A L'affiche....

De toute mes forces, une chronique adolescente touchante, et sensible !

De toutes mes forces
De Chad Chenouga
Avec Khaled Alouach, Yolande Moreau, Laurent Xu
France, 2017 1h38

Date de sortie 3 mai 2017

Nassim est en première dans un grand lycée parisien et semble aussi insouciant que ses copains. Personne ne se doute qu’en réalité, il vient de perdre sa mère et rentre chaque soir dans un foyer. Malgré la bienveillance de la directrice, il refuse d’être assimilé aux jeunes de ce centre. Tel un funambule, Nassim navigue entre ses deux vies, qui ne doivent à aucun prix se rencontrer…

Comme 17, rue Bleue, le premier film de Chad Chenouga, De toutes mes forces est autobiographique. Le réalisateur développe : « Ce film n’est pas la suite de 17, rue Bleue et ce n’est pas un film d’époque. C’est une fiction co-écrite avec Christine Paillard, qui s’est nourrie des ateliers d’improvisation que j’ai faits avec des jeunes vivant en foyer, puis avec les acteurs pressentis pour le film. J’ai connu une trajectoire comparable à celle du héros, Nassim. » Il confie « J’avais 16 ans et demi quand ma mère est décédée. Après je partageais ma vie entre Paris, où je suis né, et la banlieue où se trouvait le foyer ». Le réalisateur a  déjà raconté son placement en foyer dans La Niaque, une pièce de théâtre que le metteur en scène a écrite et jouée au Théâtre des Amandiers, à Nanterre, en 2011.

De toutes mes forces raconte un parcours initiatique. Cette année au foyer va  changer Nassim, lui permettre de grandir. Le film trace la trajectoire de Nassim qui  doit rassembler toutes ses forces pour surmonter les obstacles, passer de l’univers d’un lycée des beaux quartiers à celui  d’un centre d’accueil. Le cinéaste  montre avec beaucoup de réalisme  les deux mondes séparés de Nassim, à savoir son environnement parisien feutré, mais aussi son foyer et la chambre où il se retrouve seul face à lui-même. Nassim refuse d’être assimilé à un cas social, et veut appartenir à la catégorie des « gens biens ». En aucun sa petite amie ne doit savoir qu’il vit dans un foyer. Il est bien décidé à s’en sortir même s’il est rempli de doutes, à peur de l’avenir.

Le caractère  quasi documentaire du film et  l’authenticité du  jeune Khaled Alouach  (Nassim), crée une empathie immédiate du spectateur envers le personnage principal.

Les nombreux personnages secondaires, en particulier ceux qui entourent Nassim au foyer sont drôles, attachants. Particulièrement,  Zawady (Jisca Kalvanda déjà présente dans Divines), étudiante en médecine fermement résolue à réussir, avec laquelle Nassim va se mettre à travailler. Pour créer ce personnage,  le réalisateur s’est inspiré d’une jeune fille qu’il a rencontré au moment de ses ateliers en foyer.

Chad Chenouga réussi à transmettre les énergies d’un groupe d’adolescents, qui malgré leurs meurtrissures cachées et leurs parcours chaotiques, sont plein de vie. De ce point de vue, deux scènes sont particulièrement réussies. La première est la Battle à laquelle ils se livrent lors d’une séance improvisée de rap. L’autre est la tournée des magasins qu’ils effectuent pour se « relooker après avoir reçu leur prime mensuelle.


Yolande Moreau tient le rôle d’une directrice de foyer, à la fois autoritaire et pleine de tendresse envers ses jeunes pensionnaires. Elle essaye autant que possible de les aider, les soutenir.  Son interprétation est d’une grande justesse et remplie d’humanité.

Très réaliste, magnifiquement interprété, De toute mes forces est une chronique adolescente touchante, et sensible !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s