A (Re)découvrir

Salé, Sucré de Ang Lee à l’affiche du Comoedia

Pour sa ressortie en version restaurée le 13 décembre 2015, Salé, Sucré de Ang Lee n’est à l’affiche qu’à Paris et  à Lyon (Comoedia).

sale_sucre-544f7

Salé sucré
Comédie réalisé  par Ang Lee
Avec Lung Sihung , Yang Kuei-Mei , Wu Chien-Lien …
Taiwan/USA, 1994, 2h03,
Date de sortie : 05 octobre 1994

Au cinéma le 16 décembre 2015 en version restaurée.

Synopsis

M. Chu est le plus grand chef cuisinier de Taipei. Veuf depuis seize ans, il élève seul ses trois filles : Jen, professeur de chimie à la religiosité exacerbée, Kien, séduisante businesswoman qui rêve de prendre son indépendance, et Ning, jeune étudiante qui travaille dans un fast-food. La vie de la famille Chu est réglée par ces rituels immuables que sont les repas, préparés avec une minutie extrême par le père. Renfermé et peu loquace, la cuisine est pour lui la seule façon de communiquer…

A propos du film

Salé Sucré est  sorti en 1994. Il a été réalisé par le grand réalisateur taïwanais Ang Lee (Garçon d’honneur, Raison et sentiments, Tigre et dragon, Le secret de Brokeback Moutain…).

Troisième chapitre d’une trilogie sur la famille (Pushing Hands, Garçon d’honneur), Salé Sucré (1994) reprend l’essentiel des thèmes de prédilection d’Ang lee : le lien incassable avec la famille, le poids des traditions.Il est le premier film du réalisateur entièrement tourné à Taïwan, sa terre natale. 

« Salé, sucré baigne dans la belle émotion, entre drôlerie des personnages secondaires cocasses, avec rebondissements exquis, et une vraie tristesse : parmi les thèmes abordés dans cette famille, nous soulignerons le deuil, le vieillissement et, la perte des repères dans une société où l’individualisme grignote toujours plus le collectif que tente d’incarner le père joué par l’acteur vétéran Lung Sihung, cet ultime rempart face à l’occidentalisation des modes de vie ». Avoir Alire

sale-sucre_3081_232691f7992_3

« Le réalisateur du Secret de Brokeback Mountain observe avec tendresse ces personnages en mal d’affection dont le rapport à l’autre s’effectue à travers la nourriture. Présenté pour la première fois dans sa version restaurée en Haute Définition, Salé sucré est une ode à l’art culinaire taïwanais, dont les scènes de préparation de repas, incroyables de maîtrise, ont fasciné les plus grands cuisiniers du monde – Alain Passard en tête !  » Carlotta film

Yin shi nan nu (1994 Taiwan/US) aka Eat Drink Man Woman Directed by Ang Lee Shown: Dinner scene

Anecdote

Etant donné la complexité de la préparation des plats, les prises de vues devaient être réussies en un minimum de temps. Pour le tournage de la dernière scène du film, où 7 à 8 plats différents furent préparés en 45 minutes, l’actrice bafouilla à de nombreuses reprises son texte. Si bien qu’au bout de la sixième prise ratée, il n’y eut plus de soupe de disponible, élément pourtant indispensable au personnage. Fou de colère, Ang Lee, d’ordinaire plutôt calme et bienveillant, quitta le plateau. Lors de son retour quelques heures plus tard, tout fut rentré dans l’ordre et le tournage se termina alors dans le calme.

La cuisine au cinéma

sale-sucre-2« Regarder Salé sucré est incontestablement une expérience sensorielle : voir le personnage de M. Chu concocter ses nombreux plats, tous plus appétissants les uns que les autres, fait automatiquement saliver le spectateur. Il faut dire qu’Ang Lee possède l’art de manier la caméra lors de ces scènes de repas. Le cinéma est sans doute le médium qui illustre le mieux la cuisine car il donne à voir ce qu’il y a dans l’assiette. La gastronomie est incontestablement cinégénique avec ses couleurs, ses formes, l’inventivité de sa disposition. La cuisine au cinéma a toujours été un thème porteur, de plus en plus à la mode de nos jours – pour ne pas dire bankable. La liste des films mettant en scène des cuisiniers ou des amateurs de cuisine est longue comme le bras. Pour n’en citer que quelques-uns : Le Festin de Babette de Gabriel Axel (1987), Vatel de Roland Joffé avec Gérard Depardieu (2000), Le Festin chinois de Tsui Hark (1995), Soul Kitchen de Fatih Akin (2009) ou Les Saveurs du palais de Christian Vincent avec Catherine Frot (2012), sans oublier le célèbre dessin animé Ratatouille (2007). Une liste qui illustre bien la diversité de ce type de films aussi bien d’un point de vue formel que par leur origine. Il faut dire que la cuisine est un sujet auquel tout le monde est à même de s’identifier, et qui de plus suscite une certaine curiosité : découvrir la gastronomie d’une autre culture est toujours fascinant pour le spectateur. Voilà l’un des grands atouts de Salé sucré : la découverte de la cuisine taïwanaise. Ang Lee fait ainsi partie des nombreux cinéastes amoureux de la cuisine et passés maîtres dans l’art de la mettre en scène.  » Carlotta Film

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s