actualité

[Ciné-débat] Vendredi 13 mai, Qui a tué Ali Ziri à La Plume noire en présence du réalisateur

Le vendredi 13 mai à 20h, la librairie Plume Noire  (8 rue Diderot, Lyon 1er)) vous propose la projection du documentaire « Qui a tué Ali Ziri » avec la présence de son réalisateur Luc Decaster.

Après la projection, le débat portera de la thématique des violences policières, de l’impunité judiciaire à l’égard du corps policier, et du racisme d’État subit par les minorités nationales.

La présence de Luc Decaster, réalisateur du film permettra de répondre aux questions que vous vous posez sur le documentaire et les suites de l’affaire qui n’est pas malheureusement pas un cas isolé en France où la police tue et mutile chaque année.

Organisé par la CGA Lyon.
Prix libre.

 

qui a tuée zari

Synopsis :

Ali Ziri, un homme de 69 ans, décède le 11 juin 2009 après son interpellation par la police nationale à la suite d’un contrôle routier à Argenteuil. «Arrêt cardiaque d’un homme au coeur fragile», déclare le Procureur de Pontoise. Appuyant la famille qui vit en Algérie, un collectif d’Argenteuillais demande une contre-expertise. Deux mois plus tard l’institut médico-légal révèle 27 hématomes sur le corps d’Ali Ziri.

Pendant cinq années, le cinéaste a suivi les pas de ceux qui demandent « Justice et vérité » après cette mort, ignorée des médias, mais que certains considèrent comme un lynchage digne des pires périodes de l’histoire.

Au-delà d’une affaire de justice, Luc Decaster s’est attaché à représenter ce qu’une telle affaire suscite à l’intérieur d’une ville de banlieue ordinaire. Le cinéaste suit les échanges dans les rues de la ville, les entretiens avec les avocats dans les palais de justice, mais aussi les réunions internes du collectif « Vérité et justice pour Ali Ziri ».

Au fil de la dramaturgie du film, des retournements de situations et de nouveaux espoirs, se révèlent des personnalités étonnantes d’ingéniosité. Par-delà les échanges, le fi lm interroge la justice française et ses incohérences lorsque des policiers sont mis en cause.

ziri1

Pour réaliser son documentaire, Luc Decaster a filmé pendant cinq ans le combat contre “l’invisibilisation” des violences policières du collectif de citoyens “Vérité et Justice pour Ali Ziri”. Omar Slaouti est l’un d’eux, Télérama l’a rencontré. Lire l’entretien :  ici

Luc Decaster

Luc Decaster est un cinéaste/citoyen de combat. Ancien enfant des chantiers de Saint Nazaire devenu dessinateur industriel puis professeur d’histoire avant de prendre la caméra. En 1991, il tourne son premier documentaire, le court métrage « Champion à quel prix« . Lutte ouvrière, grève de personnes sans papiers, Decaster a toujours fait des films en lien avec les luttes sociales dans lesquelles il s’est impliqué. « Mon désir est de réussir à montrer la complexité, les divergences, sans langue de bois, tout en étant très proche de ceux qui sont filmés dans leur quotidien », explique-t-il.

Habitant d’Argenteuil, largement impliqué dans la vie de sa ville, il ne pouvait pas ne pas s’investir dans le combat des proches d’Ali Ziri. Son film a reçu le soutien d’Amnesty International, de l’Action Chrétienne pour l’Abolition de la Torture, de la Ligue des Droits de l’Homme et du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples. Les projections de ce film, soutenu par ces ONG internationales, renforcent la lutte pour la dignité, pour l’égalité, avec la question : « Les policiers seraient-ils au-dessus des lois ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s