Séance Spéciale

[ Avant-première ] Au CinéMourguet, Le fils de Joseph en présence du réalisateur

Mercredi 13 avril à 20h00, au Ciné Mourguet

Avant-première : LE FILS DE JOSEPH d‘Eugène Green

En présence du réalisateur et écrivain EUGENE GREEN (La Sapienza, La Religieuse portugaise, Fragments sur la grâce…)

En partenariat avec le Service Arts, Cultures et Foi du Diocèse de Lyon


Places en prévente aux caisses du cinéma tlj 13h-20h et sur le site du www.cinemourguet@cinemourguet.com
Ciné Mourguet, 15 rue Deshay (en face de la Mairie),  69110 SAINTE FOY-LÈS-LYON
Accès (10 minutes depuis Perrache) : C19 – arrêt Ste Foy Mairie / 49 et 90 – arrêt Ste Foy Châtelain / 17 – arrêt Ste Foy Centre Parkings à proximité : Méridien / Mairie / Tonnelier Tarif : 6€ normal / 5,5€ réduit / 4€ – 14 ans

Toutes les informations pratiques sur www.cinemourguet@cinemourguet.com


 

 

Le fils de joseph

Le fils de Joseph d’Eugène GREEN
Avec Victor EZENFIS, Natacha REGNIER, Fabrizio RONGIONE,
Mathieu AMALRIC, Maria de MEDEIROS

France, 2016, 01h54

SORTIE EN FRANCE : 20 AVRIL 2016

Synopsis

Vincent, un adolescent, a été élevé avec amour par sa mère, Marie, mais elle a toujours refusé de lui révéler le nom de son père. Vincent découvre qu’il s’agit d’un éditeur parisien égoïste et cynique, Oscar Pormenor. Le jeune homme met au point un projet violent de vengeance, mais sa rencontre avec Joseph, un homme un peu marginal, va changer sa vie, ainsi que celle de sa mère.

Le fils de joseph1

A propos du film

Lorsqu’il écrit un roman ou réalise un film, Eugène Green part constamment d’une idée qu’il développe ensuite « mythiquement ». Ainsi, pour Le Fils de Joseph, le metteur en scène s’est basé sur le mythe du Sacrifice d’Abraham. Il confie : « Pour les Grecs de l’époque classique, un mythe était une histoire dont le simple déroulement narratif comporte la possibilité d’exprimer une ou plusieurs vérités. Je connaissais des personnes qui étaient dans la situation de Marie et Vincent, c’est-à-dire une femme qui élève seul son enfant car le père n’a pas voulu le reconnaître d’une façon ou d’une autre. Je pense que les femmes qui ont pris la décision d’élever leur enfant seules sont des femmes courageuses, remplies de vie, d’une vie qu’elles souhaitent prolonger dans un autre être humain. »

Le Fils de Joseph est divisé en cinq parties qui ont toutes trait à des passages de la Bible (une constante dans la filmographie de Eugène Green) : « Le sacrifice d’Abraham » où l’on voit le personnage de Vincent en but face à sa mère et à l’incompréhension de cette absence paternelle ; « Le Veau d’Or », sur le milieu de l’édition, avec ses jeux de pouvoir et sa tendance l’idolâtrie ; « Le Sacrifice d’Isaac », où l’on voit Vincent tenter de sacrifier son père, dans un renversement du mythe ; puis « Le Charpentier », où s’établit, comme entre Jésus et Joseph, une relation filiale qui n’est pas fondée sur le sang ; enfin « La Fuite en Egypte », lorsque Joseph, Marie et Vincent partent de Paris pour rejoindre la Normandie.

Avec Le Fils de Joseph, Eugène Green met pour la première fois en scène une scène d’amour. Il justifie ce choix : « Au risque de choquer certaines personnes, je pense que la censure a permis l’érotisme qui me semble dorénavant perdu. Depuis le milieu des années 70, nous voyons tout, de sorte que devant les scènes de sexe, j’ai souvent l’impression d’assister à un cours de zoologie. Plus rien n’est suggéré, tout est dans une frontalité sans imagination. J’ai donc préféré filmer les ressorts du divan sur lequel Pormenor et sa secrétaire font l’amour, ce qui me semblait être une bonne façon, à la fois comique et un peu triste, car nous l’apercevons du point de vue de Victor, de suggérer l’acte érotique. Il faudrait pouvoir retrouver un peu du frisson lié à la pudeur et au désir, qui n’est rien d’autre que l’absence d’accomplissement. C’est ce que savent tous les grands poètes d’amour depuis Sapho. Un plan sur deux mains qui se touchent en dit plus sur le désir amoureux qu’une étreinte filmée entièrement et sans fard. »

Le fils de joseph2

Filmographie d’ Eugène Green

  • Toutes les nuits (1999) Sortie 2001- Prix Louis-Delluc du Premier Film 2001
  • Le Monde vivant (2003) Festival de Cannes/Quinzaine des  Réalisateurs 2003 • Prix FIPRESCI Festival de Londres 2003 – Grand Prix
    Festival Indielisboa, Lisbonne, 2004
  •  Le Pont des Arts (2004) Festival de Locarno/Cinéastes du présent, 2004
  • A Religiosa portuguesa [La Religieuse portugaise] (2009) Festival de Locarno, Compétition internationale, 2009, Festival d’Ourense [Galice], 2010, Grand Prix
  • La Sapienza (2015) Festival de Locarno, Compétition internationale 2014
  • Faire la parole [Hitza egin] Documentaire – Festival de Turin, Section Onde, 2015 • Festival Cinéma du réel Paris 2016 (Sortie prévue
    2016)
  • Le Fils de Joseph (2016) Festival de Berlin/Forum

Le fils de joseph3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s