Évènement

A partir du 31 mai, dans les salles du GRAC ‘Mandy’, une rareté à découvrir !

Du 31 mai au 18 juillet, le réseau de salles de cinéma GRAC vous propose de découvrir, en copie restaurée, Mandy, un grand film méconnu d’Alecander Mackendrick.

Un regard profondément original et d’une étonnante modernité sur le handicap, signé par celui qui fut considéré, avec son compatriote Alfred Hitchcock, comme « le plus américain des cinéastes britanniques ».

Ce film tout en nuances, sobre et remarquablement documenté, tranche avec la filmographie d’un cinéaste surtout connu pour ses comédies, Whisky à gogo ou Tueurs de dames.

Une belle rareté, à redécouvrir dans les salles du réseau GRAC !

SALLES PARTICIPANTES

  • BRON – LES ALIZÉS
  • CHARLIEU – CINÉMA LES HALLES
  • DÉCINES-CHARPIEU – CINÉ TOBOGGAN
  • LYON 6E ARRONDISSEMENT – CINÉMA BELLECOMBE
  • NANTUA – LE CLUB
  • PIERRE-BÉNITE – CINÉMA MDP
  • SAINT-CLAUDE – CINEMA DE LA MAISON DU PEUPLE
  • SAINT-GENIS-LAVAL – CINÉ LA MOUCHE
  • SAINT-PRIEST – LE SCÉNARIO
  • SAINTE-FOY-LÈS-LYON – CINÉ MOURGUET
  • VÉNISSIEUX – CINÉMA GERARD-PHILIPE
  • VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE – LE REX

MANDY
d’Alexander Mackendrick
avec Mandy Miller, Phyllis Calvert, Jack Hawkins
(1952, GB, 1h33, N&B)

Date de reprise 5 avril 2017 – Version restaurée

Synopsis
Mandy, sourde à sa naissance, est tiraillée entre ses parents qui ne sont pas d’accord sur l’éducation à lui donner. Sa mère l’inscrit dans une institution spécialisée où un professeur la convainc que, grâce à ses méthodes, Mandy pourra peu à peu apprendre à parler. Jaloux du professeur, le père retire l’enfant de l’institution…

A propos du film

La Merveilleuse Histoire de Mandy a été le cinquième plus gros succès au box-office britannique de 1952.

Le film est adapté du roman The Day is Ours. Pour l’écrire, l’auteur Hilda Lewis s’est inspirée du travail de son mari, le professeur M. Michael Lewis qui était spécialisé dans l’éducation des sourds.
La performance de Mandy Miller était telle qu’à la sortie du film, beaucoup de spectateurs ont pensé que la comédienne était réellement sourde, ce qui n’était pas le cas.
Un film à part dans la filmographie d’Alexander Mackendrick
‘Troisième des neuf longs-métrages réalisés par Alexander Mackendrick, Mandy occupe une place à part dans sa filmographie. Que l’auteur deL’Homme au complet blanc et de Tueurs de dames ait réalisé un drame psychologique au premier degré, sur les (més)aventures d’une enfant sourde-muette, a en effet de quoi surprendre : ses films les plus révérés s’articulent plutôt autour d’un subtil partage entre comique et tragique, cynisme et empathie, et sont souvent porteurs d’une charge politique explicite (L’Homme au complet blanc), avec parfois des incursions dans la satire sociale (Tueurs de dames, ou encore Le Grand Chantage). C’est parce que ses convictions politiques s’y incarnent de façon plus ténue, plus discrète, que Mandy est un film constamment stimulant, qui vient au passage rappeler à quel point Mackendrick a toujours su filmer l’enfance avec une grande justesse de regard – il n’y a qu’à penser au très beau Cyclone à la Jamaïque, dépourvu de tout angélisme.’  www.critikat.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s