Séance Spéciale

[Rendez-vous du documentaire] au Lumière Bellecour – Lundi 19 juin « L’Escale »

Les Rendez-vous du Documentaire ont lieu chaque semaine au  cinéma Lumière Bellecour.

Lundi 19 juin  à 18h30, Les Rendez-vous du documentaire vous proposent de (re)découvrier « L’Escale » de Kaveh Bakhtiari

Sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs, Festival de Cannes 2013

A Athènes, le modeste appartement d’Amir, un immigré iranien, est devenu un lieu de transit pour des migrants qui, comme lui, ont fait le choix de quitter leur pays. Mais la Grèce n’est qu’une escale, tous espèrent rejoindre d’autres pays occidentaux. Ils attendent des papiers, des contacts, un passeur peut-être. Parmi ces hommes, le cousin du cinéaste, exilé iranien. Kaveh Bakhtiari l’a filmé, lui et ses compagnons clandestins, pendant un an.

« On ne se souvient pas, ces dernières années, avoir été impliqué aussi directement dans un drame humain par l’intermédiaire de la caméra d’un documentariste. « La Croix

« De cette édifiante immersion dans la clandestinité émerge une touchante galerie de portraits d’hommes dépossédés de tout, sauf de leur dignité. » Première

Séance présentée par Pauline De Boever

Toutes les informations pratiques sur : www.cinemas-lumiere.com

L'escale

L’Escale de Kaveh Bakhtiari
Documentaire
Suisse-France, 2013, 1h40
Date de sortie 27 novembre 2013

Synopsis 

À Athènes, le modeste appartement d’Amir, un immigré iranien, est devenu un lieu de transit pour des migrants qui, comme lui, ont fait le choix de quitter leur pays. Mais la Grèce n’est qu’une escale, tous espèrent rejoindre d’autres pays occidentaux. Ils se retrouvent donc coincés là, chez Amir, dans l’attente de papiers, de contacts et du passeur à qui ils confieront peut-être leur destin…

La bande annonce ici

Escale_03

La critique d’un cinéaste

« Un film de plus sur les migrants ? On ne peut douter de la légitimité du cinéaste à traiter de ce sujet étant lui-même Iranien de deuxième génération, vivant en Europe et de surcroit le cousin d’un des protagonistes du film. Le sujet on le connaît, des migrants qui rêvent de s’installer en Europe, coincés entre deux destinations, ici Athènes, sans papiers, confinés dans une pièce où ils se succèdent au fil des séjours en prison et des départs parfois couronnés de succès.
Le génie du film est de nous mettre au cœur de ce microcosme, le cinéaste y ayant lui-même séjourné plusieurs mois, pour nous faire ressentir, comprendre les préoccupations qui animent, traversent ces êtres humains : espoirs passagers, petites combines astucieuses, victoires minuscules, conflits individuels, peurs, découragement qui conduisent certains d’entre-eux à des comportements plus extrêmes mais aussi à des situations burlesques comme cette scène des préparatifs de départ ou il faut s’habiller, se parfumer, se coiffer pour ressembler autant que faire se peut à la photo de ce passeport sans doute acheté très cher.
Toujours avec pertinence, justesse et discrétion le cinéaste nous emmène dans son récit et on se laisse embarquer volontiers, renonçant à nos a priori, enfin prêt à comprendre, à accepter ces destins individuels, aux histoires différentes, mais eux tous rassembler dans le même bateau d’une communauté dont le dénominateur commun est la volonté farouche de vivre et non de survivre.»  Jean-Louis Gonnet, cinéaste ACID

Escale_01

La presse en parle  

« En filmant au plus près de ses personnages, Kaveh Bakhtiari s’est mis de leur côté, et, partant, du côté de la vie. Jamais dans la complainte, ces voyageurs font figure d’aventuriers embarqués dans une épopée légendaire, qui se débrouillent avec ce qu’ils ont sous la main, résistent à l’adversité, tendus vers leur destination finale. Le sentiment est fort d’être avec des humains, des frères, qui pourraient aussi bien être nous. » Isabelle Regnier, Le Monde

« En chroniquant la vie de « la pension », ce havre à la fois chaleureux et mortifère susceptible d’être évacué d’un jour à l’autre, L’Escale rend palpables les liens intenses qui s’y nouent. » Mathilde Blottière, Télérama

« De cette édifiante immersion dans la clandestinité émerge une touchante galerie de portraits d’hommes dépossédés de tout, sauf de leur dignité.  » Eric Vernay, Première

« L’Escale apporte sa pierre à l’édifice en mettant des visages et des destins sur ces chiffres. Nulle intention de la part de Bakhtiari de se poser en donneur de leçons, en délivreur de solutions toutes faites. Il n’est pas politicien mais cinéaste. Alors, il donne à voir« . Thierry Chèze , Studio CinéLive

« En prenant le parti d’immerger le spectateur dans le quotidien d’immigrés clandestins, Kaveh Bakhtiari signe un documentaire exemplaire et bouleversant sur un problème trop souvent caricaturé ou réduit à des données chiffrées ». Virgile Dumez, A Voir à Lire

Escale_02

Les festivals

  • Quinzaine des Réalisateurs – Festival de Cannes 2013
  • Festival International du Film de la Rochelle 2013
  • Festival de Lussas – Etats Généraux du film documentaire 2013
  • Festival International de Namur 2013, Prix spécial du jury
  • Festival International du Film de Rotterdam 2013
  • Festival du Nouveau Cinéma, Montréal 2013 – PRIX DE L’AQCC (Association Québécoise des Critiques de Cinéma) – Meilleur long métrage de la Compétition internationale

Plus d’informations sur : 

www.lacid.org/films-soutenus/l-escale

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s