Festival

Du mercredi 12 au samedi 15 avril 2017, Festival Cinémas du Sud 2017

 

Du mercredi 12 au samedi 15 avril 2017, 17e édition du Festival Cinémas du Sud, pour explorer le cinéma du Maghreb et du Moyen-Orient et rencontrer plusieurs de ses cinéastes.

 

Parrainée par HIAM ABBASS, talentueuse actrice et réalisatrice primée (« Héritage », Mostra de Venise), la 17ème édition du Festival Cinémas du Sud présente, du 12 au 15 avril 2017, une sélection qui fait un tour d’horizon de la production récente du monde arabe en films et documentaire. Cette année, coup de projecteur sur la jeune garde du cinéma arabe qui prend le pouls d’une région en plein bouleversement.

Les projections ont lieu à l’Institut Lumière.

Toutes les informations pratiques sur le site Regard Sud ou sur celui de L’institut Lumière

PROGRAMMATION

Mercredi 12 avril à 20h
SOIREE D’OUVERTURE en présence de la réalisatrice Rayhana, de l’actrice Hiam Abbass et la productrice Michèle Ray-Gavras

À mon âge je me cache encore pour fumer de Rayhana
Prix du public au Festival de Thessalonique 2016.

Comédienne et dramaturge, Rayhana nourrit ses écrits de ses drames intimes et puise sa force dans le combat contre l’islamisme. Bab el-Oued, « un quartier maudit qui est aussi un petit paradis », avant que le terrorisme vienne obscurcir son quotidien. Là-bas, il y avait le hammam où les femmes s’éclaboussent avec leurs sourires, leurs histoires, leurs jardins secrets, leur sensualité. Raconter ces femmes connues au hammam … De tous âges, de toutes conditions

(avec Hiam Abbass, Biyouna, Nadia Kaci, Fadila Belkebla / 2016, 1h30)


Jeudi 13 avril à 19h
Chacun sa bonne de Maher Abi Samra
Sélection au Festival de Berlin 2016.
Prix du meilleur documentaire au Festival de Dubaï 2016.

Reporter de guerre et artiste engagé, Maher Abi Samra, face aux échecs de ses idéaux, décide de quitter le Liban pour Paris et trouve une autre forme d’engagement, par le cinéma.

(avec Hisham Fageeh, Fatima Al Banawi / Liban, 2016, 1h07, documentaire)


Jeudi 13 avril à 21h

Insoumise de Jawad Rhalib
Prix du jury au Festival de Marrakech 2015

Jawad Rhalib évoque fréquemment les droits de l’Homme et questionne la Mondialisation, le Profit ou encore le Réalisme social, thèmes qu’il a déjà mis en scène dans une dizaine de films.

(avec Sofiia Manousha, Benjamin Ramon, Hande Kod / Maroc, 2015, 1h20)


Vendredi 14 avril à 17h
En présence du réalisateur Jawad Rhalib et du protagoniste du film Samir Berka

Samir dans la poussière de Mohamed Ouzine
Prix du Jury George (moyen métrage le plus innovant) au Festival Visions du réel de Nyon 2015

C’est par le biais de la photographie que Mohamed Ouzine fit ses premiers pas dans le cinéma. Ses premiers films furent empreints d’une certaine orientation sociologique ; « Une heure seulement » retrace le quotidien carcéral de trois femmes en maison d’arrêt, les relations qu’elles entretiennent entre elles, avec leurs enfants. (Coréalisé avec Vianney Lambert). Dans « Caravane », Mohamed filme une communauté évangélique tsigane partant sur les routes de France en quête de Dieu et de terrains d’accueil. Le questionnement de ses origines finit par rattraper Samir, il écrit donc le scénario de fiction « La guerre de Tarik », avant de réaliser « Samir dans la poussière ».

(avec Samir Berka / Algérie, 2015, 1h01, documentaire)


Vendredi 14 avril à 18h45
En présence de l’actrice Maya Abu Alhayyat

Amours, larcins et autres complications de Muayad Alayan
Sélection au Festival de Berlin 2015

Né au Koweit, Muayad vit désormais à Jérusalem. Il poursuivit son éducation cinématographique à San Francisco avant de revenir en Palestine pour faire un cinéma participatif, avec les « moyens du bord ». Co-fondateur de Palciné Productions, collectif de réalisateurs et d’artistes, il enseigne également au Collège Dar Al Kalima de Bethléhem, et réalisa plusieurs courts métrages.

(avec Sami Metwasi, Maya Abu Alhayyat, Mustafa Abu Hanood, Valantina Abu Osqa / Palestine, 2015, 1h33, N&B)


Vendredi 14 avril à 21h
En présence de la réalisatrice Soleen Yusef

House Without Roof de Soleen Yusef
Grand Prix Spécial du Jury au Festival du Film de Montréal. Prix du nouveau cinéma allemand pour la meilleure production au Filmfest Munich

 

Née en Irak, Soleen expérimenta le dessin, l’interprétation, le chant et le design avant de s’orienter vers le cinéma qu’elle étudia à la Bade-Wurtemberg Film Academy. Son film « Trattoria » fut notamment présenté au Festival International du Film à Berlin en 2012. Ce long-métrage raconte l’histoire de deux frères et d’une sœur kurdes élevés en Allemagne en voyage vers leur ville natale afin d’enterrer leur mère. Confrontés à eux-mêmes, à leur famille, ils sont en quête d’identité, thème que l’on retrouve fréquemment chez Soleen.
(avec Murat Seven, Sasun Sayan, Mina Ö. Sağdıç, Wedad Sabri, Ahmet Zirek / Irak, 2016, 1h57)


Samedi 15 avril à 14h45
En présence du réalisateur Tamer El Said

In the Last Days of the City de Tamer El Said
Sélection au Festival de Berlin 2016. Sélection au Festival de Locarno 2016 Montgolfière d’or au Festival des 3 continents 2016. Grand Prix au New Horizons Film Festival (Pologne).

Né au Caire, Tamer étudia le journalisme et le cinéma avant de travailler comme assistant-réalisateur pour plusieurs longs métrages. Il réalisa son premier court-métrage de fiction, « Charlie », en 1995, avant de s’affairer une année plus tard au film « Comme une plume ». Il réalisa par la suite « Entrecroisés » en 1998 et « Un Lundi » en 2004 et fut par ailleurs auteur de trois courts métrages documentaires ; « 18 septembre » en 1995, « Musique sur réseaux » en 2000 et « Emmenez-moi » en 2004 pour la chaine Al Jazeera.

(avec Khalid Abdalla, Laila Samy, Hanan Youssef / Égypte, 2016, 1h58)


Samedi 15 avril à 17h45
En présence de l’acteur Jawher Soudani

The Last of Us d’Ala Eddine Slim
Sélection au Festival de Rotterdam 2017. Lion du futur Luigi de Laurentiis (Meilleur Premier Film) au Festival de Venise 2016.

 

Réalisateur prolifique, Ala a déjà écrit, produit, monté et réalisé quatre courts-métrages dont « L’automne », qui fut notamment présenté en compétition au Festival de Clermont-Ferrand. Le réalisateur de « The Last of us », remporta également le Grand Prix au Festival International de Cinéma FIDMarseille pour son film « Babylon » en 2012 et réalisa par ailleurs plusieurs vidéos exposées en galeries et musées, dont « Journal d’un homme important », diffusé au Centre Pompidou.

(avec Jawher Soudani / Tunisie, 2016, 1h34)


Samedi 15 avril à 20h15
En présence du réalisateur Mahmoud Sabbagh

Barakah meets Barakah de Mahmoud Sabbagh
Prix du jury œcuménique au Festival de Berlin 2016. Sélection au festival de Londres 2016.

Né en 1983 à Djeddah, en Arabie Saoudite, Mahmoud Sabbagh a étudié le cinéma à New York. Il travaille désormais comme réalisateur et producteur indépendant dans son pays natal. En 2012 il réalise le court-métrage « Histoire de Hamza Shahata ».

Le film, qui avait fait sa première à la Berlinale 2016, est une initiative courageuse d’une jeunesse saoudienne, qui, malgré un Etat très conservateur qui l’étouffe en permanence, arrive à faire entendre sa voix.

(avec Hisham Fageeh, Fatima Al Banawi / Arabie Saoudite, 2015, 1h28)


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s