actualité

[Ciné-Club] En mai, à l’Aquarium Ciné Café, le cinéma se raconte

En Mai, c’est Anne-Françoise, cinéphile au grand coeur qui a effectué la programmation du Ciné-Club à l’Aquarium Ciné Café. Elle a choisi une programmation faisant honneur au 7ème art. Un cinéma qui se raconte lui-même et tend un miroir à travers quatre films.

D’ici la fin du mois de mai 3 films sont encore à l’affiche : Sunset Boulevard, Good Morning Babilonia et Le Mépris.  3 grands films à découvrir absolument,  confortablement installé dans les canapés de l’Aquariun Ciné Café.

Aquarium Ciné Café : 10 Rue Dumont, 69004 Lyon, Métro Ligne C : Arrêt Croix-Rousse.
Plein tarif : 6€,  tarif réduit 4€
Le site : aquarium-cine-cafe.fr

LES FILMS

Jeudi 11 mai 20h45 – Good Morning Babilonia
De : Vittorio et Paolo Taviani
Avec Greta Scacchi, Joaquim D Almeida
France/Italie/USA, 1987, 1h57

En 1913, deux frères italiens partent aux ÉtatsUnis pour y chercher fortune. Ils réussissent à se faire embaucher à Hollywood pour construire les décors du film de Griffith, Intolerance. Une belle aventure commence, mais le monde entre en guerre…

30 ans avant de jouer le chef de la famille Lannister dans Game of thrones, Charles Dance fut devant la caméra des frères Taviani le génial cinéaste David W. Griffith, l’un des fondateurs de Hollywood et de sa démesure. Good morning Babilonia transporte le spectateur dans cet âge d’or du muet, où le 7e Art s’invente à chaque tour de manivelle. Naissance du cinéma mais aussi immigration, guerre mondiale qui sépare ceux qui s’aiment.

Jeudi 17 mai 20h45 – Sunset boulevard
De Billy Wilder
Avec Gloria Swanson, Erich von Strohen, Wiiliam Holden
USA, 1950, 1h50

 

Hollywood, 1950. Un obscur scénariste, criblé de dettes, est engagé par une ex-star du muet pour relancer la carrière de cette dernière. Ce retour à l’écran fantasmé se transforme peu à peu en relation hallucinée et dévorante…

Ce sont les images qui sont devenues petites. » On ne sait pas quoi admirer le plus dans ce film qui ne ressemble à aucun autre : une structure narrative audacieuse, une star – Gloria Swanson, pratiquement dans son propre rôle – qui se joue des tabous ultimes que sont l’image et la jeunesse, une alchimie unique de cruauté, de dérision mais aussi d’humour noir et d’amour fou… Grand classique s’il en est, Sunset Boulevard reste une inoubliable leçon de cinéma traversée par des fantômes.

Jeudi 17 mai  20h45 – Le Mépris
De Jean Luc Godard
Avec Brigitte Bardot, Miche Piccoli, Fritz Lang
France, 196, 1h43

L’écrivain Paul Javal se voit confier un travail sur l’adaptation de L’Odyssée que prépare Fritz Lang à Cinecitta. Entre lui, sa ravissante épouse Camille et le producteur américain Jé

Scène culte, musique culte, acteurs et cinéastes cultes… Considéré comme un chef d’œuvre absolu, Le Mépris est aussi le film-métaphore par excellence. L’histoire, tirée du roman éponyme d’Alberto Moravia, n’est là que pour servir le propos de Godard : filmer le changement en marche, ce moment où les modernes s’emparent des classiques pour mieux les renvoyer dans leur passé. Voir Lang dans la villa de Curzio Malaparte à Capri – un monument du 7e art chez un monument de la littérature – reste inoubliable

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s