actualité

Festival 24 – Justice & Cinéma : Le 12 mars, London River en présence de Rachid Bouchared,

lignerouge

droit et justiceDans le cadre de Festival 24 – Justice & Cinéma, organisé par l’Université Jean Moulin Lyon 3, et le Barreau de Lyon.

LONDON RIVER – RACHID BOUCHAREB (2009)
Avec Brenda Blethyn, Sotigui Kouyate, Sami Bouajila
90min

Mardi 12 mars – 16h30 à l’Institut Lumière 

En présence de Rachid Bouchareb

lignerouge

Synopsis
A Londres, le 7 juillet 2005, quatre hommes se font exploser au coeur de la capitale. Parmi la cinquantaine de morts et de blessés, beaucoup de victimes ne sont pas identifiées. En apprenant la nouvelle à la télévision depuis l’île de Guernesey, où elle mène une existence tranquille, Elisabeth Sommers tente en vain de joindre sa fille Jane, installée à Londres. Elle décide alors de partir à sa recherche. Au même moment, en France, Ousmane, un garde forestier de confession musulmane, entreprend le même voyage. Son fils, parti vivre dans la capitale britannique, ne donne aucun signe de vie depuis plusieurs jours. Sur place, Ousmane et Elisabeth découvrent que leurs enfants vivaient ensemble…

droit et justice1

A propos du film

Après  Indigènes, Rachid Bouchareb revient avec une production complètement différente. Le réalisateur souligne : « Je voulais oublier complètement les esthétiques cinématographiques et mettre de côté toutes discussions techniques. Tout ce qui m’importait, c’était les personnages. Nous avions un quartier de Londres, deux acteurs, quinze jours, et nous travaillions au jour le jour. Il y avait peu de lumière, une équipe très réduite. En travaillant comme ça, j’étais débarrassé de l’obligation de passer beaucoup de temps à préparer des scènes, à répéter, à penser aux prises de vue. C’était très rafraîchissant de travailler de cette façon, avec très peu de préparation ou de préambule. En fait, la semaine avant de commencer le tournage, j’étais à Cannes pour participer au jury pour le Festival, et de là j’ai pris un avion directement pour Londres pour commencer le film. Je n’ai pas passé des semaines à penser au film à l’avance ; je suis arrivé avec la tête claire. De ce fait, le tournage, et je pense aussi le film, étaient beaucoup plus spontanés et plus intimes. »

On retrouve dans des petits rôles trois des comédiens qui firent partie de l’aventure Indigènes (avec à la clé un Prix d’interprétation à Cannes) : Roschdy Zem, Sami Bouajila et Bernard Blancan. Par compte, le rôle a été écrit en pensant à Sotigui Kouyate jouait déjà l’un des rôles principaux de Little Senegal de Rachid Bouchareb.

Les intentions du réalisateur

Le cinéaste précise ses intentions : « Mon film est moins sur les attentats mêmes que sur la rencontre qu’ils engendrent entre ces deux personnages. C’est ça qui est important pour moi, que ces deux personnes qui se rencontrent soient unies par le même problème, leur désir de retrouver leurs enfants respectifs. Et l’histoire se concentre sur ces deux personnes, un homme et une femme, ayant chacune un passé très différent mais qui ont les mêmes peurs, les mêmes angoisses. Il fallait une crise pour les réunir, et cette crise aurait pu être autre chose comme les attentats du 11 septembre, par exemple. London river est d’abord un drame humain, sur la manière dont les gens réagissent à de tels événements, comment ils se trouvent dans un même endroit et se forgent leur relation. »

london

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s