Festival

Férid Boughedir lancera le festival « Cinémas du Sud » à L’Institut Lumière

RegardSud

parfumFérid Boughedir lancera la 16e édition du festival Cinémas du Sud dont il est le parrain. Le festival se déroulera à l’institut Lumière du mercredi 27 au samedi 30 avril. Connu comme l’un des critiques les plus renommés d’Afrique et du monde arabe, l’auteur des films « Halfaouine, l’enfant des terrasses » ( un chef-d’oeuvre du cinéma tunisien), «Un été à la goulette », est un cinéaste à la notoriété internationale. Il a été membre des jurys officiels du festival de Cannes, Berlin et Venise.
Le cinéaste tunisien présentera en compagnie de Jean-Marie Vauclin (Distributeur, Zelig Films) son dernier film, « Parfum de printemps » qui sortira une semaine plus tôt.  Son film, retrace avec une légèreté de ton, l’histoire d’un Candide moderne face à une corruption devenue quotidienne, qui cherche l’amour, découvre les Femmes et la complexité du monde.

Le festival propose la projection de huit films les jours suivant, tel que « A l’heure du Caire » d’Amir Ramsès, qui a reçu le prix d’interprétation masculine au festival international du film Arabe 2015 et qui fut présélectionné pour l’Oscar 2016 du meilleur film étranger, ou « 3000 nuits » de Mai Masri, vainqueur de plusieurs prix dans divers festivals américains.

 

Une programmation où la comédie, l’humour, la musique, la poésie sont aussi au programme ! 


yallah-undergroundA quoi ressemble la subculture dans les pays arabes ? C’est ce que nous propose le documentaire du cinéaste égyptien, Farid Eslam avec Yallah! Underground.
Ce film donne à voir le monde de jeunes musiciens issus de la scène alternative du Moyen-Orient : leur quotidien, leur processus de création, les problèmes auxquels ils font face, leur source d’inspiration…
A travers les grandes métropoles telles que Beyrouth, Amman, Le Caire, Ramallah, le film nous emmène en voyage, rythmé par la musique de Zeid Hamdan, Amer Shomali, Maii Waleed et bien d’autres…


3000-nuitsAprès de très remarqués documentaires sur l’exil, les femmes, les camps de réfugiés ou la guerre civile libanaise, Mai Masri signe son premier long métrage de fiction avec 3000 nuits. Le film explore un pan du cinéma arabe, universel : les prisons et la détention.

Iman, une jeune institutrice palestinienne, est arrêtée et incarcérée dans une prison israélienne où elle donne naissance à un garçon. Luttant pour survivre et élever son fils derrière les barreaux, elle trouve dans sa relation avec les autres prisonnières, palestiniennes et israéliennes, l’espace et le temps nécessaires pour réfléchir, s’assumer et devenir une jeune femme…

Le film lance un appel universel et fait écho aux thèmes de la féminité, la liberté et la justice n’importe où dans le monde.
Festival de Toronto 2015, Prix du Jury au Festival de Los Angeles 2015, Prix du Public au Festival de Valladollid 2015.


lettertothekingLe réalisateur norvégien d’origine Kurde-irakien, Hisham Zaman, abordera dans Letter to the King , un délicat sujet, fort actuel, qu’est les réfugiés en quête d’intégration. On vit avec les personnages grâce notamment à une mise en scène empathique et pleine d’humour.

Cinq immigrants ont reçu la permission de quitter leur camp de réfugiés, situé dans un coin isolé et enneigé de la Norvège, afin de se rendre à Oslo. Leur expérience, faite de bonheur, d’humiliation, d’amour et de vengeance, est décrite dans une lettre envoyée par Mirza, 80 ans, au roi de Norvège…

Prix du meilleur scénario aux Journées Cinématographiques de Carthage 2015


a-lheureducaireUn hommage sera rendu à l’une des stars du cinéma égyptien, acteur fétiche de Youssef Chahine, Nour al Shérif, décédé en 2015, avec la projection de son dernier film A l’heure du Caire, d’Amir Ramsès.  Ce dernier choisit à travers trois personnages principaux, de partir de ces tranches de vie de l’intime pour raconter la société égyptienne d’aujourd’hui.

Six personnages passent une journée bouleversante dans le Caire d’aujourd’hui : un ancien acteur vivant dans la solitude et une ancienne actrice tombée sous le délire des fatwas ; un Alexandrin atteint par la maladie d’Alzheimer un dealer en fuite et un jeune couple qui s’essaie à l’amour. Un moment dans une ville sous tension sociale et religieuse…

Assistant de Youssef Chahine au début de sa carrière, le réalisateur Amir Ramsès a réalisé des documentaires puis des films de fiction salués dans de nombreux festivals.  L’heure du Caire remporte le Prix d’interprétation masculine au Festival International du Film Arabe (FIFA) 2015.


orchestre-des-aveuglesUne plongée au coeur du Maghreb avec L’Orchestre des aveugles du cinéaste de Mohamed Mouftakir qui à remporté le Tanit d’Or aux Journées Cinématographiques de Carthage en 2015. Sur fond de relation père-fils, cette chronique aux airs de comédie italienne, véritable hymne à la joie permet en filigrane une radiographie des mentalités marocaines dans les années 70.

Du côté de l’Algérie, Maintenant, ils peuvent venir de Salem Brahimi, produit par Michele et Costa-Gavras, met en scène, Amazigh Kateb, chanteur du groupe Gnawa Diffusion et l’actrice française Rachida Brakni. Le film qui clôturera cette édition est un voyage de résistance et de poésie au cœur d’une famille algérienne poignardée par l’histoire des années noir


nojoomLa programmation sera également marquée par une ouverture géographique, avec une première fiction tourné au Yémen, Moi, Nojoom, 10 ans divorcée de la yéménite Khadjija al Salami.
Moi Nojoom, 10 ans, divorcée, est également un film très personnel pour la cinéaste qui, à l’âge de 11 ans, a été forcée par son oncle d’épouser un homme de vingt ans son aîné. Elle aura le courage de se rebeller et de demander le divorce. Son parcours hors du commun, l’amènera à défendre et sensibiliser à travers son cinéma, aux droits des femmes et des enfants qui luttent pour leur liberté.
Le film est un magnifique plaidoyer pour toutes ces filles qu’on a voulu rendre femme trop tôt et pour leur droit à décider de leur vie.
Festival International de Rotterdam 2016, Prix du meilleur film au Festival de Dubaï 2014.


verybigsLe Liban sera aussi présent, avec Very Bigh Shot, du jeune libanais, Mir-Jean Bou Chaaya;

Condamné et incarcéré il y a cinq ans pour un meurtre commis par son frère aîné Ziad, Jad est sur le point d’être libéré. De son côté, Ziad, pourtant déterminé à changer de vie et à renoncer au trafic de drogue, voit ses projets contrariés par son fournisseur et se retrouve entraîné dans un trafic d’amphétamines à travers la frontière libanosyrienne. À sa sortie de prison, Jad souhaite se joindre à lui pour ce dernier coup…

Une comédie inventive où, dans un Liban burlesque, deux dealers de drogue s’improvisent réalisateurs. Un film teinté de cet humour absurde des frères Coen, qui fait la promesse d’une belle filmographie future.
Etoile d’Or au Festival de Marrakech 2015  


Cette édition prolonge les précédentes, tout en étant unique et indispensable, où la comédie, l’humour, la musique, la poésie sont aussi au programme pour nous la conter.

Regard Sud

Toutes les informations pratiques sur : www.regardsud.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s