A (Re)découvrir

Lundi 6 mars, Il est difficile d’être un Dieu, Soirée Cinéma Russe au cinéma Bellecombe !

lignerouge

Lundi 6 mars à 19h30, prochaine soirée cinéma russe au cinéma Bellecombe (61, rue Inkermann, 69006 Lyon).

A l’affiche « Il est difficile d’être un Dieu« , un chef d’œuvre du cinéma purulent qui déploie les plus beaux plan-séquences dans un bain de fange. A l’image de l’œuvre de Béla Tarr, une œuvre viscérale et fascinante.

Le film ne ressemble pas au cinéma « mainstrеаm », les critiques attribuent à Guerman d’avoir inventé une nouvelle forme cinématographique.

Vous allez plonger dans un autre univers, dans un monde déjà oublié, et y vivre pendant 3 heures. Laissez-vous emporter dans cette Odyssée émotionnelle qui ne vous laissera pas indifférent.

lignerouge

mon-dieu

 

Au programme :
– présentation du film;
– friandises typiques russes à déguster disponibles à la vente;
– projection du film
– et encore beaucoup de surprises !!!

Et après le film, un bon moment au café après le film (bar « Au Rendez vous des Amis » – 249 Cours Lafayette, 69006 Lyon)

Informations pratiques
Tarif : 5€
Enfant <12ans: 3€
Adhésion annuelle 2€ (ou plus si vous souhaitez soutenir notre initiative)
Venez un peu en avance pour pouvoir faire votre carte d’adhérent.
PARKING gratuit
Site Projet Russe : http://projetrusse.org   Site Cinéma Bellecombe : www.cinebellecombe.tk

il-est-difficile-detre-un-dieu
Il est difficile d’être un dieu
D’
Alexei Guerman
Avec Leonid Yarmolnik, Yuri Tsurilo, Aleksandr Chutko
Genres Science fiction, Historique
Russie, 2013, 2h57
Date de sortie 11 février 2015

Synopsis

Sur une planète enfouie dans le Moyen Age travaillent des observateurs terrestres qui tentent d’arranger le cours des événements sans rompre le déroulement logique de l’histoire. Le personnage principal, Don Roumata Estorski, a conscience qu’il doit garder la neutralité, cependant il ne supporte pas qu’à Arkanar (l’une des villes de la planète) « la confrérie noire » s’empare du pouvoir après avoir renversé les « gris », tout aussi abominables mais pas aussi sanguinaires. Roumata saisit son glaive pour châtier les scélérats et de ce fait enfreint toutes les règles et les lois en intervenant dans le processus historique d’une autre planète. 

il-est-difficile-detre-un-dieu1

A propos du film

Le film est l’adaptation du roman de science-fiction Il est difficile d’être un dieu écrit par les frères Arkady Strugatsky et Boris Strugatsky en 1964. Le roman avait déjà été adapté en 1991 avec Un dieu rebelle, film germano-franco-soviétique réalisé par Peter Fleischmann.

Le réalisateur russe Alexeï Guerman avait déjà tenté d’adapter au cinéma l’œuvre des frères Arkady et Boris Strugatsky Il est difficile d’être un dieu en 1968 lorsqu’il résidait en Tchécoslovaquie. Mais l’invasion du pays par les troupes soviétiques l’en avait alors empêché. Le cinéaste avait alors voulu retenter l’expérience durant les années 80 au moment de la prise de pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev. Néanmoins, il réalisa que cela n’était pas d’actualité car c’était une époque pleine d’espoir : « Au tout début de l’ère gorbatchévienne, ce n’était pas difficile d’être un dieu, en tout cas c’est ce qui nous semblait« . C’est finalement en 2000 que le projet prit forme.

Le tournage du film a débuté en 2000 et s’est achevé en 2006. S’en suivirent de longues années de post-production où le réalisateur travailla sur le son. Aleksey German est décédé en février 2013 avant que celui-ci ne puisse finir le film. Le long métrage fut finalement achevé par sa compagne Svetlana Karmalita et leur fils Alexeï A.Guerman.

La ville fictive d’Arkanar fut construite dans les alentours du château de Tocnik en République Tchèque. Les scènes du pavillon furent tournées à Moscou.
La plupart des prises de vue en extérieur ont été filmées en République Tchèque autour de nombreux châteaux et décors médiévaux. Les scènes d’intérieurs ont été tournées à Saint-Pétersbourg en Russie où des plateaux de décors furent construits dans les studios Lenfilm.

Alexeï Guerman a choisi de tourner son film en noir et blanc car cela permet davantage de « nuances« . Le cinéaste justifie également ce choix car : « En plus, dans le cinéma en couleurs, les visages sont roses et il me semble qu’il est impossible d’obtenir un bon portrait.« 

Pour les figurants du film, le réalisateur Alexeï Guerman a effectué des recherches dans divers établissements publics ou non tels que des bureaux, des hôpitaux et des théâtres. Sa femme Svetlana Karmalita précise que « Selon Alexeï, un acteur sans expérience capable d’exprimer de profondes émotions humaines devant la caméra est un acteur par nature qui ne s’en est jamais aperçu« .

Selon sa compagne Svetlana Karmalita, également co-scénariste du film, Guerman avait choisi d’adapter ce roman car il y avait trouvé dans les années 60 « l’incarnation de sa conception et de sa vision de la vie sociale en Union Soviétique« . En effet, Svetlana Karmalita précise que « Alexeï Guerman appartenait à cette partie de l’intelligentsia qui se faisait encore des illusions sur la possibilité d’une évolution libérale et démocratique. »

Source AlloCiné

il-est-difficile-detre-un-dieu2

Lire la critique d’AVoirALire : ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s