A L'affiche....

Les Proies, un portrait de femmes tourmentées

Les Proies
Titre original : The Beguiled
Réalisation : Sofia Coppola
Scénario : Sofia Coppola, d’après l’œuvre de Thomas Cullinan
Interprétation : Colin Farrell, Nicole Kidman, Kirsten Dunst, Elle Fanning, Oona Laurence, Angourie Rice, Addison Riecke , Emma Howard
USA, 2017, 1h33

Date de sortie : 23 août 2017

Prix de la Mise en Scène au festival de Cannes.

Dans le Sud américain pendant la guerre de Sécession, une fillette partie à la cueillette de champignons tombe nez à nez sur un soldat nordiste gravement blessé (Colin Farrell). Elle le sauve en le remettant aux soins de son pensionnat de jeunes filles esseulées, mené d’une main de fer par Mademoiselle Martha (Nicole Kidman). Alité, l’homme reprend des forces, tandis que les jeunes femmes sont de plus en plus émoustillées par cette présence masculine inédite…

Les Proies de Sofia Coppola est une nouvelle adaptation du roman éponyme de Thomas Cullinan qui avait donné lieu, en 1971, à un film devenu célèbre de Don Siegel avec Clint Eastwood. A notre avis, il vaut mieux ne pas avoir trop présent à l’esprit le film de Don siegel pour apprécier celui de Sofia Coppola.  Bien que restant très proche du récit initial, cette deuxième version s’éloigne de la virilité et de la cruauté de Don Siegel. Le caractère pervers et subversif du premier film a quasiment disparu. Le personnage joué par Colin Farrell est très en retrait par rapport à celui de Clint Eastwood.  La réalisatrice choisie d’adopter le point de vue des femmes et s’attache à dépeindre, comme dans Virgin Suicides,  un groupe de  femmes coupées du monde.  Dans ce huit clos, les héroïnes d’âges différents sont recluses dans un orphelinat à cause de la guerre, et souffrent de frustrations sexuelles. Aussi, lorsqu’un homme pénètre dans leur univers, elles se transforment en  mantes religieuses qui se déchirent pour une proie. Le personnage masculin devient l’enjeu de jalousies et de rivalités impitoyables.

Comme dans Marie Antoinette, Sofia Coppola apporte un soin particulier aux décors, aux costumes, aux couleurs et à la lumière. Avec une mise en scène élégante et stylisée, elle transforme l’orphelinat dirigé par Nicole Kidman en une sorte de « prison dorée » perdue au milieu d’une nature luxuriante. La présence de beaucoup de fumée dans l’image lui permet de montrer à quel point les personnages étouffent sous le poids du refoulement de leurs pulsions sexuelles.

On retrouve des actrices avec lesquelles Sofia Coppola a  déjà tourné, Kirsten Dunst (Virgin Suicide et Marie-Antoinette) et Elle Fanning (Somewhere). Elles sont rejointes par Nicole Kidman et Colin Farrell (duo que l’on retrouvera dans Mise à Mort du Cerf Sacré, Prix du Scénario à Cannes).

 Les Proies n’est pas un remake du film de Don Siegel, mais une nouvelle adaptation du roman de   Thomas Cullinan s’inscrivant dans la continuité des autres films de Sofia Coppola. Celle-ci nous livre un portrait croisé de femmes tourmentées par le désir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s