Évènement

Mardi 7 juin au Comoedia, Quartiers Lointains – Saison 3 : L’amour à la française

quartier lointain

 

Quartiers Lointains est un programme itinérant de courts-métrages du Sud au Nord de l’hémisphère, porté par l’association Siniman Films.  Pour cette troisièmes saison parrainée par Melvin van Peebles, Quartiers Lointains propose une sélection de films courts qui parlent de nous, de vous, mais surtout d’amour.

Mardi 7 juin à 20h00, au  Cinéma Comoedia  en partenariat avec Lumières Numériques vous pourrez découvrir 3 fictions et 1 documentaire

lignerouge

L’Amour à la Française

A travers le trouble de la sexualité et d’un environnement masculin dans Le Retour de Yohann Kouam, à travers la danse des corps et la timidité dans Le Sens du toucher de Jean-Charles Mbotti Malolo, à travers la complexité des mariages traditionnels dans Destino de Zangro mais aussi à travers la difficulté à aimer qu’interroge Alice Diop dans Vers la tendresse, les courts-métrages de la 3e saison de Quartiers Lointains nous secouent, nous animent et nous émerveillent en s’emparant d’un sentiment à la fois français mais surtout universel.

Séance présentée par le réalisateur Jean-Charles Mbotti Malolo et par Claire Diao, journaliste franco-burkinabè spécialisée dans les cinémas d’Afrique, correspondante du magazine sud-africain Screen Africa et programmatrice chez l’Association Siniman Film.

Plus d’informations sur le site du Comoedia : www.cinema-comoedia.com

 

lignerouge

MELVIN VAN PEEBLES, PARRAIN DE L’EDITION 2016lignerouge

Melvin Van Peebles est un écrivain, musicien, acteur, producteur, scénariste et réalisateur afro- américain. Après un séjour en France, au cours duquel il collabore notamment à la revue satirique Hara Kiri, il réalise des films dont le plus connu Sweet Sweetback’s Baadaasssss Song, est à l’origine de la Blaxploitation. En accompagnant la troisième saison de Quartiers Lointains, Melvin Van Peebles nous rappelle que la passion et la persévérance sont des moteurs essentiels pour raconter des histoires

lignerouge

LES FILMSlignerouge

Vers la Tendresse d’Alice Diop, documentaire

(40 min) Les Films du Worso

 « Vers la tendresse » est une exploration intime du territoire masculin d’une cité  de banlieue. En suivant l’errance d’une bande de jeunes hommes, nous arpentons un univers où  les corps féminins ne sont plus que des silhouettes fantomatiques et virtuelles.

« Au départ je réfléchissais à un film de fiction autour des relations amoureuses dans les quartiers et pour ça j’ai fait des entretiens documentaires avec des gens que je connaissais dans mon entourage… J’ai rencontré ces 4 jeunes hommes tous originaires de Seine-Saint-Denis et j’ai posé des questions très simples : c’est quoi la tendresse ? C’est quoi l’amour ? Qu’est-ce c’est qu’une relation avec une femme ? À partir de ces questions hyper simples, j’ai enregistré une ou deux heures d’entretien avec chacun d’entre eux. Je me suis aperçu que j’avais une matière assez intéressante et riche à travailler, mais sous l’aspect d’un documentaire »  Alice Diop

lignenoirLe retour de Yohann Kouam, fiction

(22min) Mezzanine Films

On suit une bande d’adolescents qui se cherche parmi les codes urbains omniprésents. Le retour de l’aîné de l’un entre eux va chambouler cette mécanique bien huilée, en cassant les repères de ce jeune homme, perdu dans la recherche de sa propre sexualité.

« Ce qui m’a inspiré c’est le fait d’avoir moi-même grandi en banlieue. J’ai eu une scolarité dans un milieu bourgeois, ce qui m’a donné le recul nécessaire pour faire ce film. Dès que je rentrais au quartier, je voyais des codes, que je ne voyais pas dans mon lycée et vice versa… J’ai remarqué qu’en banlieue il y avait ce côté où il fallait surenchérir la virilité, ce qui peut pousser parfois comme dans mon court-métrage à des actes répréhensibles ! »  Yohann Kouam

lignenoir

Le sens du toucher de Jean-Charles Mbotti Malolo, animation

(15min) Folimage Studio

Chloé et Louis s’aiment secrètement mais ils n’arrivent pas à se l’avouer. Leurs gestes se substituent aux mots. Ils dansent, chaque parole est une chorégraphie.

« Il y a beaucoup d’influences qui viennent de ma vie personnelle, une relation de 10 ans. C’est un film thérapie, auquel j’ai incorporé la langue des signes, car je suis danseur et je m’y intéresse depuis longtemps. Lorsque que j’ai commencé à écrire : Le sens du toucher, je me suis dit que cela pourrait tout mélanger. Ce court-métrage est une façon d’illustrer que toutes ces histoires d’amour ou rapports humains, sont des choses qui se passent aussi dans le non verbal et c’est ce qui nous connecte ».   Jean-Charles Mbotti Malolo 

 lignenoir

Destino de Zangro, fiction

(22 min) Bien ou Bien Productions

Loïc et Mehdi ont monté  un petit business : filmer les mariages reubeu et faire le montage dans leur fourgonnette transformée en studio audiovisuel. Mais lorsqu’il s’agit de filmer le mariage de la jolie Leila, l’ex de Mehdi… Le destin s’en mêle.

 « Comme tout un chacun, on connaît des déceptions sentimentales et je me suis imaginé quel serait le pire cauchemar pour un mec… Je me suis dit que c’était d’aller au mariage de son ex. J’aime bien faire de la comédie oscille entre différents sentiments. Le but c’était illustrer ces interrogations, tout le monde se demande à la fin : est-ce que c’est vraiment fini ? Je me suis amusé à recréer les retrouvailles d’un couple dans le moment le plus improbable qui est un mariage » Zangro

lignenoir

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s