A (Re)découvrir

Le 25 janvier, Seven l’un des plus grand films de Fincher, à l’Institut Lumière

 

lignerouge

La rétrospective David Fincher se poursuit à l’Institut Lumière. Mercredi 25 janvier à 21h00 sera l’occasion de (re)découvrir Seven, le film qui révéla au grand public Fincher, et qui considéré comme l’un des grands films de Serial Killer.

Toutes les informations pratiques sur www.institut-lumiere.org

lignerouge

seven1

Seven
avec Brad Pitt, Morgan Freeman, Gwyneth Paltrow, Kevin Spacey

USA, 1995, 2h07, couleur
Interdit aux moins de 12 ans

Synopsis

A la veille de sa retraite, l’inspecteur Somerset se voit contraint de faire équipe avec son jeune remplaçant. Le duo enquête sur le meurtre particulièrement sordide d’un homme obèse, sauvagement assassiné au cours de son repas. Ils comprennent bientôt qu’ils sont confrontés à un tueur en série, qui trouve son inspiration macabre dans les sept péchés capitaux…

seven

A propos du film

Une atmosphère étouffante et sordide, un scénario et des dialogues brillants, une interprétation irréprochable : Seven est (avec Le Silence des agneaux) le meilleur film de tueur en série des années 1990. Avec ce deuxième film, David Fincher, jeune cinéaste exigeant et ambitieux, affirme définitivement sa place d’auteur et de jeune prodige hollywoodien. Magistralement interprété par Morgan Freeman, Brad Pitt et Kevin Spacey, Seven s’est imposé rapidement comme un thriller culte. Développant une esthétique de la noirceur, explorant la perversité, le glauque et le sordide, il a imprimé sa marque aux polars hollywoodiens à venir. Le cinéaste s’appuie dès ses débuts sur d’excellents techniciens (citons ici le chef-opérateur Darius Khondji) et des comédiens hors-pairs. Fincher renouera avec le film de serial killer avec Zodiac. Immense succès en salles, le film a rapporté dix fois son budget lors de son exploitation (327 millions de dollars de recettes pour 33 millions de dollars de budget). A noter, le générique, célébrissime, qui annonce l’atmosphère et le projet du film.

Source Institut Lumière

Seven 1995 rŽal : David Fincher Brad Pitt Collection Christophel

Seven, la révélation David Fincher

Seven marque l’avènement du réalisateur David Fincher au niveau international. Après avoir signé de nombreux vidéos clips musicaux et autres publicités, l’américain se lance dans le septième art en 1992 avec Alien 3. Un baptème du feu pour le moins délicat dont il ne garde pas un souvenir très positif, sa liberté de manoeuvre ayant été très réduite par la Twentieth Century Fox.

Avec Seven, trois ans plus tard, David Fincher voit se profiler l’occasion de sa vie. Il trouve avec le studio indépendant New Line, alors en difficultés et cherchant à se relancer, le partenaire idéal pour se lancer dans un projet où il aurait un contrôle total. Ecrit avec talent par Andrew Kevin Walker, Seven fait date dans l’histoire du film de serial-killer et remporte un large succès au box-ofice international. Extrêmement sombre, étouffant, le film s’amuse à suggérer la violence plutôt qu’à la montrer. Surtout, le thriller est porté par la mise en scène virtuose de Fincher, qui creuse déjà une vison désenchantée du monde contemporain. Il poursuivra dans ce sillon avec The Game, Fight club puis Panic room, affirmant un sens visuel de plus en plus personnel, où prises de vue extrêmes et photographie très sombre se mettent au service de sujets désespérés sur la société moderne.

Source Allo Ciné

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s