actualité

Mardi 24 mai au cinéma Le Comoedia, ouverture du Festival Palestine en vue avec 3000 nuits

Le Festival Palestine en vue, se déroulera du 24 au 31 mai 2016, en Auvergne-Rhône-Alpes. La séance d’ouverture du festival aura lieu le mardi 24 mai à 20 heure, au cinéma Le Comoedia avec la projection du film 3000 nuits, en présence de la réalisatrice Maï Masri, de la comédienne Maisa Abd Elhadi et du musicien palestinien Adel Salameh.

Découvrez toute la programmation sur le site du festival erapinfo.free.fr/spip.php?article276.
Toutes les informations pratiques sur www.cinema-comoedia.com

 

3000-nuits2

3000 Nuits de Mai Masri
Avec Maisa Abd Elhadi, Raida Adon, Karim Saleh 
Palestine, France, Jordanie, Liban, Émirats, Qatar/2016/1h43

Date de sortie : 4 janvier 2017

Festival de Toronto 2015 / BFI London 2015 / Prix du Jury Festival de Los Angeles 2015

Synopsis
Aya, une jeune institutrice palestinienne récemment mariée est arrêtée et incarcérée dans une prison israélienne de haute sécurité où elle donne naissance à un garçon. Luttant pour survivre et élever son nouveau-né derrière les barreaux, elle est tiraillée entre son instinct de mère et les décisions difficiles qu’elle doit prendre. Elle trouve dans sa relation avec les autres prisonnières, palestiniennes et israéliennes, l’espace et le temps nécessaires pour réfléchir, s’assumer et devenir une jeune femme.

3000-nuits1

Mai Masri est réalisatrice et productrice palestinienne, née en Jordanie, d’un père palestinien et d’une mère américaine. Elle suit des études de cinéma à l’Université de San Francisco (USA), avant de retrouver, en 1981, le Liban, pays de son enfance pour se consacrer à la réalisation de documentaires. Ses films donnent surtout la parole aux femmes et aux enfants. Les prisons et la détention sont des thèmes très présents dans ses documentaires. 3000 nuits, est son premier long métrage de fiction.

3000-nuits

« 3000 nuits, incroyable film, un peu palestinien, un peu libanais, surtout empreint d’humanité. Film – proche du documentaire par sa proximité avec les faits – qui prend place entre les murs d’une prison israélienne. Film qui ne montre qu’une facette du conflit israélo-palestinien, et place ces femmes au cœur du propos. Elles sont d’origines différentes, de professions, d’âges divers, elles ne parlent pas la même langue, mais vivent et ressentent ensemble. Elles sont toutes mamans de cet enfant qui naît en prison ; elles ont toutes leurs codes et astuces qui leur permet de s’émanciper de la rigidité de la prison, le temps d’un instant ; elles connaissent le chantage, l’individualité, la trahison, pour entendre cette voix au bout du téléphone, pour effleurer cette main de l’autre côté des grilles. Mais elles connaissent également la générosité. Malgré leurs différences, parfois leur haine, elles vont d’unir dans un formidable élan de solidarité, prouvant que ensemble, on peut faire changer les choses, changer le monde. La force du groupe, de la solidarité. Un beau film, fort, dont on ressort grandit. Un film qui nous rappelle que de l’autre côté de la mer le soleil éclaire mais ne réchauffe pas toujours… » Camille Cuisnier  pour Journal Cinéphile Lyonnais

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s