMMES (Gianni e le donne) de  Gianni Di Gregorio.
2011. 1h30. Italie. Comédie/Drame.
Avec Gianni Di Gregorio, Valeria De Franciscis, Alfonso Santagata.
Gianni, la soixantaine éclatante, fait preuve d’un dévouement exceptionnel : il est au service de son épouse, de sa fille adorée, et surtout de sa vieille mère, noble déchue qui s’obstine à vivre au-dessus de ses moyens. Un jour, son ami Alfonso lui ouvre les yeux : tous les hommes de sa génération, malgré leurs airs respectables, ont une maîtresse. Gianni tente alors de changer les choses…

« Gianni Di Gregorio est le héros, fragile, émouvant de cette comédie douce-amère baignée d’humour tendre et de mélancolie. » Le Figaroscope


femmes entre ellesFEMMES ENTRE ELLES de Michelangelo Antonioni
1955. 1h44. Italie. Drame.
Avec Eleonora Rossi Drago, Gabriele Ferzetti, Valentina Cortese. Clelia, une jeune Romaine, quitte la « ville éternelle » pour s’installer à Turin, dans le nord de l’Italie, où elle monte une maison de couture. Ouverte et chaleureuse, elle ne tarde pas à se faire de nouvelles amies. Un jour, l’une d’elles, profondément meurtrie par une déception amoureuse, met fin à ses jours. Son décès va bouleverser ses amies et transformer leurs relations.

« Un chef-d’œuvre du cinéaste des femmes par excellence. A (re)découvrir d’urgence. »  L’Express»


Les nuits blanchesLES NUITS BLANCHES (Le Notti Bianche) de  Luchino Visconti.
1958. 1h37. Italie.
Avec Maria Schell, Marcello Mastroianni, Jean Marais.
Mario, jeune employé de banque, rencontre Natalia un soir au bord d’un canal. Le comportement de la jeune fille l’intrigue. Il revient, la retrouve et découvre bientôt qu’elle attend l’homme qu’elle aime qui lui a donné rendez-vous un an auparavant au bord du canal. Mario va tenter et presque réussir à se substituer à cet amour qui lui semble désormais improbable.

« Un film émouvant avec du rythme, de la tension, du stress et des comédiens bouleversants. » 20 minutes


Dommage que tu sois une canailleDOMMAGE QUE TU SOIS UNE CANAILLE d’Alessandro Blasetti
1955. 1h35. Italie. Comédie.
Avec Vittorio De Sica, Sophia Loren, Marcello Mastroianni.
Un jeune chauffeur de taxi tombe amoureux d’une belle fille du peuple qui ne pense qu’à le voler.

Dommage que tu sois une canaille est l’adaptation de la nouvelle Le Fanatique, présente dans Nouvelles Romaines, un recueil de trente-six nouvelles écrit entre 1951 et 1954 par Alberto Moravia.

« Cette comédie est une petite bombe d’intelligence et d’énergie pure. »  Première 


Larmes de joieLARMES DE JOIE (Risate di gioia) de Mario Monicelli.
1960. 1h46. Italie. Comédie dramatique.
Avec Anna Magnani, Totò, Ben Gazzara.
Tortorella gagne sa vie comme figurante. Le soir du réveillon, elle refuse la compagnie d’un ancien acteur surnommé Infortunio pour sa capacité à provoquer de faux accidents et à escroquer les assurances. Infortunio à un ami, Lello un pickpocket. Les trois personnages se rencontrent par hasard et Tortorella – qui a été abandonnée par les amis avec qui elle devait réveillonner – entraîne ses compagnons à un bal masqué…

« Une comédie mélancolique et raffinée, superbement portée par son trio d’acteurs, Anna Magnani en tête » Le Point


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s