A (Re)découvrir

[CinéCollection] Du 27 avril au 30 mai, Sans toit ni loi d’Agnès Varda dans les salles du GRAC

CinéCollection propose chaque mois de voyager à travers l’histoire du cinéma pour voir ou revoir sur grand écran les oeuvres d’auteurs. Certaines séances sont accompagnées par les propos éclairés d’un spécialiste ou d’un cinéphile averti. Les titres sont proposés en copies restaurées au format numérique dans près de 30 salles adhérentes au réseau GRAC.

CinéCollection au mois de mai, nous propose un voyage dans le cinéma d’Agnès Varda avec deux films : Sans toit ni loi et Cléo de 5 à 7.

Nous vous proposons un zoom sur Sans toit ni loi , film marqué par la belle performance de Sandrine Bonnaire.

LES SEANCES POUR  SANS TOIT NI LOI :

  • Bron Les Alizés Lun 16 mai 20h*
  • Caluire Le Méliès Jeu 12 mai 20h30*
  • Charlieu Les Halles Semaine du 27 avril
  • Décines Ciné Toboggan Dim 22 mai 18h30*
  • Lyon 4ème Cinéma St-Denis Mar 24 mai 20h30*
  • Lyon 7ème Cinéma Comoedia Dim 8 mai 18h
  • Mornant Salle J. Carmet Ven 27 mai 20h30*
  • Nantua Le Club Lun 30 mai 20h30
  • Rive-de-Gier Ciné Chaplin Mar 3 mai 14h30 et 18h30
  • St-Chamond Ciné Lumière Mer 11 mai 18h15
  • Ste-Foy-lès-Lyon Ciné Mourguet Jeu 12 mai 14h30*
  • St-Galmier Le Colisée Jeu 26 mai 20h30
  • St-Genis-Laval Ciné La Mouche Mer 25 mai 20h*
  • St-Martin-en-Haut Cinéma Paradiso Jeu 19 mai 20h30*
  • Tassin-la-demi-lune Le Lem Lun 30 mai 21h
  • Thizy L’Agora Lun 23 mai 20h30

Les séances avec astérisque sont présentées par les propos éclairés d’un spécialiste ou d’un cinéphile averti.

 

Sans toit ni loi

Sans toit ni loi
Réalisation Agnès Varda

 Avec Sandrine Bonnaire, Macha Méril, Stéphane Freiss 
France –  Grande Bretagne / 1985 / 1h45
Date de sortie 4 décembre 1985

Date de reprise 18 juin 2014 – Version restaurée

Synopsis 

Une jeune fille errante est trouvée morte de froid : c’est un fait d’hiver. Etait-ce une mort naturelle ? C’est une question de gendarme ou de sociologue. Que pouvait-on savoir d’elle et comment ont réagi ceux qui ont croisé sa route ? C’est le sujet du film. La caméra s’attache à Mona, racontant les deux derniers mois de son errance. Elle traîne. Installe sa tente près d’un garage ou d’un cimetière. Elle marche, surtout jusqu’au bout de ses forces.

Sans toit ni loi est un film sur la recherche de la liberté à tout prix, sur l’errance. Mona est une fille sur la route, seule et sale, jeune et à jeun, flemmarde et pas bavarde, révoltée et sous-voltée, belle et rebelle.

« Agnès Varda construit Mona, enquête sur Mona, accumule indices et preuves sans jamais répondre […]. Mona est impénétrable […]. Elle occupe une place indéfinie mais intangible. Pardelà
sa misère, ceux qui la croisent reconnaissent en elle une part de leur propre humanité. » Françoise Audé, Positif, janvier 1986

MONA-les-mains-dans-poches

A propos du film

A l’origine, le film devait s’intituler A saisir. Finalement titré Sans toit ni loi, le long-métrage a été rebaptisé Vagabond aux Etats-Unis.

Avec ce film appartenant au genre dit du « documenteur », une oeuvre à la croisée du documentaire et de la fiction selon la réalisatrice, Agnès Varda a voulu rendre hommage à l’écrivaine Nathalie Sarraute, célèbre figure du genre littéraire appelé « Nouveau Roman ».

Comme dans beaucoup de ces films (courts ou long métrage), Agnès Varda utilise la voix off. Dans Sans toit ni loi, c’est elle qui se cache derrière la voix-off de l’intervieweuse qui s’entretient avec ceux et celles qui ont croisé la route de la vagabonde Mona.

Pour se confronter à la réalité des jeunes sans-abris, Agnès Varda a rôdé dans la vallée du Rhône pour y prendre en stop des garçons et des filles et écouter leurs témoignages sur leurs conditions de vie. La cinéaste s’est également rendue dans la gare de Nîmes à la tombée de la nuit ainsi que dans des salles d’attente de la région, pour y receuillir des récits d’errance sur le vif. L’ensemble de ces témoignages ont nourri Sans toit ni loi, tourné à l’hiver 1984 dans le Languedoc-Roussillon.

Le mot d’Agnès Varda

« Sur un monticule, pas loin de Montpellier, deux cyprès m’intriguent depuis très longtemps. J‘imagine un film : Mona trouvera refuge dans une serre proche de ce tumulus et mourra dans un fossé. Les deux cyprès la veilleront. C’est sur des images précises et non rationnelles que se bâtit un scénario.

J’ai compris aussi que le film ne pouvait pas se composer de sketches entrecoupés par les déplacements de Mona-marchant.

C‘est Mona-marchant qui est le sujet et la ligne du film. J‘ai imaginé treize « travellings latéraux », tous de droite à gauche, de plus ou moins une minute, entre lesquels elle rencontre tous ceux qui témoignent sur elle, la jugeant sans indulgence et avec  l’hostilité ordinaire envers ceux qui sont différents. Et c’est seulement sur ces plans-là qu’on entendrait la musique étrange et puissante de Joanna Bruzdowicz. Le titre de tournage était À saisir.

On ne saisirait que des bribes d’informations sur elle. Donc faire parler des témoins de son errance. Sur ces bases de structure qui n’enlèvent rien à l’aventure du tournage, il fallait
faire passer de l‘émotion et garder, en parallèle, l‘énergie de Mona et celle du film. Pour Mona, ma chance a été d’avoir une Sandrine Bonnaire surdouée.
Quant aux thèmes du scénario, ils génèrent d’eux-mêmes des idées et des dialogues. Ils sont : marcher, dormir, manger, fumer pour Mona mais aussi : l‘odeur de la saleté, la sympathie limitée, les marginaux, la main d’œuvre immigrée, les maladies des arbres et le froid qui tue. » Agnès Varda, dossier de presse édité par Tamaris

mona-mange-des-sardines

Récompenses

Plus gros succès au box-office dans la filmographie d’Agnès Varda, Sans toit ni loi a reçu le Lion d’or à la Mostra de Venise en 1985 et Sandrine Bonnaire, le César de la meilleure actrice l’année suivante pour son rôle de la vagabonde Mona.

Fiche technique

  • Images : Patrick Blossier
  • Son : Jean-Paul Mugel
  • Décors : Jean Bauer, Anne Violet
  • Musique : Joanna Bruzdowicz
  • Montage : Agnès Varda et Patricia Mazuy
  • Mixage : Jean-François Auger
  • Photographies : École nationale d’Arles
  • Bande originale : Joanna Bruzdowicz

Distribution

  • Sandrine Bonnaire : Mona, la vagabonde
  • Macha Méril : Madame Landier, la « platanologue »
  • Stéphane Freiss : Jean-Pierre, l’agronome
  • Yolande Moreau : Yolande, la bonne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s