A L'affiche....

Psiconautas, un film sombre et fascinantķ

Psiconautas  – Les enfants oublié
de Pedro Rivero, Alberto Vázquez
Avec Andrea Alzuri, Eva Ojanguren, Josu Cubero
Animation, Espagne, 2017, 1h15

Date de sortie : 24 mai 2017

Récompenses : Goya 2017 pour le meilleur film d’animation, le Prix Fantasia 2016 pour le meilleur film d’animation et le Greenpeace Award 2015 au festival de San Sebastian.

Synopsis

La seule usine d’une île a explosé. Après ce désastre écologique, les habitants et les animaux qui ont subi des mutations essaient de survivre comme ils peuvent, tandis que les policiers tentent d’imposer leurs lois. De son côté, l’étrange Birdboy, qui aimerait surmonter ses traumatismes psychologiques, dont la disparition de son père, entreprend de reconstituer la forêt. Accompagnée de deux amis, l’aventureuse Dinky tente de s’échapper de ce lieu funeste en espérant que Birdboy fera le voyage avec elle…

A propos du film

Psiconautas est  l’adaptation de la bande dessinée originale d’ Alberto Vázquez.  En 2012, Alberto Vázque et Pedro Rivero, ont déjà porté à l’écran la BD, avec le court métrage centré sur l’un des personnages principaux, Birdboy.   Avec Psiconautas, ils nous livrent une oeuvre fascinantesombre qui a remporté  le Goya (César espagnol) 2017 du meilleur film d’animation.

Cette histoire d’adolescents qui après une catastrophe écologique tente de fuir leur île maudite est conçue comme un puzzle composé de micros-récits, de destins croisés. Il s’agit d’un film choral où les  personnages sont des animaux anthropomorphiques (Birdboy un oiseau, Dinky une souris, leurs amis une lapine possédée par un démon et un cochon trafiquant de drogues). La narration de Psiconautas  est complexe, originale , novatrice. Elle permet de passer rapidement d’un personnage à l’autre, d’offrir plusieurs niveaux de lecture au spectateur.

D’une beauté picturale impressionnante, le film allie dessin traditionnel et peinture, formant de magnifiques et lugubres tableaux . Les flash-backs adoptent des couleurs pastel et douces tandis que les passages les plus  dramatiques s’accompagnent d’un trait plus dur et d’un camaïeu de gris et de noirs. Des explosions de couleurs, tantôt violentes et criardes, tantôt chaudes et naturelles, permettent d’exprimer les différentes émotions traversées par les personnages.  Des images à dominante rouge sont utilisées pour les scènes les plus terrifiantes.

Chaque lieu (la décharge publique, la forêt, le sanctuaire verdoyant…) a une identité visuelle  propre très marquée. Dans ces décors prennent vie les habitants de l’île aux sombres profils (un chien au costume SM, une mère trimballant une poupée de Jésus pleurant le sang, un enfant en costume cravate à la tête et aux yeux disproportionnés…). Les traits de contours sont nets, sauf pour les yeux, qui évoquent ainsi un vide abyssal, une instabilité.

Si Psiconautas est un  film  post-apocalyptique (on en retrouve les principaux thèmes : l’isolation, la fin du monde, les luttes entre clans, la dégénérescence et la violence), il est aussi en lien direct avec notre société contemporaine.  Le film parle d’écologie, du poids de la moralité imposée par les formes d’autorité (la famille, la religion) et donc, finalement, de rébellion. Difficile de ne pas voir également des échos entre le constat du film et les difficultés rencontrées par l’Espagne et sa jeunesse ces trente dernières années. Malgré la noirceur des thématiques abordées (la catastrophe écologique, le gaspillage matériel, l’absence d’entraide et de compassion…), Psiconautas offre de beaux moments de tristesse, de mélancolie,  et d’hallucinations.

Ce film poétique, onirique, à multiples niveaux de lecture mérite sans aucune contestation le détour ! A travers ce film,  Pedro Rivero, Alberto Vázquez  nous prouvent qu’ils font partis des cinéastes espagnoles les plus talentueux de leur génération.

Diego Governatori, cinéaste (source ACID)
« Sur une île dévastée, deux adolescents cherchent l’issue, la lumière, la liberté, tout ce qui pourrait les affranchir du mal-être qui les hante. Pour cela, Birdboy et Dinky doivent s’abstraire de leur réalité en poursuivant le rêve chimérique d’un voyage sans retour. Mais leur île est une ogresse qui dévore ses petits, et l’appel du large va vite se retourner contre eux. Leur salut ressemble alors à une boule de feu tournoyant dans le ciel, et leurs espoirs à des orbites vidées de leur sang. D’une rougeoyante intensité, Psiconautas dépeint une société où ne subsistent plus que les spectres du monde d’antan, véritables rebuts grouillant dans les gravas d’une humanité disparue, bestiaire effrayant dont on ne saura jamais s’il est une excroissance psychique ou bien la résultante d’un monde qui a périclité. Éclaté en un réseau de lianes narratives, le récit explore un monde rongé de l’intérieur. Explosions d’images et de visions, le dessin tremble, caresse, déchire la page. Ce n’est pas un film d’animation, c’est un film d’animaux-sang. Mais de cette coulée de lave naissent aussi des élans satiriques, et la drôlerie soudaine est une secousse électrique : l’humour noir nous fait soudain rire jaune. Film hallucinatoire aux confins de la conscience, il décharne la splendeur enfantine de ses airs insouciants, sculptant au vitriol une poétique du chaos. Psiconautas effraie autant qu’il fascine, en extrayant du plus profond de l’âme les monstres de nos cauchemars d’enfant. »

Les réalisateurs

Pedro Rivero
Né à Bilbao en 1969. Scénariste, producteur et réalisateur. Il a été scénariste pour plusieurs séries d’animation à la télévision et a reçu, en 1999, le Goya du Meilleur long métrage d’animation pour GOOMERIl est également Président de la Asociación Profesional de Guionistas Vascos (2002 à 2008), professeur de scénario et auteur de bandes dessinées et de pièces de théâtre.

Filmographie
2015 Psiconautas (codirigé par Alberto Vázquez)
2010 Birdboy (CM) (codirigé par Alberto Vázquez)
2007 La crisis carnívora

 

Alberto Vázquez

Né à La Corogne en 1980. Réalisateur d’animation, illustrateur et dessinateur de bandes-dessinées. Ses livres sont édités en Espagne, France, Italie, Brésil et Corée. En 2011 il reçoit avec Pedro Rivero le Goya du Meilleur court métrage d’animation avec BIRDBOY.
PSICONAUTAS est son premier long métrage d’animation.

Filmographie
2016 Decorado (CM)
2015 Psiconautas, los niños olvidados (codirigé par Pedro Rivero)
2013 Sangre de unicornio (CM)
2010 Birdboy (CM) (codirigé par Pedro Rivero)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s