institut lumière

[Ciné-Concert] A l’auditorium de Lyon : Chantons sous la pluie de Stanley Donen

Les Jeudi 18 février à 20h, Vendredi 19 février à 20h,  Samedi 20 février à 20h, l’auditorium de Lyon en partenariat avec l’Institut Lumière propose un ciné-concert inédit de ce classique de la comédie musicale qu’est Chantons sous la Pluie

L’Orchestre national de Lyon interprétera en direct la partie orchestrale de la musique de Nacio Herb Brown, mais c’est bien Gene Kelly qui «chantera sous la pluie» et Debbie Reynolds qui nous souhaitera «Good mornin’» !

Propos d’avant-concert : Jeudi et vendredi à 19h, samedi à 17h (durée : 30 minutes). Bas-atrium, entrée libre.
Accompagnement par l’Orchestre national de Lyon
Direction : Timothy Brock

Toutes les informations pratiques sur : www.auditorium-lyon.com

chantonssouslapluie

Chantons sous la pluie
De Stanley  Donen 
Avec Jean Hagen, Gene Kelly, Debbie Reynolds
Comédie musicale
USA, 1952, 1h42

Synopsis : A Hollywood, dans les années 20, Don Lockwood est un acteur célèbre. Il forme un couple de cinéma très populaire avec la célèbre Lina Lamont. Lors d’une soirée, Don Lockwood fait la connaissance de Kathy, une danseuse, dont il tombe amoureux, ce qui rend jalouse Lina. Le cinéma qui était muet jusqu’alors devient sonore, ce qui boulverse le monde du cinéma. Désormais, les acteurs doivent parler et Lina a une voix nasillarde, très désagréable.Grâce à des procédés technologiques, Kathy prête sa voix à Lina. Mais finalement, Don Lockwood et le producteur du film dévoilent ces manigances. Kathy est alors reconnue pour ce qu’elle est, une comédienne et chanteuse de grand talent. Le couple Don et Kathy sera heureux et fera…beaucoup de films !

chantonssouslapluie1

A propos du film

Chantons sous la pluie, entremêle harmonieusement comédie musicale et comédie burlesque, avec en toile de fond, une peinture ironique et drôle de la fin du cinéma muet. Devenue mythique (en particulier grâce à la chanson titre), cette comédie musicale en Technicolor incarne la quintessence d’une époque, la fin des années vingt aux États-Unis. Elle évoque avec drôlerie cette période clef où le cinéma devint parlant (thème repris dans The Artist de Michel Hazanavicius), laissant sur le carreau certaines stars du muet. Le scénario, qui reprend le schéma classique de la préparation d’un spectacle à partir de l’itinéraire d’une débutante, sert de fil conducteur à la mise en place de longues séquences chorégraphiées et chantées particulièrement brillantes : les débuts parodiés de Don, la déclaration d’amour dans le studio désert, la danse en solitaire sous la pluie battante…

L’originalité et la beauté des chorégraphies, la vitalité, la joie de vivre, l’humour de Chantons sous la pluie, l’originalité et la beauté des chorégraphies, en font une des comédies musicales les plus achevées du genre.

Les acteurs sont époustouflants dans leurs numéros de claquettes, merveilleusement chorégraphiés par Gene Kelly et Stanley Donen. Un film inoubliable, sans doute l’un des plus beaux films du monde, l’un des plus accomplis et des plus fascinants.

«Qui n’a pas eu envie, après Chantons sous la pluie, de sauter à pieds joints dans les flaques d’eau, de courir sur les murs, de faire des claquettes sur les tables ne peut pas être tout à fait normal. C’est le syndrome de Stendhal du cinéma : devant cet éblouissant joyau, on en tomberait presque évanoui… de bonheur !» N. T. Bihn, Télérama, 2014

chantons60

L’origine du film

La MGM charge Adolph Green et Betty Comden d’écrire le scénario d’une comédie musicale qui reprendrait des chansons à succès composées dans les années trente. Parmi elles, « Singin’in the rain » qui est l’oeuvre d’Arthur Freed, également producteur de Chantons sous la pluie.

chantons-sous-la-pluie4

Stanley Donen et Gene Kelly

Chantons sous la pluie est le deuxième film réalisé par le duo Gene Kelly/ Stanley Donen après Un jour à New York (1949).

Gene Kelly sort du très grand succès obtenu par Un Américain à Paris réalisé par Vincente Minnelli.

Stanley Donen dont la carrière débute, vient de diriger Fred Astaire dans Mariage royal (1950) et Elizabeth Taylor dans Love is better than ever (1951).

Gene Kelly signe la chorégraphie du film.

chantons50

 Cyd Charisse

Remarquée en 1946 dans Ziegfeld Follies, Cyd Charisse enchaine les comédies musicales. Sous contrat d’exclusivité avec la MGM, elle est engagée dans Chantons sous la pluie, où elle apparaît uniquement dans un numéro de danse face à Gene Kelly. Une scène d’anthologie.

Singin'_in_the_Rain_trailer

Le succès de Donald O’Connor

Donald O’Connor, qui joue le second rôle masculin, est un ancien enfant-star d’Hollywood. Adulte, il continue d’enchaîner les films et fait un numéro très remarqué dans Chantons sous la pluie où il chante « Make ‘Em Laugh« . Ce rôle lui vaut un Golden Globe en 1952.

chantons-sous-la-pluie-1952-12-g

La consécration pour Debbie Reynolds

Agée de seulement 20 ans en 1952, Debbie Reynolds tient pour la première fois un rôle principal dans Chantons sous la pluie. Ce film la propulse au rang de star.

 chantons

Fiche Technique

  • Réalisation Gene Kelly et Stanley Donen
  •  États-Unis, 1951, couleurs
  • Titre original : Singing in the Rain
  • Scénario : Betty Comden et Adolph Green à partir de la chanson écrite par Arthur Freed, Singing in the Rain
  • Produit par Arthur Freed pour la Metro Goldwyn Mayer
  • Réalisation : Gene Kelly et Stanley Donen
  • Musique : Nacio Herb Brown
  • Paroles des chansons : Arthur Freed
  • Numéros réglés par Gene Kelly et Stanley Donen
  • Directeur de la photographie : Harold Rosson
  • Direction artistique (dont décors) : Cedric Gibbons et Randall Duell
  • Costumes : Walter Plunkett
  • Maquillage : William Tuttle
  • Son : Douglas Shearer
  • Montage : Adrienne Fazan
  • Tournage du 18 juin au mois de novembre 1951
  • Production : Coût : 2 540 800 dollars/ Recettes : 7 665 000 dollars
  • Interprétation : Don Lockwood : Gene Kelly ; Cosmo Brown : Donald O’ Connor ; Kathy Selden : Debbie Reynolds ; Lina Lamont : Jean Hagen ; R.F Simpson : Millard Mitchell ; Zelda Sanders : Rita Moreno ; le professeur de diction : Katleen Freeman ; personnage du film parlant : Julius Tannen. Avec Cyd Charisse
  • Toutes les chansons sont écrites par le producteur Arthur Freed sauf Moses, écrite par les scénaristes Betty Comden et Adolph Green.
  • Distribution : Les Films du Paradoxe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s