Évènement

Mercredi 9 mars, soirée spéciale Jodorowsky’s Dune, au cinéma Comedia.

Mercredi 9 mars à partir de 19h00, soirée spéciale au cinéma Comedia, autour de Jodorowsky’s Dune, le documentaire sur le film jamais réalisé qui a le plus influencé le cinéma.

En 1975, Alejandro Jodorowsky se lance dans l’adaptation du roman de science-fiction de Franck Herbert, « Dune« . Après 2 ans et des millions de dollars de dépenses, ce projet pharaonique tombe finalement à l’eau, mais n’en définira pas moins la science-fiction à venir dans le cinéma moderne. Jodorowsky’s Dune, retrace l’extraordinaire épopée d’un film fantôme qui devait changer à jamais l’Histoire du Cinéma.

Pour cet événement, le Comoedia propose une soirée exceptionnelle : projection du film, 1h00 de discussion avec le réalisateur Frank Pavich, puis deux heures de débat sur  les thèmes «et si le film Dune de Jodorowsky était sorti  », « les autres supports de la science-fiction »

Le débat s’effectuera en présence de  Frank Pavich  et d’Anudar : animateur de la communauté francophone de « Dune à Rakis », également créateur du blog « la grande bibliothèque ».  Il se déroulera de la manière suivante :

  • 21h00 : Discussion en présence du réalisateur
  • 22h00 : Thème « et si le film Dune de Jodorowsky était sorti »
  • 22h30 : Thème « les autres supports de la science-fiction »

 

Jodorowsky'Dune

Jodorowsky’s Dune
Réalisé par : Frank Pavich
Avec : Alejandro Jodorowsky, Michel Seydoux, H.R. Giger,
Brontis Jodorowsky, Nicolas Winding Refn
USA, 2013, 1h25
Date de sortie 16 mars 2016

Jodorowsky’s Dune

En 1975, le producteur français Michel Seydoux et le metteur en scène Alejandro Jodorowsky, qui bénéficie de l’aura de deux films-culte, El Topo et La Montagne Sacrée, présentent aux studios hollywoodiens un projet titanesque, l’adaptation de Dune de Frank Herbert, le roman de science-fiction le plus vendu de toute l’histoire. Ce projet fou leur a déjà coûté deux ans de travail en compagnie d’une l’équipe de « guerriers artistiques » (Jean « Moebius » Giraud, Dan O’Bannon, Hans Ruedi Giger et Chris Foss). Des noms célèbres ont donné leur accord : Mick Jagger, Orson Welles, Salvador Dali, David Carradine pour l’interprétation, les Pink Floyd et Magma pour la musique. Le propre fils du réalisateur, Brontis, s’est entraîné sans relâche aux arts martiaux pour tenir l’un des rôles principaux. Tous les plans du film sont dessinés au sein d’un storyboard long de 3000 pages… Et pourtant, les studios ne donneront pas les millions de dollars nécessaires. Dune sera adapté par David Lynch des années plus tard, avec un scénario complètement différent. Hollywood n’en oubliera pas pour autant le premier Dune et utilisera les talents réunis par Jodorowsky à travers de nombreux films de science-fiction qui marqueront l’histoire du cinéma : Star Wars, Alien, Blade Runner, Total Recall

Ce récit de la genèse de Dune invite à un voyage passionnant et souvent drôle à la rencontre de la créativité et l’imagination et promeut, à travers la quête incessante d’un rêve, la nécessité de l’art.

dune2

La critique de Film de Culte

« Jodorowsky’s Dune est à la fois passionnant, émouvant et hilarant. Et la plupart du temps les trois à la fois. Passionnant car le film raconte une histoire complètement dingue: les longues années passées par Alejandro Jodorowsky à préparer en vain son adaptation du roman culte de Frank Herbert. Or, dès le départ, le cinéaste admet lui-même que ce projet ne pouvait être que pharaonique, Jodorowsky parle même d’«objet sacré». A l’époque (après 2001, l’Odyssée de l’espace mais avant Star Wars), la popularité de Jodorowsky était alors à son comble, la carte blanche qui lui est laissée sur ce projet colle à sa démesure : budgets colossaux, casting de stars ridiculement cher (d’Orson Welles à Salvador Dalì, Mick Jagger en passant par… Amanda Lear!), durée envisagée de douze heures… C’est cette folie, cachée derrière chaque décision et chaque détail du film, qui rend rétrospectivement l’entreprise aussi dingo, et ce documentaire aussi hallucinant.

Mais le film ne se contente pas de raconter platement une course aussi folle. Frank Pavich a passé trois ans à interviewer Jodorowsky et son équipe, et a eu accès à des documents d’époque rarissimes, tel que le storyboard intégral imaginé par Moebius et les dessins préparatoires de Hans-Ruedi Giger. Si Jodorowsky’s Dune n’est pas un documentaire figé, c’est aussi évidemment grâce à son humour… […] Malgré les regrets et les années de recul (qui lui permettent de se moquer un peu de sa propre folie des grandeurs), Jodorowsky fait preuve d’un enthousiasme encore très vif et contagieux.

Et pourtant le documentaire de Frank Pavich est aussi émouvant. D’une part par l’impression d’immense gâchis qui se dégage de tout cela. Le projet se trouvait à un état de préparation particulièrement avancé lorsqu’il fut abandonné au bout de plusieurs années: les décors étaient quasi-construits, les interprètes choisis et les contrats prêts à être signés. Emouvant, le documentaire l’est aussi dans sa manière de prendre malgré tout son sujet très au sérieux. Le Dune de Jodorowsky est un film qui n’existe pas et pourtant il a bel et bien eu une influence, une descendance cinématographique, et même des fans. Paradoxalement, le film est peut-être même plus aimé que la version définitive confiée à Lynch! Ce que Pavich parvient à prouver avec son film, c’est que finalement Jodorowsky a presque réussi son coup: il a bel et bien créé une oeuvre monstre et culte… Passionnant du début à la fin. »  Gregory Coutaut, www.filmdeculte.com, 3 décembre 2015

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s