actualité

[Ciné club] Jeudi 16 mars à La Fourmi « Les Fleurs bleues » d’Andrzej Wajda

Jeudi 16 mars à 20h30, Le Ciné-club de la Fourmi vous propose d’échanger autour des Fleurs bleues, film postume d’un immense cinéaste Andrzej Wajda

Séance présentée et animée par Flavien Poncet. En présence de Natalia Wrzesien du Consulat Général de Pologne à Lyon.

Toutes les informations pratiques sur http://cinema-la-fourmi.com

Les Fleurs bleues
(AfterImage)
Réalisé par Andrzej Wajda 

Avec :  Boguslaw Linda, Aleksandra Justa, Bronislawa Zamachowska, Zofia Wichlacz –
Pologne – 2016 – Durée : 1h38
Sortie: 22 février 2017

Synopsis  
Dans la Pologne d’après-guerre, le célèbre peintre Władysław Strzemiński, figure majeure de l’avant-garde, enseigne à l’École Nationale des Beaux Arts de Łódź. Il est considéré par ses étudiants comme le grand maître de la peinture moderne mais les autorités communistes ne partagent pas cet avis. Car, contrairement à la plupart des autres artistes, Strzemiński ne veut pas se conformer aux exigences du Parti et notamment à l’esthétique du « réalisme socialiste ».

Expulsé de l’université, rayé du syndicat des artistes, il subit, malgré le soutien de ses étudiants, l’acharnement des autorités qui veulent le faire disparaître et détruire toutes ses œuvres.

A propos du film

Dans Les Fleurs bleues, film posthume bouleversant, le cinéaste disparu en octobre 2016 relate les dernières années du peintre polonais d’avant-garde Wladyslaw Strzeminski broyé par le régime communiste.

Dans son biopic de Wladyslaw Strzeminski, le cinéaste s’attache aux dernières années de l’existence de l’artiste, de 1948 à 1952, alors que s’opère une stalinisation du régime polonais à laquelle il a lui-même assisté en tant que peintre. Figure majeure de la scène artistique de son pays, Wladyslaw Strzeminski, promoteur de la Théorie de la vision, est moins connu que de grandes figures qu’il a côtoyées en Russie comme Kandinsky et Malevitch. Sa compagne, elle aussi restée davantage dans l’ombre, est la sculptrice Katarzyna Kobro à qui sont destinées les fleurs bleues du titre français.

Une nouvelle étudiante qui vient suivre les cours de Strzeminski sert de fil conducteur. En 1948, ce maître (incarné par Boguslaw Linda, qui joue dans L’homme de marbre et L’homme de fer), amputé d’un avant-bras et d’une jambe depuis la Première Guerre mondiale, est un enseignant adulé par ses étudiants de la nouvelle école des arts plastiques de Lodz. Il est un artiste reconnu dont les œuvres sont exposées dans la « salle néo-plastique » du premier musée d’art moderne de Pologne, avec d’autres travaux constructivistes, dont ceux de Kobro.

Les Fleurs bleues montre l’enchaînement des humiliations imposées par le régime à ce peintre intransigeant. Ses fidèles étudiants qui le défendront jusqu’au bout,  ne pourront rien faire face à un  pouvoir qui les menace.

Wajda  adopte une approche romantique pour brosser le portrait d’un artiste impitoyablement broyé par le pouvoir communiste.

Wajda peintre avant d’être cinéaste

Après la Seconde Guerre mondiale, Wajda suit des études à l’Académie des Beaux-Arts de Cracovie pour devenir peintre. En tant que membre d’un groupe de jeunesse socialiste, il vogue entre réalisme et naturalisme. « Nous étions dans la ligne du stalinisme, dira-t-il dans une interview au magazine Positif. Peu à peu j’ai eu le sentiment que nous allions à une impasse. »  Ensuite, il renonce à peindre et, devenu réalisateur, il tourne L’homme de marbre, L’homme de fer et d’autres films malmenés par la censure communiste.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s