actualité

Du 24 au 28 avril, Le Festival Intergalactiques aux Cinémas Lumière

Dans le cadre de la 6ème édition du Festival Intergalactiques, les Cinémas Lumière proposent cinq projections parmi les meilleurs films du cinéma fantastique et de science-fiction du 24 au 28 avril  !

Rendez-vous à ne pas louper !

Le site des cinémas Lumière : www.cinemas-lumiere.com
Le site du Festival Intergalactiques : www.intergalactiques.net

LES FILMS

Action mutante (1993), d’Alex de la Iglesia le lundi 24 avril à 20h30 au Lumière Bellecour

Cet OFNI aux accents punks, premier film d’Álex de la Iglesia et produit par Pedro Almodovar marque par son humour noir et son propos jusqu’au boutiste.
Comme pour tous les films du réalisateur, on se laisse envoûter par cette histoire déjantée jusqu’à la dernière seconde de ce Brazil à la sauce espagnole.


New York 1997 / Escape From New-York (1981), de John Carpenter  le mardi 25 avril à 20h30 au Lumière Terreaux, séance présentée par Youri la Science et ProfTob de l’émission Echec&Glutamat sur Radio Canut.

Avec K. Russell, L. Van Cleef, E. Borgnine

En 1997, Manhattan est devenu une immense île-prison ou trois millions de détenus sont organisés en bandes rivales. A la suite d’un attentat, l’avion du Président des Etats-Unis se crashe dans le pénitencie


THX 1138 (1971), de Georges Lucas le mercredi 26 avril à 20h30 au Lumière Fourmi
Avec Robert Duvall, Donald Pleasence, Don Pedro Colley.

Sous la mise en scène épurée de cette première œuvre de George Lucas se découvre un film de Science-fiction virulent, une critique de la société américaine où sont dénoncés pêle-mêle la société de consommation, la normalisation, l’abrutissement devant les écrans, le rejet de la différence, la déshumanisation, l’état policier, la course au profit…


La Planete des singes (1967), de Franklin J.Schaffner le jeudi 27 avril à 20h30 au Lumière Bellecour , séance présentée par Lionel Lacour .

Œuvre cultissime préfigurant ce que sera la science-fiction de la décennie suivante, La Planète des Singes aborde de nombreuses questions du genre : entre voyage dans le temps, renversement du rapport homme-animal, la justice… et la description d’un système politique.


La Course à la mort / The Death race 2000 (1975), de Paul Bartel, (en VF) le vendredi 28 avril à 20h30 au Lumière Terreaux, séance présentée par Raphaël Colson, essayiste français de science-fiction

Ce film de série B réalisé en 1975 par Paul Bartel, où l’on peut retrouver un Stallone en tout début de carrière ainsi que David Carradine, est une sorte de « Fous du volant » sanglant et politiquement incorrect.

Loin de l’image nanar renvoyée par son titre, le film est un discours engagé et fort bien traité sur les dérives du politique-spectacle. Oui, on vous le dit, un classique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s