Séance Spéciale

[Avant-Première] Les délices de Tokyo de Naomi Kawase au CNP Bellecour, mardi 26 janvier

 

Kawase

Présentation du film par Shunsuke Ozaki,  spécialiste du Japon et interprète
Dégustation de Dorayaki !

Bons cadeaux à gagner en partenariat avec l’Espace Lyon Japon. 2 ateliers cuisine offerts par tirage au sort des billets de cinéma le 26 au soir.

CNP Bellecour, 12 rue de la Barre – 69002 Lyon

les delices de tokyo

Les délices de Tokyo
De Naomi Kawase
Avec Kirin Kiki, Masatoshi Nagase, Kyara Uchida plus
France/Allemagne/Japon, 2015, 1h53

Date de sortie : 27 janvier 2016

Cannes 2015

Synopsis

Les dorayakis sont des pâtisseries traditionnelles japonaises qui se composent de deux pancakes fourrés de pâte de haricots rouges confits, « AN ».

Tokue, une femme de 70 ans, va tenter de convaincre Sentaro, le vendeur de dorayakis, de l’embaucher. 
Tokue a le secret d’une pâte exquise et la petite échoppe devient un endroit incontournable…

« Ce bijou d’émotion et de poésie est peut-être le film le plus accessible de Naomi Kawase. Il a fait l’ouverture de la section Un Certain Regard de Cannes 2015.
Après le splendide Still the water, Naomi Kawase a fait son retour à Cannes avec les honneurs de l’ouverture de la section Un Certain Regard. Adapté d’un roman de Durian Sukegawa, AN est un très joli conte qui marque à la fois une continuité et une rupture dans son œuvre, puisque ses thèmes de prédilection (dont la communion entre l’homme et la nature) et son style contemplatif sont ici mêlés à une touche d’émotion qui devrait élargir son public. On est même surpris par la limpidité et la linéarité du scénario chez une artiste qui avait parfois joué la carte de l’ésotérisme dans des œuvres de la dimension de Shara ou Hanezu. Le récit relate avec finesse les relations entre trois personnages plus ou moins meurtris par l’existence. Sentaro est un homme divorcé qui vit de la vente de doyarakis : ce sont des pâtisseries traditionnelles japonaises composées de deux pancakes fourrés de pâte de haricots rouges, « AN ». Un secret lié à son passé semble le tourmenter. Wakana est une lycéenne sensible et curieuse, qui rêve d’horizons lointains. Tokue est au crépuscule de sa vie. Elle propose à Sentaro de l’aider dans la préparation des doroyakis, dont elle connaît la recette avec précision. La petite échoppe devient vite un endroit incontournable… Le début du récit, traité parfois sur un mode à la fois léger et mélancolique, pourrait laisser croire que Kawase perd son âme en s’accrochant à l’archétype d’un certain « film de festival ».
Ce sentiment est renforcé lorsque les gros plans sur la pâte qui cuit ou les haricots que l’on déverse font songer à un cinéma de l’art culinaire, celui qui a concocté des films touchants mais fortement consensuels, du Festin de Babette à The lunchbox. On se dit que Naomi Kawase veut enfin son gros succès populaire, elle dont l’audience n’a pas dépassé celle d’un cinéma d’auteur confidentiel. Et l’on a tort, car AN est en fin de compte intransigeant dans ses exigences esthétiques, ce qui est particulièrement marquant dans la seconde partie de la narration. Une subtile réflexion sur la maladie, la mort et la culpabilité imprègne alors un film en perpétuel état de grâce, et dont la beauté culmine avec des prises de vue effectuées dans la forêt d’un sanatorium, près de Tokyo. Kawase suggère par ailleurs une surprenante mise en abyme, l’approche documentaire faisant presque irruption dans le dernier tiers du film. La réussite de AN doit également beaucoup à ses interprètes. Kirin Kiki, qui incarne aussi la grand-tante dans Notre petite sœur, dégage une poignante sensibilité. Face à elle, Masatoshi Nagase, qui fut le jeune voyageur de Mystery Train, est davantage en intériorité, et fait ressentir avec nuances les failles de son personnage. « 
àVoir-àLire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s