actualité

Festival Cinémas du Sud, à l’Institut Lumière, samedi 30 avril, une belle journée de clôture en perspective

La 16ème édition du Festival Cinémas du Sud se termine déjà demain samedi 30 avril, à lInstitut Lumière  (25, rue du Premier Film, Lyon 8ème – 04.78.78.18.95).

Toutes les informations pratiques sur le site de lInstitut Lumière  et sur celui de Regard Sud.

Venez nombreux découvrir une programmation riche en découvertes.


Programmation du samedi 30 avril à l’Institut Lumière 


nojoomMoi, Nojoom, 10 ans divorcée 15H15
En présence de Khadija al Salami et l’acteur Adnan Alkhader

Yemen, 2015, 1h39

Prix du meilleur film, Festival de Dubai 2014

Une petite fille entre dans une salle de tribunal, regarde le juge droit dans les yeux et lui dit : « je veux divorcer ». Elle s’appelle Nojoom, elle a dix ans, elle a été mariée de force à un homme qui a 20 ans de plus qu’elle, et elle s’est échappée. Mais au Yémen, il n’y a pas d’âge légal pour se marier.

Moi Nojoom, 10 ans Divorcée est un magnifique plaidoyer pour toutes ces filles qu’on a voulu rendre femme trop tôt et pour leur droit à décider de leur vie.



orchestre-des-aveuglesL’Orchestre des aveugles de Mohamed Mouftakir 17h45
En présence de l’acteur, Younès Mégri et d’Emmanuel Prévost (Avalanche Productions)

(Maroc/France, 2014, 1h18)

Tanit d’Or aux Journées Cinématographiques de Carthage 2015
Sélection officielle au Festival de Marrakech 2014

Dans les premières années du règne d’Hassan II, Houcine, fan de son nouveau roi, est chef d’un orchestre populaire et l’heureux père de Mimou. Houcine prend son rôle très à cœur et veut le meilleur pour son fils. Il lui impose, dès l’école primaire, d’être le premier de sa classe.

Houcine et sa famille vivent dans la maison familiale de sa femme, Halima, où une galerie de personnages hauts en couleurs s’y croise au rythme de la vie de l’orchestre et de ses danseuses traditionnelles. Cet orchestre est particulier, les musiciens hommes se font passer pour des aveugles afin de jouer dans les fêtes réservées aux femmes chez des familles conservatrices marocaines.

Mais Mimou va rapidement croiser le chemin de Chama, la bonne des voisins. Il en tombe immédiatement amoureux et sent quelquechose changer en lui. Réalité et rêve s’entremêlent…


maintenantilspeuventvenirAVANT-PREMIERE / Maintenant, ils peuvent venir de Salem Brahimi 20h00
En présence de Michèle Gavras (Produit par Michèle et Costa-Gavras – KG Productions)

Avec Amazigh Kateb, Rachida Brakni (César du meilleur espoir féminin en 2001)
Algérie/France 2014 | 1h35

Festival de Toronto 2015 / Prix spécial du Jury au Festival de Dubai

2016 Fin des années 80 en Algérie : le socialisme se meurt et l’islamisme d’importation afghane plonge le pays dans la tragédie : 200 000 morts. Sur injonction de sa mère, Nouredine épouse la belle Yasmina. Avec elle, il apprendra l’amour, la famille, la résistance. Malgré l’horreur. Mais rien n’échappe à la violence islamiste. Cerné par les terroristes, Nouredine serre sa fille contre lui aussi fort qu’il l’aime. À en mourir.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s