A (Re)découvrir

[Rendez-vous du documentaire] au Lumière Bellecour – Mardi 12 décembre – Irène d’Alain Cavalier

Les Rendez-vous du Documentaire on lieu tous les mardi au  cinéma Lumière Bellecour.

Mardi 12 décembre à 18h45 au Lumière Bellecour
Irène d’Alain Cavalier

En écho à la rétrospective Alain Cavalier à l’Institut Lumière.

Séance présentée par Pauline De Boever

Relation forte et en même temps pleine d’ombres. Irène disparaît. Reste un journal intime retrouvé des années après… Irène est de l’un des plus beaux documentaires d’Alain Cavalier , le portrait intime, pudique et bouleversant, d’une histoire d’amour, et d’une femme aimée et disparue.

Toutes les informations pratiques sur : www.cinemas-lumiere.com

Irène d’Alain Cavalier

2008 / 01h25 / France
Irène et le cinéaste. Relation forte et en même temps pleine d’ombres. Irène disparaît. Reste un journal intime retrouvé des années après… Alors que l’Institut Lumière consacre une rétrospective aux fictions d’Alain Cavalier, projection de l’un de ses plus beaux documentaires, le portrait intime, pudique et bouleversant, d’une histoire d’amour, et d’une femme aimée et disparue.

« Avec pudeur, Cavalier piste les traces, mais aussi l’empreinte de l’absence. Un documentaire magnifique sur les vivants et les morts. »  Elle

« Quel film étrange. Quel film exquis. Alain Cavalier est définitivement un cinéaste unique. On est dans l’intime, mais sa résonance est universelle. »  Le Journal du Dimanche

 
A propos du film
Après Le Filmeur, présenté en 2005 dans la sélection Un Certain Regard et lauréat du prix de l’intimité, le réalisateur continue avec Irène son travail très personnel de mémoire et de l’intimité. Pour cela, il a une nouvelle fois de plus eu recours à un materiel léger préférant une simple caméra HD.
Dans ce film,  Alain Cavalier évoque la mémoire de sa femme Irène Tunc, tragiquement morte en 1972 dans un accident de voiture.
Le réalisateur évoque la présence de sa femme: « Elle est derrière la porte. Je l’entends frapper doucement depuis des années. Pourquoi tant tarder à lui ouvrir ? Crainte de ce qu’elle peut me demander ? Peur d’un aveu ? Refus d’éclairer les coins sombres ? Seule certitude : elle est là, vivante, aujourd’hui, devant moi. Elle guide mes geste. J’essaie d’aller plus loin que nous, hier. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s