Évènement

[Hallucinations Collectives] La fille qui en savait trop (giallo !) , le 18 mars, à l’Aquarium Ciné-café

Dimanche 18 mars à 18h00

La fille qui en savait trop (giallo !)

En présence de l’équipe du festival Hallucination Collectives

A l’Aquarium Ciné-café

Juste avant le festival Hallucinations Collectives voici LE film précurseur du giallo, genre fascinant mêlant horreur, meurtres et érotisme.

En présence de l’équipe du festival et en association avec les critiques cinéma Guillaume Gas et Karim Souiah. Ils viendront  présenter le film et nous parler de l’édition 2018.


Informations  pratiques

Aquarium Ciné-café, 10 rue Dumont, Lyon 4ème

Tarif 6€ / 4€ (chômeurs, mineurs, étudiants, retraités)
Adhésion annuelle à prix libre à partir de 3 €
Réservation conseillée à aquarium.reservations@gmail.com

Le site de l’Aquarium Ciné-café aquarium-cine-cafe.fr

Le site des Hallucinations Collectives : www.hallucinations-collectives.com/

 

La Fille qui en savait trop
De Mario Bava
Avec Letícia Román, John Saxon, Valentina Cortese
Italie, 1h30, 1963

Résumé : En vacances à Rome, Nora Davis assiste impuissante à un meurtre. Personne ne la croyant, elle enquête pour prouver sa bonne foi et découvre la prochaine victime : elle-même…
«  Film fondateur du giallo, La Fille qui en Savait Trop préfigure autant le whodunit italien qu’il emprunte aux films de femmes paranoïaques des années 40. Transition entre deux genres flirtant avec la misogynie, le film de Bava aborde pourtant la question du genre avec habileté. Son héroïne est surtout remarquable en ce qu’elle est essentiellement banale : curieuse, maladroite, sympathique ou naïve.

Dépeinte comme une femme de son époque, sa personnalité s’affirme dans l’isolement où la confine son entourage masculin – médecins et policiers la font passer pour paranoïaque et affabulatrice, son petit ami pour une demoiselle en détresse… – autant que le film lui même – la voix off semble tourner son histoire en dérision. Isolement auquel elle oppose une indifférence amusée : seul l’intéresse vraiment le mystère des meurtres qu’elle s’est mise en tête de résoudre. » Les Hallucinations Collectives

« Erotisme et fascination pour le macabre s’y mêlent déjà subtilement dans une vision gothique et légèrement perverse. La Fille qui en savait trop devint le film fondateur d’un genre qui allait connaître de nombreuses illustrations dans les années 60 et 70 en Italie : le giallo. » (DVD Classik)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s