Séance Spéciale

Vendredi 28 octobre au Zola, soirée Frissons avec Le dernier train pour Busan.

zola-te-laisse-les-clefs

lignerouge

Le Zola te laisse les clefs, un groupe de jeunes de 16 à 25 ans qui organise des séances spéciales au Cinéma Le Zola de villeurbanne, vous invite à les retrouver quelques jours avant Halloween.

Vendredi 28 octobre à 21h00, ilsoorganise   une projection réalisée sous le signe de la peur avec  Le dernier train pour Busan…. Bouhouhouhou !!

N’oublier pas de venir déguiser !

Au programme:
– Le dernier train pour Busan, film d’horreur sud-coréen de Yeon Sang-ho, sélectionné au festival de Cannes cette année.
– Un concours de costumes : Venez déguisés ! A l’issu d’un défilé, le spectateur au déguisement le plus cool, le plus ouf, le plus effrayant remportera un prix.

TARIFS:
Carte M’RA +1€
Tarif normal : 6.80 €
Tarif réduit : 5.80 €
(- 18 ans, étudiants, +60 ans, demandeurs d’emplois)

Toutes les informations pratiques sur www.lezola.com

lignerouge

 

dernier-train

Dernier train pour Busan
De Sang-Ho Yeon
Avec Gong Yoo, Kim Soo-Ahn , Dong-seok Ma plus
 Sud-coréen, 2016, 1h58

Date de sortie :  17 août 2016

En sélection au Festival de Cannes 2016

Bande-annonce

Synopsis

Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l’état d’urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu’à Busan, l’unique ville où ils seront en sécurité…

train-pour-busan2

Cinq bonnes raisons d’aller voir le film

Decouvrez ici, cinq bonnes raison d’allez voir le Dernier train pour Busan.

A propos du film

Yeon Sang-ho, jusqu’alors spécialisé dans les films d’animation coup de poing (King of pigs, The Fake, Séoul Station) s’attaque au cinéma en prises de vue réelles avec Dernier train pour Busan.

Dernier train pour Busan est la suite du film d’animation Seoul Station, déjà mis en scène par Sang-Ho Yeon. L’oeuvre a été très remarquée au Brussels International Fantastic Film Festival et au Festival International du Film d’Animation 2016. Le cinéaste nous raconte la genèse du projet : « Je préparais un film d’animation intitulé Seoul Station, déjà une histoire de zombies mais avec une ambiance beaucoup plus sombre et un message social beaucoup plus fort que dans Dernier train pour Busan. Pendant la production de ce film d’animation, je me suis dis qu’en traitant le sujet de manière plus commerciale, tout en y apportant une touche personnelle, je pourrais peut-être en faire une version en prises de vues réelles. (…) À ce moment-là, ma société de production m’a encouragé, en me proposant de réaliser un film avec de vrais acteurs. Au début, je n’étais pas sûr d’en être capable, je leur ai même suggéré d’engager un réalisateur plus expérimenté mais j’ai fini par me laisser convaincre. »

Dernier Train pour Busan est de la même étoffe que The Host ou Transperceneige. Si  le film a des apparences de film d’horreur avec des zombies, la vérité est bien plus complexe. En effet, à l’instar de George A. Romero, le cinéaste coréen Sang-Ho Yeon ne s’est pas privé d’injecter un sous-texte anti-capitaliste dans son film, brocardant notamment le monde de la finance et des banques. Ce fond politico-sociale était d’ailleurs déjà présent dans Seoul Station. « Par rapport à mes films précédents, la dimension sociale est moins appuyée mais toujours présente. J’ai voulu que le public coréen puisse retrouver au sein du genre fantastique – auquel il n’est pas forcément très habitué – des éléments de la vie quotidienne. J’ai imaginé des personnages dans lesquels les Coréens puissent se reconnaître, même si je pense que Dernier train pour Busan aborde finalement des thèmes et des sentiments universels », confie le réalisateur.

train-pour-busan

Les influences de Sang-Ho Yeon 

 « Comme d’autres cinéphiles de ma génération j’ai grandi avec des films de zombies et j’aime beaucoup ceux de George A. Romero. Parmi les films plus récents, je porte un intérêt particulier à « L’Armée des morts » de Zack Snyder qui est un remake de « Zombie » (Dawn of the Dead) de Romero et j’aime beaucoup « 28 jours plus tard » de Danny Boyle. Cela va peut-être vous sembler étrange, mais mes goûts de spectateurs me portent autant vers la saga « Star Wars » ou la trilogie du « Seigneur des anneaux » que des films réalistes comme « Zodiac » de David Fincher. Je suis aussi un très grand fan de Ken Loach. « Sweet Sixteen » m’a beaucoup influencé pour la préparation de mon premier long « The King of Pigs. »

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s